1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

FRANCE 2017-Le Pen appelle à voter pour Marine, "fille de France"
Reuters01/05/2017 à 14:43

    PARIS, 1er mai (Reuters) - Jean-Marie Le Pen a appelé lundi 
à voter pour sa fille Marine au second tour de la 
présidentielle, la comparant à Jeanne d'Arc face à Emmanuel 
Macron, favori du scrutin, qu'il a qualifié de "Hollande bis". 
    Le cofondateur du Front national, âgé de 88 ans, avait 
convié comme chaque 1er-Mai ses partisans à honorer la mémoire 
de Jeanne d'Arc à Paris, une cérémonie à laquelle sa fille ne 
s'associe plus depuis 2015. 
    Quelque 300 personnes, selon la police, étaient présentes 
place des Pyramides, dans le Ier arrondissement de Paris, pour 
assister au traditionnel dépôt de gerbe au pied de la statue de 
Jeanne d'Arc. Marine Le Pen avait quant à elle déposé une gerbe 
place Saint-Augustin (VIIIe) avant une réunion publique à 
Villepinte (Seine-Saint-Denis).  
    "La France aux Français, Bleu Blanc Rouge", "l'Islam hors de 
France", scandaient les manifestants. 
    Le discours de Jean-Marie Le Pen a ensuite été perturbé par 
le vent, qui a fait voler les feuilles de son discours, puis des 
problèmes techniques qui ont rendu ses propos parfois 
inaudibles. 
    "Sabotage et cafouillage sont les deux mamelles de la Ve 
République", a plaisanté le patriarche. 
    A Emmanuel Macron, qui s'était présenté au soir du premier 
tour de la présidentielle comme le candidat des "patriotes" face 
à celle des "nationalistes", Jean-Marie Le Pen a voulu donner 
une leçon. 
    "Le patriotisme, disent d'aucuns, c'est l'amour de la 
patrie, et le nationalisme, c'est la haine des autres. Mais non 
messieurs du système, comme le patriotisme est l'amour de la 
patrie, le nationalisme c'est l'amour de la Nation", a-t-il 
lancé. 
     
    "LE MUGUET DE LA VICTOIRE" 
    "Et la Nation, ce ne sont pas les autres, c'est bien sûr 
nous-mêmes. Il est vrai que pour d'aucuns, la Nation n'est qu'un 
présent ou un avenir. Pour nous, c'est aussi un passé d'où nous 
venons", a-t-il ajouté avant d'invoquer la figure tutélaire de 
"Jeanne La Pucelle". 
    L'équipe de Marine Le Pen redoutait un nouveau dérapage 
après les critiques de son père contre la cérémonie en mémoire 
de Xavier Jugelé, le policier tué le 20 avril aux Champs-Elysées 
par un djihadiste présumé  , mais Jean-Marie Le Pen a 
achevé son discours par un appel à élire sa fille le 7 mai. 
    "Marine est une fille de France. Ce n'est pas Jeanne d'Arc 
mais elle accepte la même mission que celle de Jeanne", a-t-il 
dit. "Elle est la France, elle aime la France. Offrons-lui 
dimanche le muguet de la victoire, vive Marine, vive Jeanne!", 
a-t-il lancé sous les applaudissements. 
    Il a flétri a contrario Emmanuel Macron "le candidat 
socialiste, le Hollande bis, le bobo de gauche", "l'énarque 
pantouflard fabriqué et propulsé par les médias", qui "nous 
parle d'avenir mais n'a pas d'enfants". 
    Peu avant son discours, Jean-Marie Le Pen avait ironisé 
devant des journalistes : "Emmanuel Macron fait la tournée des 
cimetières, c'est un mauvais présage pour lui". 
    Une allusion aux déplacements du candidat d'En Marche! À 
Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne) et au Mémorial de la Shoah, à 
Paris. 
    Jean-Marie Le Pen a été exclu le 20 août 2015 du parti qu'il 
a contribué à fonder en raison de ses propos polémiques, 
notamment sur les chambres à gaz, "détail" de la Seconde Guerre 
mondiale selon lui, ou sa défense du maréchal Pétain. 
    Ces propos ont été jugés pénalisants pour la stratégie de 
"dédiabolisation" du parti voulue par sa fille Marine Le Pen. 
 
 (Sophie Louet) 
 

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7361806
    01 mai19:12

    C'est CARNAVAL on ressort l'épouv

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

52.72 +1.00%
CGG
0.901 +7.78%
13.85 -0.26%
36.48 +3.64%
25.92 +0.19%

Les Risques en Bourse

Fermer