Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-"Je n'ai pas tué des Tutsis", dit Kabuga devant la justice
Reuters27/05/2020 à 17:30

(actualisé avec refus de remise en liberté)

PARIS, 27 mai (Reuters) - L'homme d'affaires rwandais Félicien Kabuga a nié toutes les accusations à son encontre mercredi lors d'une nouvelle audience devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, chargée de prononcer son éventuel transfert au Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI) afin qu'il y soit jugé pour génocide et crimes contre l'humanité.

"Tout cela c'est des mensonges. Je n'ai pas tué des Tutsis alors que je travaillais avec eux", a déclaré Félicien Kabuga, via un interprète.

Ses avocats ont présenté une demande de remise en liberté qui a été rejetée par la cour dont les magistrats ont considéré que son état de santé n'était pas incompatible avec sa détention.

La décision d'autoriser ou non sont transfert vers le MTPI a été mise en délibéré au 3 juin.

Recherché par la justice internationale, Félicien Kabuga a été arrêté près de Paris le 16 mai dernier après vingt-six ans de cavale.

Accusé notamment d'avoir financé les milices Interahamwe, responsables de nombreux massacres lors du génocide au Rwanda, qui a fait au moins 800.000 morts, Tutsis et Hutus modérés, entre avril et juillet 1994, il comparaissait pour la première fois mercredi dernier devant la justice.

Cinq chefs d'accusation ont été retenus contre lui dans le mandat d'arrêt du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) du 29 avril 2013: génocide, complicité de génocide, incitation directe et publique à commettre le génocide, tentative de génocide, entente en vue de commettre le génocide.

Ses avocats refusent son transfert devant le MTPI, successeur du TPIR, à La Haye ou Arusha, en Tanzanie, et réclament qu'il soit jugé en France afin de bénéficier d'un procès équitable.

"La Cour dit: 'Allez vous faire juger ailleurs, pas chez nous'. Cette justice dégradée ce n'est pas pour moi", a déclaré l'un d'eux, Me Laurent Bayon, assurant qu'un transfert de Félicien Kabuga, en raison de son âge (87 ans) et d'une santé très fragile, pourrait avoir des conséquences irréversibles.

(John Irish, avec la contribution de Jean-Stéphane Brosse et Nicolas Delame, édité par Jean-Michel Bélot)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

3.68 +40.67%
4906.57 +0.35%
13.442 +1.08%
3.485 -3.19%
33.07 +0.84%

Les Risques en Bourse

Fermer