1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-"Il n'y a pas de cagnotte", martèle Darmanin

Reuters21/02/2018 à 18:09
    PARIS, 21 février (Reuters) - Le ministre de l'Action et des 
Comptes publics, Gérald Darmanin, a enfoncé le clou mercredi sur 
l'absence de toute "cagnotte" dans les finances publiques, à 
l'heure où le gouvernement est confronté à une offensive sur les 
conséquences de sa politique sur le pouvoir d'achat des 
Français. 
    "Il n'y a pas de cagnotte", a-t-il répété trois fois de 
suite en rendant compte de l'exécution du budget 2017 de l'Etat 
devant la Commission des Finances de l'Assemblée nationale, "je 
l'ai bien cherchée (...) je ne l'ai pas trouvée". 
    "Lorsque nous avons un pays qui a 2.200 milliards d'euros  
de dettes, qui emprunte chaque jour un demi-milliard sur les 
marchés financiers et qui perd 2.115 euros par seconde, on ne 
peut pas considérer qu'il y a une cagnotte cachée", a-t-il dit. 
    "Notre pays dépense chaque année 25% de plus qu'il ne 
reçoit, cela fait 40 ans que ça dure, ça ne peut plus durer", a 
ajouté Gérald Darmanin. 
    Le déficit du budget de l'Etat pour 2017 est ressorti à 67,8 
milliards d'euros, un montant plus faible que prévu initialement 
(69,3 milliards) par la précédente majorité et nettement en deçà 
des 74,1 milliards attendus par le gouvernement dans le 
collectif budgétaire de fin d'année, sous l'effet d'une activité 
dynamique qui a dopé les recettes fiscales en fin d'année. 
     Alors que les anticipations de croissance pour 2018 
dépassent les objectifs du gouvernement, avec la possibilité que 
ce scénario se reproduise, des voix se sont élevées dans la 
majorité pour desserrer les contraintes pesant sur les dépenses 
afin de répondre aux inquiétudes sur le pouvoir d'achat.  
    Certains ont notamment réclamé que le rétablissement de 
l'exonération de cotisations sociales sur les heures 
supplémentaires prévu dans le courant du quinquennat soit mis en 
oeuvre de façon anticipée. 
    Pour Gérald Darmanin, "il est maintenant tout à fait 
possible, avec une grande affirmation, que ces résultats 
(budgétaires) positifs confortent le gouvernement dans son 
objectif historique" de ramener le déficit public sous 3% de du 
PIB en 2017, le résultat devant être connu d'ici la fin mars. 
    Mais "nous allons continuer à travailler parce que nous ne 
sommes pas dans un moment où nous pensons que 2,8 ou 2,9% de 
déficit règlent définitivement le problème français". 
    S'agissant de la dette publique, il a indiqué qu'elle ne 
devrait pas théoriquement pas baisser avant 2020, alors que le 
ministre de l'Economie et des Finances a exprimé récemment son 
intention de la voir diminuer dès cette année en proportion de 
la richesse nationale  . 
    "C'est à partir de 2020 que la dette va commencer à 
décroître et, si nous avons une continuité de croissance, une 
continuité de recettes et de baisse de la dépense publique; 
peut-être avant", a-t-il dit. 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bordo
    21 février18:52

    Mais où Darmanin met-il donc ses noisettes ?!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.