1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Griveaux renonce à sa candidature à Paris
Reuters14/02/2020 à 18:58

    * Griveaux jette l'éponge après la diffusion d'une vidéo
intime
    * LaRem se cherche une nouvelle tête de liste

 (Actualisé avec déclaration de Cédric Villani)
    PARIS, 14 février (Reuters) - Benjamin Griveaux, candidat La
République en marche (LaRem), a retiré vendredi sa candidature à
la mairie de Paris, disant ne plus vouloir exposer sa famille à
une campagne dans laquelle "tous les coups sont désormais
permis" après la diffusion d'une vidéo intime non authentifiée.
    Ce fidèle de la première heure d'Emmanuel Macron se trouvait
en mauvaise posture dans les sondages en vue des municipales de
mars lors desquelles le parti majoritaire souhaite acquérir
l'ancrage local qui lui fait défaut pour l'instant.  
    Il était également confronté à la candidature dissidente de
Cédric Villani, exclu récemment de LaRem.    
    "J'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection
municipale parisienne", a-t-il déclaré à la presse, au lendemain
de la présentation de son programme de campagne.     
    "Hier (jeudi) un nouveau stade a été franchi, des sites
internet ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma
vie privée", a déclaré le député de Paris. 
    "Je ne souhaite pas nous exposer davantage ma famille et moi
quand tous les coups sont désormais permis, cela va trop loin."
    Le désistement de celui qui figurait en troisième position
dans les sondages en vue des élections municipales dans la
capitale - derrière la maire sortante Anne Hidalgo (PS) et
l'actuelle maire du VIIe arrondissement Rachida Dati (LR) - n'a
pas entamé la volonté de LaRem de partir à l'assaut de l'Hôtel
de Ville.
    "Notre responsabilité collective c'est de continuer à porter
ce projet", a déclaré à la presse le délégué général de LaRem,
Stanislas Guerini, à l'issue d'une réunion dans le QG de
campagne du désormais ex-candidat.
    
    VILLANI SE DIT OUVERT À TOUS
    Des cadres du parti présidentiel se sont à nouveau réunis
vendredi après-midi pour réfléchir à la suite de la campagne,
certains responsables de LaRem déclarant que le choix d'une
éventuelle nouvelle tête de liste n'interviendrait pas avant la
fin du week-end.
    Cédric Villani a laissé entendre qu'il pourrait reprendre le
flambeau malgré son exclusion récente de LaRem.
    "Mon projet reste bien sûr ouvert à toutes celles et à tous
ceux qui souhaitent l'alternance à Paris sur la base des valeurs
progressistes et écologistes que je défends", a-t-il dit en
réponse à une question sur une éventuelle fusion de sa liste et
de celle de LaRem.
    Au-delà des remerciements et de l'appui affichés au sein de
sa formation, Benjamin Griveaux a également reçu le soutien de
personnalités politiques de tous bords, dont ses adversaires en
vue du scrutin des 15 et 22 mars prochain. 
    Cédric Villani a fait part dans un tweet de son soutien
"plein et entier" à Benjamin Griveaux et à sa famille,
qualifiant la diffusion de la vidéo de "menace grave pour notre
démocratie".
    De son côté, Anne Hidalgo a "pr(is) acte" du retrait de son
adversaire et appelé dans un communiqué "au respect de la vie
privée et au respect des personnes".        
    Agé de 42 ans, père de trois enfants, Benjamin Griveaux,
ancien disciple de Dominique Strauss-Kahn et qui fut secrétaire
d'Etat au ministère de l'Economie et des Finances puis
porte-parole du gouvernement au début du quinquennat d'Emmanuel
Macron, ne fait pas l'unanimité, y compris au sein de son propre
camp.  
    A la veille de son entrée en campagne sous le slogan "Paris
ensemble avec Benjamin", l'hebdomadaire Le Point avait publié
des propos insultants ("abrutis"), voire orduriers ("fils de
p...") qu'il avait tenus au sujet de ses adversaires dans un
cadre en principe privé. 
    Ses dernières propositions dans le cadre de la bataille pour
la mairie de Paris ont fait l'objet de nombreuses railleries sur
les réseaux sociaux, notamment celle de déplacer la Gare de
l'Est pour "créer un Central Park" parisien.    

 (Jean-Stéphane Brosse, Nicolas Delame, Michel Rose, Elizabeth
Pineau et Myriam Rivet, édité par Jean-Michel Bélot)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5237.69 -4.69%
1.0965 -0.37%
1.72 +31.10%
26 -4.52%
37.85 -4.61%

Les Risques en Bourse

Fermer