1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-A droite, les "Constructifs" s'organisent

Reuters07/09/2017 à 18:35
    * "Séminaire" de députés à Trouville 
    * Ils pourraient créer une nouvelle formation politique 
    * Laurent Wauquiez en repoussoir 
 
    par Simon Carraud 
    PARIS, 7 septembre (Reuters) - Les députés du groupe 
"constructif", qui agrège centristes et Républicains (LR) en 
rupture de ban, ont lancé jeudi et vendredi le processus censé 
aboutir à la formation d'une nouvelle offre politique et, 
au-delà, à la recomposition de la droite. 
    Réunis en "séminaire" à Trouville (Calvados), ils ont affiné 
leur identité politique, qu'ils situent entre La République en 
marche (LREM) et la droite voulue par Laurent Wauquiez, un 
repoussoir pour la plupart d'entre eux.     
    "On a conclu sur le fait qu'on allait travailler à la 
constitution d'une formation politique réunissant les courants 
de la droite et du centre", a déclaré à Reuters Laure de La 
Raudière, députée d'Eure-et-Loir, venue de LR. 
    "Il faut qu'on travaille sur la forme technique que ça va 
prendre. Est-ce que ce sera un parti politique ? Une fédération 
? Tout cela reste à préciser mais c'est l'orientation qu'on a 
prise", ajoute Thierry Solère, proche du Premier ministre, 
Edouard Philippe. 
    "On ne s'exclut rien", selon Philippe Vigier, qui présidait 
le groupe UDI lors du précédent quinquennat.  
    Ce travail pourrait s'étaler sur plusieurs semaines ou 
plusieurs mois avant un éventuel congrès fondateur, dit un autre 
participant au séminaire. 
    A la question de la forme juridique que pourrait prendre 
l'attelage, s'ajoute celle du positionnement politique exact : 
certains hésitent à rejoindre LREM tandis que d'autres tiennent 
à rester dans une opposition, aussi "constructive" soit-elle. 
    La droite et le centre pourraient donc revenir à leur état 
antérieur à la création de l'UMP, en 2002, lorsque le RPR 
chiraquien et l'UDF coexistaient et finissaient le plus souvent 
par conclure des alliances. 
     
    "ON N'A PLUS RIEN À FAIRE AVEC EUX" 
    Quelle que soit l'issue du processus engagé à Trouville, la 
rupture avec LR est définitive, à en croire Thierry Solère, qui 
fut porte-parole de François Fillon durant la présidentielle 
jusqu'à sa démission en plein tourment liés à une affaire 
d'emplois présumés fictifs.  
    "On n'a plus rien à faire avec eux", juge-t-il. 
    A droite, les plaques tectoniques ont commencé à s'éloigner 
après l'élection d'Emmanuel Macron, les uns choisissant une 
opposition résolue et classique, les autres optant pour un 
rapprochement avec le nouvel exécutif. 
    Ces derniers, bien disposés à l'égard du président, ont donc 
fait sécession à l'Assemblée en fondant au mois de juin un 
groupe à part avec 35 membres, en comptant les centristes de 
l'UDI venus en renfort. 
    Et la perspective de voir le droitier Laurent Wauquiez, 
favori dans la course à la présidence de LR, s'imposer en 
décembre à la tête du parti, a fait davantage dériver les deux 
morceaux de la droite. 
    Menacés d'une exclusion de LR, les "constructifs" de droite 
sont donc à la recherche d'une structure à même de les abriter. 
    C'est pourquoi, sans attendre la conclusion des discussions 
avec l'UDI, ils comptent bâtir une formation propre.      
    "Nous, issus des Républicains, on va travailler à la mise en 
oeuvre d'une nouvelle formation politique. On voit bien qu'il y 
a un espace qui a été laissé libre avec le changement 
idéologique du parti", diagnostique Thierry Solère. 
    Les ex-députés LR n'ont cependant pas choisi de nom de 
baptême, ni défini de calendrier.          
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

9.302 -0.36%
88.67 -1.44%
4853.7 -0.88%
55.65 -2.49%
2.002 -0.10%

Les Risques en Bourse

Fermer