Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Fed : en route pour la dernière hausse de l'année ?

Boursorama14/06/2017 à 08:12

Pour juin, la hausse semble acquise. Pour septembre, les choses s'annoncent en revanche plus compliquées. (crédit : Fotolia)

Le 14 juin est une date cerclée de rouge dans le calendrier des investisseurs. Demain soir à  20 heures (heure de Paris), la Fed devrait, sauf surprise, annoncer qu’elle augmente son taux directeur de 25 points de base alors qu’il évolue actuellement entre 0,75 et 1%. Ce serait le troisième relèvement en sept mois et peut-être pas le dernier de l’année… ou peut-être que si.

Parce que la banque centrale américaine joue une partition plus compliquée qu’il n’y paraît. Globalement, tout va bien pour l’économie des Etats-Unis, mais le diable se cache souvent dans les détails. La croissance par exemple. Malgré une révision à la hausse, on ne peut pas dire qu’elle ait fait des étincelles au premier trimestre à +1,2%. Surtout, elle a fait ressortir une très faible contribution de la consommation privée, qui compte pourtat en moyenne pour près de 70% du PIB américain. 

Un rebond de l’activité est attendu au deuxième trimestre mais son ampleur divise, les prévisions allant de +2 à +4%. Sur l’année, la croissance américaine reste attendue entre 2 et 2,4% pour les plus optimistes.

Le quasi plein emploi, sans les augmentations de salaire

Sur le marché de l’emploi aussi, les signaux sont contradictoires. A 4,3%, le taux de chômage est à un plus-bas depuis dix-sept ans… mais cette situation n’entraîne pas d’augmentation des salaires. 
Les chiffres récents ont ainsi fait ressortir que le salaire horaire moyen n’a augmenté que de 4 cents en mai, à 26,22 dollars, soit une hausse annuelle de 2,5% pour une inflation de 2,2% sur un an. Autant dire pas grand-chose.

Et justement puisqu’on en parle, l’inflation mesurée par l’indice PCE utilisé par la Fed a patiné en avril à +1,7% sur douze mois contre 1,9% en mars. On est encore loin de la cible de 2% fixé par la banque centrale américaine. 

On en saura toutefois un peu plus sur ce point demain avec la publication des prix à la consommation (indice CPI pour Consumer Price Index) pour mai. Les prix à la production (PPI) ont, eux, en tout cas fait du surplace sur le même mois. Hors alimentation, énergie et services commerciaux, ils ont même reculé de 0,1%.

Autant d’éléments contrastés qui font que le calendrier de la Fed et des marchés diverge de plus en plus. Selon Oddo, l’institution «envisage trois hausses en 2017, 2018 et 2019 ce qui placerait le taux directeur à 3% en bout de cycle».

Mais après celui de demain, les investisseurs ne croient guère à un tour de vis supplémentaire. Selon CPR Asset Management, «le marché ne semble pas croire à de nouveaux ajustements à la hausse. Si celle de juin est totalement anticipée, celle de septembre ne l’est qu’à 30%.»

Pour Franck Dixmier directeur des gestions obligataires d’Allianz Global Investors : «Il est frappant de constater que les anticipations de marché restent totalement déphasées par rapport au discours et aux prévisions de la Fed.  En effet, après la hausse attendue du mois de juin, seules deux hausses supplémentaires sont anticipées sur les deux prochaines années, ce qui nous semble trop peu. »
Pourtant la période de septembre pourrait s’avérer particulièrement mal choisie. Le congrès est en train de patauger dans la recherche d’un accord sur le relèvement de la dette alors que la trêve estivale arrive à grand pas. Il pourrait devoir remettre le sujet à la rentrée alors que l’Etat fédéral a de quoi faire face aux dépenses courantes jusque fin septembre.

Un bilan qui flirte avec les 4.500 dollars

Au-delà des taux, c’est aussi la question de la réduction du bilan de la Fed qui est au programme. Un bilan qui flirte désormais avec les 4.500 milliards de dollars, dont 2.500 milliards de bons du trésor américain. Pour Franck Dixmier, «son objectif est probablement de plafonner les ré-investissements  à partir du quatrième trimestre de cette année.  Intervenant quelques mois avant sa mise en œuvre effective, l’annonce d’une telle décision aurait le mérite de permettre à la Fed de tester dès maintenant la réaction du marché à cette nouvelle étape vers une normalisation de sa politique monétaire ».

Oddo résumait bien la mission et l’objectif de la présidente de la Fed demain : «En somme, la tache de Janet Yellen cette semaine est de restaurer un peu d’optimisme dans l’économie US si elle veut rendre crédible son scénario de taux »…

Laurent Grassin (redaction@boursorama.fr)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.