Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Accord a minima sur la revalorisation du prix du lait

Reuters24/07/2015 à 16:13

* Accord sur un objectif de 34 centimes le litre * Un point d'étape sera fait en septembre, après réunion de l'UE * Les producteurs disent rester "vigilants" par Gregory Blachier PARIS, 24 juillet (Reuters) - Les éleveurs français ont obtenu vendredi l'accord des autres acteurs de la filière laitière pour faire remonter les prix, ce qui devrait calmer le jeu pour un temps, mais les engagements d'urgence ne règlent qu'en partie un problème européen. Après les éleveurs de porcs et de bovins pour l'abattage, les laitiers, transformateurs et opérateurs de la distribution se sont réunis au ministère de l'Agriculture où un accord a été trouvé sur un objectif de 34 centimes le litre. La cotation moyenne du lait, très volatile, était de près de 390 euros les mille litres (soit 39 centimes le litre) fin 2014 et a chuté à 302 euros environ les mille litres au 15 juillet. A l'issue de la réunion, les présidents de la FNSEA, Xavier Beulin, et de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), Thierry Roquefeuil, ont appelé à la levée des barrages alors que plusieurs laiteries, dans l'Ouest surtout, étaient bloquées dans la matinée de vendredi. "Du fait que la grande distribution a répondu favorablement à nos attentes (...) bien sûr qu'on doit lever les barrages mais on va rester vigilant dans le réseau pour que ces engagements soient tenus", a dit Thierry Roquefeuil à la presse. L'accord permettrait de reverser aux producteurs la totalité d'une hausse de prix qui serait mise en oeuvre par la grande distribution. Une moyenne de 340 euros les mille litres permet selon la FNPL de couvrir les charges, à défaut de plus. Seront concernés le lait de consommation et les produits laitiers destinés aux produit de marques de distributeurs, un précédent accord ayant été trouvé avec les grandes marques. L'accord inclut aussi un engagement à "acheter français". "L'accord qui est passé, c'est de favoriser la production française et on a clairement indiqué que si on valorisait le prix français, chacun s'engageait à ne pas favoriser les importations de lait", a prévenu Stéphane Le Foll. POINT D'ÉTAPE EN SEPTEMBRE Rendez-vous a été pris à la mi-septembre et le médiateur des relations commerciales, déjà chargé de veiller au respect des engagements pris pour la viande, sera mis à contribution. "Ce point d'étape nous permettra cet été, sans avoir des actions aussi dures qu'aujourd'hui, d'avoir une surveillance au niveau de notre réseau pour que l'objectif de consommer du lait français soit tenu", a dit Thierry Roquefeuil. Cette table ronde était la dernière d'une série de réunions après les manifestations des producteurs de porc, de boeuf et de lait confrontés à l'effondrement des prix et à des problèmes de trésorerie qui ont justifié un plan d'urgence du gouvernement. (voir ID:nL5N102214 ) Des accords ont été scellés dans ces trois filières et un plan d'aide d'urgence aux éleveurs a été détaillé cette semaine mais la filière laitière fait face à une crise d'autant plus aiguë qu'elle souffre d'une surproduction avec la fin des quotas européens et le repli du marché chinois. Un conseil des ministres de l'Agriculture de l'UE se tiendra exceptionnellement le 7 septembre pour évoquer la crise de l'élevage. "L'objectif pour la France est de demander une revalorisation du prix (de référence du lait) à l'échelle européenne", a dit Stéphane Le Foll. Le prix de référence est un plancher dont le franchissement peut entraîner des achats publics pour soulager les producteurs lorsque des excédents font baisser les prix. En France, le ministère de l'Agriculture veut par ailleurs encourager les achats locaux ou nationaux et Stéphane Le Foll a dit attendre beaucoup des collectivités, qui ont promis elles aussi d'acheter français. (voir ID:nL5N1041B1 ) (Edité par Yves Clarisse)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.