Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Florange vaut-il 1 euro ?" - le débat de la semaine avec le Cercle des économistes (Bertrand Jacquillat)

Boursorama03/12/2012 à 17:20

Les 180 millions d'euros mis sur la table par Lakshmi Mittal vendredi 30 septembre dernier n'ont pas permis de rassurer les syndicats sur l'avenir des hauts fourneaux de Florange. Plus que la victoire de Mittal, c'est pour eux une profonde trahison de la part du gouvernement. L'autre enseignement, c'est la mue de l'Etat sur la politique économique. Le social libéralisme de l'Elysée semble avoir pris le pas sur l'économie administrée incarnée par le désormais célèbre Redressement productif.

On se souvient de la phrase malheureuse prononcée en 1996 par le Premier ministre de l'époque à propos de la valeur de Thomson Multimédia que le gouvernement s'apprêtait à céder au sud-coréen Daewoo pour 1 franc symbolique. C'est la même analyse que fait aujourd'hui Arcelor Mittal à propos de son site sidérurgique de Florange. Celui-ci vaut 1 euro... plus une option.

La valeur d'un site industriel, et le raisonnement vaut aussi pour une entreprise, c'est la valeur actualisée des cash flows qu'il est susceptible de générer, après paiement de toutes les charges et dépenses d'investissement nécessaires à son exploitation. En l'occurrence, l'industrie sidérurgique mondiale, et notamment européenne, est en surcapacité, la consommation d'acier en Europe est en diminution de 5% en 2012 et sur une pente négative, tandis que production et consommation se sont déplacées dans les émergents. Par ailleurs, les hauts fourneaux du site de Florange sont de petite capacité donc inefficients. Il était déjà question de les arrêter avant même que Mittal ne rachète Arcelor en 2006.

A cette valeur globale nulle, Mittal y ajoute la valeur d'une option de 180 millions d'euros, somme qu'il s'est engagé à investir sur cinq ans dans la partie aval, de la transformation en aciers spéciaux à valeur ajoutée fournissant plusieurs constructeurs automobiles, même si compte tenu de la configuration géographique de la production sidérurgique du groupe, cette partie, dont celui-ci ne voulait pas qu'elle fut cédée à un concurrent, pourrait s'avérer non rentable à terme. Les cash flows dégagés par la suite étant faibles, voire négatifs, les taux auxquels ils sont actualisés sont de peu d'importance. Si ce n'est que les incertitudes juridiques qui entourent les droits de propriété privée à l'occasion de cette affaire, et de celles qui l'ont précédé, ne peuvent que contribuer à une augmentation générale des taux d'actualisation, rendant ainsi le territoire France moins attractif pour les investisseurs étrangers.

Enfin, cette quête forcenée à maintenir en l'état le tissu productif français est une autre illustration de la cohérence sous-optimale de certaines politiques gouvernementales. Toutes les mesures fiscales qui figurent dans la loi de finances ont pour conséquences de brider les entrepreneurs, ceux qui dessinent le tissu productif de demain, en même temps que le gouvernement force l'allocation des ressources financières et humaines d'aujourd'hui dans le maintien d'activités qui n'ont plus de réelle valeur ajoutée. C'est d'une parfaite cohérence, mais archaïque...

Bertrand Jacquillat


Retrouvez Bertrand Jacquillat à l'occasion du tchat de mercredi 5 décembre à 11h. Posez-lui dès à présent vos questions ici.


Bertrand Jacquillat: Président et Co-fondateur d'Associés en Finance, professeur des Universités à Sciences po Paris et vice-Président du Cercle des économistes. Bertrand Jacquillat est également membre du conseil de surveillance de Klépierre et des Presses Universitaires de France. Il est diplômé d'HEC, de Sciences-Po Paris, de Harvard Business School (MBA) et titulaire d'un doctorat de gestion de l'Université Paris Dauphine. Il a précédemment enseigné au sein du groupe HEC et des universités de Lille, Paris Dauphine, Berkeley et Stanford.
Ses principaux domaines d'expertise sont les marchés financiers, la finance d'entreprise et l'économie financière.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd?hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l?initiative repose sur une conviction commune : l?importance d?un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur www.cercledeseconomistes.asso.fr.


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.