Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fourpoints IM : Valorisations - l'Europe n'a pas dit son dernier mot

Kiidline10/06/2015 à 10:50

Par Eric Fourrier , Responsable de la Gestion Actions Européennes chez FOURPOINTS IM

Les niveaux de valorisation du marché européen restent encore attrayants compte tenu du fort potentiel de rattrapage en zone euro

Un marché européen « raisonnablement » valorisé

L’évolution des PE sur les douze prochains mois montre un re-rating rapide des marchés européens, la valorisation de l’Europe se rapprochant de celle des Etats Unis. La croissance attendue des bénéfices par action reste cependant bien supérieure au marché américain (14 % contre 1,7 % attendu), supérieure également à la croissance des BPA au Japon (+ 11 %).

Contrairement aux sociétés américaines, les dynamiques sont plutôt favorables aux entreprises européennes : elles bénéficient de la faiblesse de l’euro et de la baisse du coût de l’énergie, de la modération des salaires en raison d’un niveau de chômage encore très élevé. La situation budgétaire des Etats s’est améliorée, relâchant légèrement la pression fiscale ce qui profite particulièrement aux entreprises françaises.

L’impact du QE n’est pas encore dans les prix

Si l’on compare les réactions des différents marchés aux annonces de QE, nous constatons que le comportement du marché européen est dans la moyenne de ce que l’on a connu aux Etats-Unis, au Japon et au Royaume-Uni.

Prenons le cas du Japon. Si nous comparons l’annonce de mesures additionnelles de QE en avril 2013 avec l’évolution des prévisions de bénéfices des douze prochains mois, nous constatons une très forte corrélation entre les prévisions de BPA et la faiblesse du yen. Depuis l’annonce du QE, les bénéfices ont été revus constamment en hausse.

En Europe, nous venons tout juste d’entrer dans cette période : les prévisions de bénéfices n’ont pas encore véritablement réagi et il reste encore un écart vis-à-vis de la performance de l’euro.

Deux secteurs à fort potentiel de rattrapage : l’automobile et la construction

Le secteur automobile américain a connu une baisse très marquée mais également un très fort rebond à partir de 2010, lui permettant de dépasser dès 2014 ses niveaux pré-crise. En Europe, la baisse a été beaucoup plus lente grâce au mécanisme de primes à la casse. Nous sommes aujourd’hui à 20 % en dessous du pic, ce qui laisse entrevoir le potentiel de hausse. Potentiel qui se vérifie dans les chiffres avec un rebond des immatriculations de 8 % sur les quatre premiers mois de 2015.

Le marché de la construction aux Etats-Unis représentait, à son plus haut, près de 10 % du PIB, pour retomber à 6 % aujourd’hui. En Europe, au plus haut le marché de la construction représentait plus de 12 % du PIB pour revenir à moins de 10 % en 2015. Si nous mettons en parallèle le niveau des mises en chantier actuelles par rapport aux besoins, nous constatons que nous sommes bien en deçà du niveau nécessaire compte tenu des besoins à long terme tirés par la démographie et ce, dans la plupart des pays européens.

Si aux Etats-Unis, le redémarrage est déjà réel, en Europe nous attendons la reprise. Elle sera plus longue et laborieuse mais nous pensons que, compte tenu des besoins, le marché de la construction devrait se reprendre. Enfin, si nous regardons les marges opérationnelles, nous sommes à un niveau de rentabilité deux fois inférieur par rapport au niveau de 2007 pour la plupart des grands acteurs du secteur. Et il n’est pas nécessaire de retrouver les volumes d’avant crise pour voir une amélioration très forte des marges : entre temps, les groupes ont drastiquement baissé leurs coûts de production.

Entre consolidation et potentiel de rebond, l’Europe n’a définitivement pas dit son dernier mot.


Contact presse:

Alexandra Origet du Cluzeau
Préférence Conseil
aoriget@preferenceconseil.com 
tel: 06 17 78 48 44
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.