1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-L'Agence anti-corruption se fait les dents sur un cas paradoxal
Reuters25/06/2019 à 18:51

    * Une application de la loi "Sapin II"
    * L'AFA fait grief à Sonepar de ne pas être en conformité
    * Une entreprise familiale dans un secteur peu exposé

    par Emmanuel Jarry
    PARIS, 25 juin (Reuters) - Le groupe familial de
distribution de matériel électrique aux professionnels Sonepar,
un leader mondial du secteur, a été mardi la première entreprise
à comparaître devant la commission des sanctions de l'Agence
française anticorruption (AFA).
    Créée fin 2016 par la loi "Sapin II", l'AFA a pour mission
de veiller à ce que les entreprises françaises les plus exposées
adoptent des dispositifs anti-corruption, une réponse au recours
croissant à l'arme économique du droit, en particulier par les
Etats-Unis, dans un contexte de concurrence exacerbée.
    Paradoxalement, la première société épinglée par l'AFA pour
manquements présumés n'a pas vraiment le profil de l'entreprise
surexposée en raison de ses activités transnationales ou sur les
marchés publics.
    Cette société non cotée créée il y a 50 ans par des familles
du nord de la France revendique 46.000 salariés, 22,4 milliards
d'euros de chiffre d'affaires dont 7,3 milliards aux Etats-Unis
en 2018, un million de clients servis dans 44 pays à travers 170
enseignes et 2.800 agences.
    Selon des documents fournis par le groupe, celui-ci ne
réalise que 1,8% de son chiffre d'affaires dans le cadre de
commandes publiques, le reste étant essentiellement effectué en
exécution immédiate de commandes. La valeur moyenne de ces
commandes est de 375 euros, tous pays confondus, et son activité
de distribution génère peu de flux internationaux.
    "Rien ne prédestinait Sonepar à une telle attention, alors
que le secteur de la distribution auquel appartient le groupe
n'est pas particulièrement exposé au risque de corruption et de
trafic d'influence", fait valoir la direction de l'entreprise
dans un document adressé à l'agence.
    L'AFA lui a néanmoins notifié cinq griefs le 13 mars.
    
    "DÉTOURNEMENT DE PROCÉDURE" ?
    Il est ainsi reproché à Sonepar de ne s'être doté ni d'une
"cartographie des risques de corruption et de trafic
d'influence", ni d'un code de conduite répondant aux exigences
de la loi de décembre 2016, ni d'une procédure d'évaluation des
tiers (clients, fournisseurs, intermédiaires ...). 
    L'AFA lui reproche aussi de ne pas avoir intégré à ses
procédures de contrôle comptable des dispositions permettant de
s'assurer que ses livres, registres et comptes ne sont pas
utilisés pour masquer des faits de corruption ou de trafic
d'influence, ou de n'avoir pas mis en place un dispositif
d'évaluation interne des mesures anticorruption.
    En réponse à ces griefs, la direction de Sonepar juge
"étrange" de se retrouver contrôlée "sur la base de règles et de
référentiels en gestation" et dénonce un "contrôle inquisitorial
d'une ampleur inédite", qui s'est soldée, dit-elle, par quelque
8.000 heures de travail et un million d'euros de frais d'avocat.
    Elle dénonce un "détournement de procédure" et met en cause
les méthodes de l'AFA, dont le véritable objectif, dit-elle,
"était la recherche active d'indices de commission d'infractions
(...) dans le but de nourrir une enquête pénale".
    Une méthode susceptible d'aller à rebours de la mission
initiale de l'AFA, qui est d'aider les entreprises françaises à
se mettre en conformité avec des règles internationalement
reconnues et non d'en faire la cible de leurs concurrents. 
    Sur le fond, le groupe Sonepar conteste avoir commis un
quelconque manquement à ses obligations légales et assure avoir
bien mis en place les dispositifs prévus par la loi "Sapin II".
    Le directeur de l'AFA, Charles Duchaine, n'en a pas moins
demandé qu'il soit enjoint à cette entreprise de se mettre en
conformité et de se soumettre à un nouveau contrôle, sous peine
de subir une sanction financière si cette mise en conformité
n'est pas effective et concluante. La commission des sanctions a
quatre semaines pour rendre sa décision.    

 (Edité par Sophie Louet)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer