1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

FRANCE 2017-POLITIQUE INTÉRIEURE-Les oppositions Macron-Le Pen

Reuters24/04/2017 à 17:12
    PARIS, 24 avril (Reuters) - Voici leurs programmes sur les 
questions de santé, d'écologie, de justice et sécurité, 
d'immigration de société et des institutions :      
     
    * SANTÉ 
    EMMANUEL MACRON : 
    - Le candidat d'En Marche ! veut réaliser 15 milliards 
d'euros d'économies sur cinq ans en maîtrisant les dépenses de 
santé et lancer un plan d'investissements de cinq milliards dans 
les soins primaires, l'innovation en matière de santé, dans le 
déploiement de la télémédecine et dans l'hôpital de demain. 
    - À horizon 2022, il se fixe pour objectif d'atteindre une 
prise en charge à 100% pour les lunettes, les prothèses 
dentaires et auditives, sans hausse des prix des complémentaires 
de santé, en instaurant plus de concurrence. 
    - Il veut généraliser la vente de médicaments à l'unité pour 
lutter contre le gaspillage. 
    - Il veut s'engager sur un objectif national de dépenses 
d'assurance maladie à cinq ans. Depuis 1996, l'objectif national 
des dépenses d'assurance maladie (Ondam) est fixé annuellement. 
    - Sa suppression des cotisations salariales maladie et 
chômage pour les salariés du secteur privé sera compensée par 
une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). 
     
    MARINE LE PEN : 
    - La candidate du Front national entend préserver le système 
dual actuel - Sécurité sociale et mutuelles - mais veut une 
meilleure prise en charge des dépenses de santé les plus 
coûteuses, comme l'optique et les soins dentaires. 
    - Elle souhaite pérenniser le financement de la Sécurité 
sociale en simplifiant l'administration du système de santé, en 
investissant dans les outils numériques pour réaliser des 
économies durables et en luttant contre la "gabegie financière". 
    - Elle veut en outre supprimer l'Aide médicale d'Etat (AME) 
pour les étrangers en situation irrégulière, lutter contre la 
fraude à la Sécurité sociale, baisser le prix des médicaments 
coûteux grâce au recours aux génériques et développer la vente à 
l'unité des médicaments remboursables. 
     
    * ÉCOLOGIE 
    EMMANUEL MACRON : 
    Le candidat d'En Marche ! compte tenir les engagements de la 
loi de transition énergétique pour réduire la part du nucléaire 
dans la production française d'électricité et mettre en oeuvre 
une "vraie stratégie" de sortie des énergies fossiles, en 
application de l'accord de Paris sur le climat. 
    S'il n'est pas certain que l'objectif de ramener à 50% la 
part du nucléaire dans la production électrique française soit 
atteignable d'ici 2025, il compte garder le cap de la 
législation. 
    Au-delà de la fermeture de la centrale de Fessenheim 
(Haut-Rhin) déjà prévue pour 2018, Emmanuel Macron souhaite se 
conformer aux conclusions de l'Autorité de sûreté nucléaire 
(ASN) sur l'éventuelle prolongation d'une partie du parc 
nucléaire français, attendues fin 2018-début 2019. 
    Il prévoit de profiter de la fermeture de la centrale 
alsacienne pour développer la filière du démantèlement et du 
retraitement. 
    Concernant l'objectif de 32% pour la part des énergies 
renouvelables dans le mix énergétique d'ici 2030, également fixé 
par la loi de transition énergétique, Emmanuel Macron propose de 
procéder, selon un calendrier établi dès le début du 
quinquennat, à des appels d'offres pour un total de 26.000 
mégawatts (l'équivalent de six centrales nucléaires). 
    - Sortie progressive du diesel avec un accompagnement à la 
fois des ménages (prime à la conversion de 1.000 euros) et des 
industriels, et une augmentation de la fiscalité sur l'essence 
pour une convergence totale avec celle du diesel. 
    - Fermeture des dernières centrales à charbon. 
    - Pas de nouvelle attribution de permis d'exploitation 
d'hydrocarbures, interdiction de l'exploration - même publique - 
des gaz de schistes. 
    - Nomination d'un médiateur sur le projet d'aéroport de 
Notre-Dame-des-Landes. 
     
    MARINE LE PEN : 
    La présidente du parti d'extrême droite applique à 
l'environnement l'esprit de l'ensemble de son programme : 
priorité à la production française. 
    Favorable au nucléaire, Marine Le Pen entend également 
développer les filières du renouvelable (solaire, bois, biogaz 
notamment), à l'exception de l'éolien sur lequel elle souhaite 
décréter un "moratoire immédiat", et soutenir une filière 
française de l'hydrogène. 
    La candidate frontiste insiste également sur la nécessité de 
produire au plus près des lieux de consommation en rompant avec 
"le modèle économique fondé sur la mondialisation sauvage des 
échanges et le dumping social". 
    Le soutien aux énergies renouvelables s'accompagne d'un 
maintien de la filière nucléaire, qui devra être "modernisée" et 
"sécurisée" sous l'égide d'EDF dont l'Etat gardera le contrôle. 
La centrale de Fessenheim ne sera pas fermée. 
    - Faire de l'isolation de l'habitat "une priorité budgétaire 
du quinquennat". 
    - Interdire l'exploitation du gaz de schiste, tant que des 
conditions satisfaisantes en matière d'environnement, de 
sécurité et de santé ne seront pas réunies. 
    - Interdire les OGM. 
 
    * JUSTICE ET SÉCURITÉ      
    EMMANUEL MACRON : 
    - Rétablir une police de proximité. 
    - Recruter 10.000 policiers et gendarmes. 
    - Créer un nouveau "pouvoir d'injonction", permettant aux 
policiers d'interdire, sous le contrôle du juge, à une personne 
de fréquenter "la zone où elle commet ses méfaits". 
    - Libérer du temps d'emploi utile aux policiers en dégageant 
les forces de l'ordre de tâches comme les transports 
médico-judiciaires ou des "procédures trop lourdes". 
    - Supprimer le principe de l'automaticité d'aménagement des 
peines inférieures à deux ans. 
    - Créer 15.000 places de prison sur le quinquennat. 
     
    MARINE LE PEN : 
    - Rétablir les peines plancher et la suppression des remises 
de peine automatiques. 
    - Supprimer le versement des aides sociales aux parents de 
mineurs récidivistes "en cas de carence éducative manifeste". 
    - Instaurer une peine de prison de perpétuité réelle 
incompressible pour les crimes les plus graves. 
    - Créer 40.000 places supplémentaires de prison en 5 ans. 
    - Rétablir l'expulsion automatique des étrangers condamnés 
pour des crimes et des délits et expulser les étrangers faisant 
l'objet d'une fiche S des services de renseignement. 
    - Augmenter le nombre de postes de magistrats et supprimer 
parallèlement l'École Nationale de la magistrature (ENM). 
    - Déchoir de la nationalité française les binationaux "liés 
à une filière djihadiste", les expulser et les interdire de 
territoire. 
    - Placer en détention préventive tout ressortissant français 
"en lien avec une organisation étrangère suscitant des actes 
d'hostilité ou d'agression contre la France et les Français". 
    - Rétablir l'indignité nationale pour les individus 
coupables de crimes et délits "liés au terrorisme islamiste". 
    - Renforcer les moyens humains et techniques des services de 
renseignement intérieurs et extérieurs et créer une agence 
unique de lutte antiterroriste rattachée à Matignon. 
         
    * IMMIGRATION 
    EMMANUEL MACRON :  
    Dans son livre "Révolution", paru en novembre, l'ex-ministre 
juge nécessaire "un investissement dans une véritable force 
(européenne) de garde-côtes et de garde-frontières et dans un 
véritable système de carte d'identité commun". 
    Selon lui, l'Europe doit également "développer une politique 
coordonnée d'aide au développement" vis-à-vis des pays d'origine 
pour les aider à gérer eux-mêmes les flux de réfugiés. 
    Dans son programme, l'ancien protégé de François Hollande 
s'engage par ailleurs à faire en sorte que les demandes d'asile 
soient examinées en moins de six mois, recours compris, afin 
d'accueillir "dignement" les réfugiés et de reconduire "sans 
délai" les déboutés vers leur pays d'origine. 
     
    MARINE LE PEN : 
    Fidèle aux propositions traditionnelles du Front national, 
la présidente du parti d'extrême droite s'engage à réduire 
drastiquement l'immigration si elle est élue. 
    Il y a toutefois une légère inflexion par rapport à 2012 : 
Marine Le Pen propose de ramener l'immigration légale à un solde 
annuel de 10.000 personnes, alors qu'elle comptait précédemment 
plafonner le nombre total d'entrée à 10.000. 
    Avant la mise en place des mesures permettant d'atteindre 
cet objectif, la candidate propose d'instaurer un "moratoire" 
sur l'immigration légale, censé durer plusieurs semaines. 
    L'esprit reste le même qu'il y a cinq ans : durcissement des 
conditions du regroupement familial, suppression du droit du 
sol, abrogation de l'Aide médicale d'Etat allouée aux étrangers 
en situation irrégulière. 
    La "priorité nationale", qui consiste à réserver des 
avantages en matière d'emploi ou d'éducation aux ressortissants 
français, est par ailleurs au coeur de son programme. 
    - N'accepter les demandes d'asile que lorsqu'elles sont 
déposées dans les ambassades et consulats français dans les pays 
d'origine ou limitrophes. 
    - Suspendre les accords de Schengen puis quitter l'espace 
Schengen. 
     
    * SOCIÉTÉ : 
    EMMANUEL MACRON : 
    - "Pass culture" de 500 euros accordé aux jeunes de 18 ans. 
    - Ouverture des bibliothèques municipales et universitaires 
le soir et le dimanche. 
    - Opposé à la légalisation du cannabis. 
    - Opposé à l'interdiction du voile à l'université ou pour 
les mères de famille lors des sorties scolaires.     
     
    MARINE LE PEN : 
    - Retirer le drapeau européen des bâtiments publics. 
    - Inscrire dans la Constitution la défense et la promotion 
du patrimoine historique et culturel français. 
    - Instaurer le port d'un uniforme à l'école. 
    - Créer une union civile qui viendra remplacer les 
dispositions de la loi Taubira sur le mariage homosexuel, sans 
effet rétroactif. 
    - Maintenir l'interdiction de la gestation pour autrui et 
réserver la procréation médicalement assistée comme réponse 
médicale aux problèmes de stérilité. 
     
    * INSTITUTIONS 
    EMMANUEL MACRON : 
    - Nécessité d'avoir un casier judiciaire vierge pour accéder 
à des fonctions ministérielles. 
    - Introduction d'une dose de proportionnelle à l'Assemblée. 
    - Non cumul des mandats de parlementaires dans le temps. 
    - Interdire aux élus et ministres toute embauche d'un membre 
de leur famille. 
    - Interdire aux parlementaires d'exercer des activités de 
conseil parallèlement à leur mandat. 
     
    MARINE LE PEN : 
    - Référendum pour réviser la Constitution. 
    - À l'Assemblée nationale, proportionnelle intégrale avec 
une prime majoritaire de 30% des sièges pour la liste arrivée en 
tête et un seuil de 5% des suffrages pour obtenir des élus. 
    - Abaisser le nombre de députés à 300 et le nombre de 
sénateurs à 200 (contre respectivement 577 et 348 aujourd'hui). 
    - Créer un référendum d'initiative populaire, sur 
proposition d'au moins 500.000 électeurs. 
    - Conserver trois niveaux d'administration (au lieu de six 
actuellement) : communes, départements et Etat. 
 
 (Simon Carraud, Elizabeth Pineau, Matthieu Protard et Myriam 
Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

193.53 +1.11%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.