1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Castaner lance une réflexion sur le maintien de l'ordre
Reuters17/06/2019 à 12:49

    * Le gouvernement veut tirer les leçons des "Gilets jaunes"
    * Des manifestations de plus en plus violentes 
    * Une contestation radicale caractérisée par son
imprévisibilité

    PARIS, 17 juin (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur,
Christophe Castaner, a lancé lundi l'élaboration d'un nouveau
"schéma national du maintien de l'ordre" face à l'irruption
croissante de violences lors de manifestations, illustrée par le
mouvement des "Gilets jaunes".
    Les débordements de ce mouvement aux revendications
hétéroclites ont fait du gouvernement la cible de critiques
contradictoires, les unes lui reprochant un manque de fermeté,
les autres, au contraire, des violences policières et l'usage
d'armes comme les lanceurs de balles de défense.
    Lors de l'ouverture d'un séminaire réunissant de hauts
responsables des forces de sécurité et des experts, Christophe
Castaner a de nouveau défendu les forces de sécurité.
    Samedi après samedi, elles ont été "des exemples de
professionnalisme, de maîtrise et de sang-froid" et "malgré la
violence extrême à laquelle elles ont été confrontées, le pire a
été évité, la République n'a pas vacillé", a-t-il dit.
    Les débordements particulièrement violents des premiers
samedis de manifestation des "Gilets jaunes" à Paris et en
province ont déjà contraint le gouvernement à réviser la
doctrine d'emploi des forces de l'ordre.
    Ils ont illustré une évolution à l'oeuvre depuis la fin des
années 1990, avec l'émergence de phénomènes comme les "black
blocs", des groupes d'ultra-gauche, d'ultra-droite ou de
"casseurs" se mêlant systématiquement aux manifestations.  
    Les manifestants s'affranchissent de plus en plus des règles
de déclaration préalable, ce qui rend difficile de trouver des
interlocuteurs fiables et plus imprévisibles les formes de
contestation les plus radicales.
    Le ministère de l'Intérieur note aussi une évolution des
cibles de ces violences (personnes, biens, institutions) et leur
extension à des villes moyennes jusqu'ici calmes, sur fond
d'hypermédiatisation et de rôle croissant des réseaux sociaux.
    
    COMMUNICATION
    "La télévision en continu et les réseaux sociaux changent
tout. Tout est suivi en direct. Toute les images se valent, même
les plus indécentes, même celles, fallacieuses, qui tordent et
tronquent la réalité", a déploré Christophe Castaner.
    Les termes du "paradoxe" entre nécessité du maintien de
l'ordre et protection des libertés "ont changé et il nous faut
donc nous adapter", a résumé le ministre de l'Intérieur. "Après
les changements à chaud et décembre et de mars, ce temps est
celui de la réflexion et de la consultation." 
    Le futur schéma national devra fixer un nouveau cadre global
pour l'emploi des forces de sécurité, précise le ministère de
l'Intérieur dans une note de synthèse.
    Il met en avant l'amélioration de l'anticipation et du suivi
des mouvements de contestation, un recours accru aux mesures de
prévention, comme les contrôles d'identité, la fouille de
véhicules ou l'interdiction de manifester.
    Le ministère insiste sur la nécessité d'une réactivité et
d'une mobilité accrues "pour conserver l'initiative" et sur la
mise en oeuvre d'une stratégie de dispersion immédiate et
d'interpellation rapide et ciblée des fauteurs de troubles,
assortie de nouveaux moyens techniques, comme les drones. 
    Christophe Castaner a également insisté sur l'amélioration
de la communication, tant entre le commandement et les forces
sur le terrain que vis-à-vis du public, notamment sur le
chapitre des "violences policières".
    "Ce n'est pas parce qu'il y a blessure qu'il y a faute. Le
maintien de l'ordre est une réalité dure. On ne répond pas à des
cocktails Molotov avec de bons sentiments. On ne protège pas
l'ordre républicain avec des mots doux", a-t-il fait valoir.
    

 (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer