1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

FRANCE 2017-La droite édulcore le projet Fillon pour les législatives

Reuters09/05/2017 à 17:46
    * LR et UDI espèrent en une majorité absolue 
    * Les stratèges électoraux plus pessimistes 
    * Le projet de Fillon vidé de sa substance 
    * La tentation Macron ébranle Les Républicains 
 
    PARIS, 9 mai (Reuters) - A un mois du premier tour des 
élections législatives, les  Républicains et leurs alliés 
centristes de l'UDI lancent  mercredi "la mère des batailles" 
sur un projet conçu comme un contrepoids au programme d'Emmanuel 
Macron, un "contrat d'alternance" qui édulcore les propositions 
de François Fillon. 
    François Baroin, qui mènera la campagne, vise officiellement 
la majorité absolue en juin (289 sièges), en caressant l'espoir 
d'une cohabitation. Un "troisième tour" de sursaut pour une 
famille politique encore sonnée par la défaite du premier tour 
et tentée dans ses rangs par l'ouverture nouvelle manière qui se 
dessine avec l'élection d'Emmanuel Macron. 
    En privé, des sources au sein de LR évoquent un scénario 
plus pessimiste - quelque 150 sièges - sans compter les 
débauchages que le nouveau président pourrait susciter en vue de 
la formation de son gouvernement la semaine prochaine. 
    "Il peut y avoir cette tentation mais elle est relativement 
marginale", a dit François Baroin mardi sur Europe 1. 
    "Il y a des trajectoires personnelles, mais ça aurait pu 
être bien pire, l'unité du parti, elle est là", renchérit Eric 
Woerth, dans une allusion aux offres de service de Bruno Le 
Maire ou des rumeurs sur l'entrée de "juppéistes", notamment 
Edouard Philippe, dans le futur gouvernement. 
    Les explications, qui ne manqueront pas d'advenir dans un 
parti plus que jamais tiraillé entre les tenants d'une ligne  
"sarkozyste" et un centre-droit "juppéiste", sont théoriquement 
renvoyées à l'après-législatives, mais les "pro-ouverture" 
n'entendent pas éteindre le débat. 
    "J'ai dit que je n'étais pas partisan au stade actuel de 
laisser entendre que, quoi qu'il arrive, nous étions décidés à 
nous engager dans une opposition brutale", a martelé Alain Juppé 
lors d'une conférence de presse à Bordeaux, ajoutant que 
l'exclusion à laquelle s'exposeraient les dissidents "est 
toujours un aveu de faiblesse".   
    Le sujet pourrait être mis sur la table lors du bureau 
politique de LR qui se réunissait mardi après-midi afin 
d'adopter le "contrat d'alternance" pour le scrutin de juin. 
     
    "PROGRAMME RÉALISTE" 
    La nouvelle mouture du projet, qui promet baisses d'impôts 
et hausse du pouvoir d'achat, a tout du règlement de comptes 
avec François Fillon, muet depuis la victoire d'Emmanuel Macron, 
et auquel son camp, au-delà des affaires, reprochait l'absence 
d'inflexions sociales dans son programme. 
    Exit l'augmentation de deux points du taux de TVA, 
l'abrogation sine die de la durée légale du temps de travail, 
les 500.000 fonctionnaires en moins sur cinq ans, l'allègement 
de charges de 25 milliards d'euros pour les entreprises...: la 
radicalité du projet présidentiel est enterrée. 
    Les 100 milliards d'euros d'économies sur cinq ans sont 
toutefois maintenus. 
    "Au fond la synthèse du projet de la primaire n'avait pas 
été faite", a plaidé François Baroin sur Europe 1. 
    Ainsi la défiscalisation des heures supplémentaires dont 
François Fillon ne voulait plus entendre parler après 
l'expérience du mandat de Nicolas Sarkozy est-elle réintroduite, 
ou la baisse de 10% de l'impôt sur le revenu que proposait 
l'ancien président durant la primaire, de même que la modulation 
du temps de travail prônée par Alain Juppé. 
    "Nous souhaitons garder une référence légale et la porter 
progressivement de 35 heures à 39 heures. On ne fera pas ça en 
instantané comme c'était prévu", a expliqué Gilles Carrez, qui 
avait participé à la rédaction du projet de François Fillon, sur 
BFM Business. "Nous souhaitons que les discussions sur le temps 
de travail puissent se dérouler au niveau de l'entreprise" comme 
des branches. 
    L'objectif de réduction du nombre de fonctionnaires - 
500.000 sur cinq ans pour François Fillon - est élargi à un 
horizon de sept à huit ans, dont 300.000 sur la législature. 
    "Ça correspond au non-remplacement d'un départ en retraite 
sur deux, pas seulement dans l'Etat comme on l'a fait entre 2007 
et 2012, mais également dans les collectivités territoriales", a 
précisé Gilles Carrez. "Je préfère un programme réaliste, un 
petit peu plus étalé". 
    En outre, les allègements de charges sur le entreprises ne 
seraient plus de 25 mais "d'une dizaine de milliards" sur cinq 
ans. 
    La réforme des retraites, avec pour mesure-phare le 
relèvement de l'âge légal de départ à 65 ans en 2022, est 
maintenue, mais l'échéancier va être revu. 
 
 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse) 
 

19 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • NociSk
    10 mai17:16

    LR montre comme le PS, qu'ils sont clientèIistes et veulent à tout prix s'accrocher aux branches. Cette modification substantielle du programme initial est un aveux de faibIesse terrible, en étant à la fois la preuve d'une esc.roquerle: LR pense être majoritaire, et quand bien meêm c'est le cas, ce ne sont pas eux qui feront des projets de lois mais le gouvernement Macronlen

    Signaler un abus

  • manx750
    09 mai18:36

    Si LR présente un tel programme, j'iarai aussi voter pour le candidat macroniste !

    Signaler un abus

  • manx750
    09 mai18:36

    Juppé a bien fait de ne pas se présenter ! amah il aurait pris une tôle face au jeune Macron, et cela aurait été bien mérité.

    Signaler un abus

  • manx750
    09 mai18:34

    Avec un tel programme, quel intérêt de voter pour le parti LR ? Autant voter Macron ! leur programme c'est du Canada-dry ! ça ressemble à un programme de droite, ça a la couleur d'une tisane et ça n'est pas mieux que l'original Macroniste ! LR est devenu un parti hollandiste ?

    Signaler un abus

  • M5062559
    09 mai18:33

    Personnellement, je me suis posé la question entre Juppé et macron pour qui aurais je voté ? J'ai réfléchi et j'ai répondu pour celui qui n'a pas de casserole et qui à la force physique pour travailler beaucoup et convaincre les plus incrédules.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.