1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-L'exécutif "vigilant" sur les demandes de chômage partiel
Reuters25/03/2020 à 16:31

PARIS, 25 mars (Reuters) - Le gouvernement sera vigilant concernant les demandes de chômage partiel émanant de grandes entreprises, a déclaré mercredi la ministre française du Travail Muriel Pénicaud, prévenant que la confiance n'excluait pas "des contrôles a posteriori".

Pour aider les entreprises à faire face à la crise liée à l'épidémie de coronavirus, l'exécutif a assuré qu'il prendrait intégralement en charge le "chômage partiel", un dispositif qui prévoit une indemnisation des salariés et une allocation pour les entreprises.

Selon le ministère de l'Economie et des Finances, 730.000 salariés ont été mis en chômage partiel à ce jour pour un coût total de 2,2 milliards d'euros. Des syndicats s'inquiètent toutefois d'un "effet d'aubaine" pour certaines grandes entreprises à l'image de l'opérateur télécoms SFR, filiale d'Altice Europe ATCA.AS qui prévoit, selon des sources syndicales, de mettre en chômage partiel jusqu'à 60% de ses effectifs .

"Nous faisons le choix de la confiance mais la confiance n'exclut pas le contrôle a posteriori et notamment pour les grandes entreprises nous avons un oeil très attentif", a déclaré Muriel Pénicaud, interrogée à ce sujet lors du compte rendu du conseil des ministres à l'Elysée.

"En terme de solidarité nationale, une grande entreprise, si elle n'a pas de difficulté majeure d'activité, doit en tenir compte", a-t-elle poursuivi, précisant que ces dossiers seraient examinés "au cas par cas" avec une "plus grande vigilance" concernant les grandes entreprises.

"Si l'activité peut continuer, il n'y a pas de raison qu'il y ait du chômage partiel ; on utilise d'abord le télétravail et ensuite si une grande entreprise ne peut pas objectivement poursuivre son activité, alors le chômage partiel est ouvert", a-t-elle insisté.

(Marine Pennetier, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

Euronext Amsterdam +7.62%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer