Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fiat a plus souffert qu'attendu au 1er trimestre

Reuters29/04/2013 à 22:19

FIAT CONFIRME SES OBJECTIFS DE RÉSULTATS 2013

par Bernie Woodall et Jennifer Clark

MILAN/DETROIT (Reuters) - Fiat a publié lundi des résultats trimestriels en baisse et inférieurs aux attentes, les ventes de sa filiale américaine Chrysler ayant souffert dans l'attente du lancement d'un nouveau modèle.

"Nous savions que nous allions ralentir pendant ce trimestre ; simplement, je ne pensais pas que nous allions ralentir autant", a reconnu Sergio Marchionne, qui dirige les deux constructeurs automobiles, lors d'une téléconférence avec des analystes et des journalistes.

En janvier, il avait prévenu que les bénéfices du groupe allaient diminuer au premier trimestre en raison des coûts de lancement de nouveaux modèles et de l'arrêt de la production de la Jeep Liberty.

La remplaçante de cette dernière, la Jeep Cherokee, ne sera pas commercialisée avant le troisième trimestre.

Sergio Marchionne a aussi expliqué la dégradation des résultats par des retards dans le lancement de la Jeep Grand Cherokee et d'utilitaires RAM, qui figurent parmi les meilleures ventes de Chrysler.

Fiat, qui contrôle le troisième constructeur américain depuis quatre ans, a néanmoins confirmé ses objectifs de résultats pour cette année, malgré les déboires de Chrysler et la baisse continue du marché européen.

Pour l'ensemble de 2013, Fiat prévoit toujours un chiffre d'affaires de 88 à 92 milliards d'euros, un bénéfice d'exploitation de 4,0 à 4,5 milliards et un endettement industriel net proche de sept milliards.

Sur les trois premiers mois de l'exercice, le groupe de Turin a vu son bénéfice d'exploitation reculer à 618 millions d'euros alors que les analystes financiers prévoyaient en moyenne un résultat de 720 millions.

"PAS SI GLORIEUX", DIT MARCHIONNE

Le bénéfice imposable, lui, est tombé à 160 millions alors que le marché l'attendait à 300 millions.

Quant à l'endettement net, il atteignait 7,10 milliards d'euros fin mars, contre 7,15 milliards attendus et 6,5 milliards fin décembre.

Pour Harald Hendrikse, analyste de Citi Research, les derniers résultats soulignent le poids de la dette du groupe.

"Avec une dette au niveau actuel, la société ne pourra pas rivaliser à long terme avec des géants comme Volkswagen, qui dépense 16 milliards d'euros en investissements productifs et en recherche-développement", explique Citi dans une note publiée lundi.

Au premier trimestre, Fiat a néanmoins réduit ses pertes en Europe en dépit d'une chute de 10% du marché sur le Vieux Continent.

La perte avant impôt et charges financières (Ebit) des activités européennes a été ramenée à 111 millions d'euros contre une perte de 170 millions en janvier-mars 2012. Les ventes ont parallèlement diminué de 8%.

Chez Chrysler, le bénéfice net a chuté de 65% en un an à 166 millions de dollars, contre 473 millions et le chiffre d'affaires de 6%, à 15,4 milliards de dollars.

Lors de la téléconférence, Sergio Marchionne a passé la parole au directeur financier de Chrysler Richard Palmer, en expliquant qu'il allait présenter les "détails pas très glorieux d'un trimestre pas très glorieux".

Pour le deuxième trimestre, Chrysler table sur une hausse d'au moins de 13% de ses ventes en volumes par rapport à janvier-mars.

A la Bourse de Milan, l'action Fiat a fini la journée en baisse de 1,19% à 4,638 euros.

Jennifer Clark, Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.