Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forte hausse du chômage en juillet, la 15e consécutive

Reuters27/08/2012 à 22:27

LE CHÔMAGE EN FRANCE

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Le chômage a progressé en France en juillet pour le 15e mois consécutif, approchant la barre des trois millions de personnes au moment où le gouvernement s'apprête à présenter son projet sur les "emplois d'avenir" pour tenter d'enrayer la dégradation du marché du travail.

Mais alors que de nombreuses entreprises, PME comme grands groupes, multiplient les annonces de suppressions de postes pour s'adapter à une conjoncture difficile, les économistes anticipent que l'emploi devrait continuer de souffrir encore de nombreux mois.

"La situation économique est mauvaise. Ce n'est pas le gouvernement actuel qui en est responsable", a déclaré le président François Hollande après avoir ouvert les travaux de la conférence annuelle des ambassadeurs de France.

Selon les chiffres publiés lundi par le ministère du Travail et Pôle emploi, le nombre de demandeurs de catégorie A, qui n'exercent aucune activité, a augmenté de 1,4% le mois dernier en France métropolitaine pour s'inscrire à 2.987.100, son niveau le plus élevé depuis juin 1999.

Sur un an, il affiche une hausse de 8,5%.

En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi s'est accru de 1,3% (+58.300) en juillet par rapport à juin et de 7,9% sur un an pour atteindre 4.453.800.

En incluant les départements d'outre-mer, le nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B et C atteignait 4.733.000 fin juillet.

La hausse a été plus marquée en juillet chez les jeunes de moins de 25 ans (+1,7% en catégorie A) et chez les plus de 50 ans (+1,7%). Dans cette dernière tranche d'âge, la hausse du chômage atteint 16,3% sur un an.

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B et C inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi a évolué comme la moyenne (+1,4% sur le mois et +8,7% sur un an).

Après PSA Peugeot Citroën, Sanofi ou Alcatel cet été, Carrefour devrait à son tour annoncer cette semaine des centaines de suppressions de postes administratifs, redoutent les syndicats du groupe.

HAUSSE "QUASI COMPTABLE" EN 2013

Nombre d'entreprises ont décidé de serrer leurs coûts face à la conjoncture, avec pour conséquence une forte baisse du recours à l'intérim ou aux contrats temporaires depuis le printemps. Les statistiques de juillet font apparaître également une chute de 13,1% sur un an des offres d'emploi collectées par Pôle emploi.

Eric Heyer, de l'OFCE (Observatoire des conjonctures économiques), estime que la tendance à la hausse du chômage risque de se prolonger tout au long de 2013.

"On sait que l'économie française doit connaître un taux de croissance annuel moyen de 1% pour commencer à créer des emplois et de 1,5% pour faire baisser le chômage. On en est assez loin", dit-il.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a laissé entendre que le gouvernement réviserait à la baisse sa prévision de croissance de l'économie française en 2013 qui, à 1,2% pour le moment, se situe assez loin des prévisions des économistes (0,5% à 0,6% en moyenne).

Dans ce contexte, "une hausse du chômage est quasi comptable en 2013 sauf à utiliser massivement des dispositifs de traitement social", souligne Eric Heyer.

Avec les "contrats de génération", les emplois d'avenir, dont le dispositif sera présenté ce mercredi en conseil des ministres, constituent les principales armes que le gouvernement compte utiliser pour lutter contre la flambée du chômage.

Au nombre de 150.000, dont 100.000 mis en place dès l'an prochain, ils visent à répondre en priorité au chômage des jeunes peu qualifiés des quartiers défavorisés. Ils se distinguent des contrats aidés habituels par leur durée de vie, trois ans contre huit mois en moyenne pour les autres.

Pour Eric Heyer, le chiffre de 150.000 correspond à peu près au nombre de nouveaux entrants chaque année sur le marché du travail. "Si dans le même temps, le secteur privé ne détruit pas d'emplois, ça ira. Mais on peut craindre qu'ils continuent l'an prochain à en détruire et cela ne suffira donc pas", dit-il.

Avec Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.