Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fiat, endetté, est dépendant de Chrysler

Reuters30/01/2013 à 21:11

FIAT EST ENDETTÉ ET DÉPENDANT DE CHRYSLER

MILAN (Reuters) - Fiat a fait savoir mercredi que sa dette avait augmenté d'un milliard d'euros environ en 2012, dans un contexte de chute de 14% des ventes d'automobiles en Europe qui laisse le constructeur italien encore plus dépendant de la forte croissance de sa filiale américaine Chrysler.

Alors que Fiat augmente les investissement sur de nouveaux modèles en Europe et aux Etats-Unis, les investisseurs surveillent de près son endettement, pour voir si les opérations européennes ne remettent pas en cause sa capacité à investir dans des produits qui assureront la clientèle de demain.

Fiat, soumis à un brutal tassement des ventes en Europe, a dit qu'il ne pensait pas que les conditions d'activité changeraient en 2013, par rapport à ce qu'il anticipait auparavant, les perspectives européennes restant très incertaines.

La dette nette de Fiat a augmenté de 18% environ pour représenter 6,54 milliards d'euros fin 2012, une performance meilleure toutefois que ce que prévoyaient la quasi totalité des analystes.

La liquidité totale disponible pour le groupe représentaient 20,8 milliards d'euros fin 2012, soit un peu mieux qu'à la fin 2011.

Cet élément financier est également surveillé de près depuis que l'administrateur délégué Sergio Marchionne a dit qu'il comptait consacrer la trésorerie à augmenter la participation de Fiat dans Chrysler. Celle-ci est actuellement de 58,5%.

Fiat a également dit que sa perte annuelle avant intérêts et impôt en Europe, où les ventes subissent leur sixième année de recul, était de 738 millions d'euros. Il a ajouté qu'il ne comptait pas parvenir au point mort en Europe avant 2015.

Sa perte avant intérêts et impôt en Europe s'est réduite à 165 millions d'euros au quatrième trimestre contre 298 millions un an auparavant.

Le constructeur automobile a fait également état d'un bénéfice d'exploitation de 987 millions d'euros au titre du quatrième trimestre pour le groupe, un peu en deçà du milliard d'euros anticipé par les analystes.

Cette faible performance et ces perspectives incertaines en Europe ont été compensées par une forte performance aux Etats-Unis où Chrysler a dégagé un bénéfice net en hausse de 68% au quatrième trimestre.

Mais Chrysler s'attend aussi à un ralentissement de son cash flow à un milliard de dollars, voire un peu plus, cette année contre 2,2 milliards en 2012. (Voir )

Sergio Marchionne a déclaré par ailleurs qu'il était tout disposé à une entrée en Bourse de Chrysler, le directeur général de Fiat ayant même ajouté que "le plus tôt serait le mieux".

Veba, le fonds de retraites du syndicat de l'automobile United Auto Workers, actionnaire minoritaire de Chrysler, a récemment exigé qu'une part de 16,6% du capital du constructeur américain soit mise sur le marché.

Veba a le droit d'exiger une telle mise en Bourse dans le cadre du plan de sauvetage de Chrysler mis en place en 2009.

L'action Fiat a terminé en baisse de 4,83% à 4,46 euros en Bourse de Milan.

Jennifer Clark et Bernie Woodall, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.