1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Faut-il sortir de l'euro ? "Nous allons voir", dit Marine Le Pen
Reuters19/10/2017 à 21:55

    PARIS, 19 octobre (Reuters) - Marine Le Pen a déclaré jeudi 
qu'elle n'exigerait pas nécessairement une sortie de l'euro si 
elle arrivait au pouvoir, une position à l'inverse de celle 
qu'elle a défendue durant la campagne présidentielle. 
    Priée de dire si elle abandonnerait la monnaie unique dans 
tous les cas de figure, la présidente du Front national a 
répondu : "Nous allons voir." 
    Invitée de L'Emission politique, sur France 2, la députée du 
Pas-de-Calais a justifié son point de vue par une vision non pas 
"idéologique" mais "pragmatique" de la question monétaire. 
    "J'attends de voir si M. Macron va réussir à convaincre Mme 
Merkel de verser à la France 70 milliards d'euros par an des 
excédents que l'Allemagne fait au détriment des pays, de notre 
pays entre autres", a-t-elle fait valoir. 
    "Si l'euro était positif pour la France, après tout, je me 
contenterais de l'euro. Mais je considère que l'euro continue à 
être négatif pour la France", a encore dit Marine Le Pen lors de 
cette première grande émission de télévision depuis l'échec de 
la présidentielle. 
    Le parti d'extrême droite a fait évoluer son discours depuis 
la campagne, durant laquelle Marine Le Pen prônait une sortie de 
l'euro à un horizon de quelques mois. 
    En juillet, les dirigeants frontistes, réunis en bureau 
politique, ont arrêté une nouvelle position officielle 
consistant à réclamer un retour progressif des "souverainetés" à 
la France tout au long d'un potentiel quinquennat en finissant 
par la "souveraineté monétaire". 
    Jeudi, Marine Le Pen a dit avoir "entendu la crainte des 
Français" à propos d'une fin brutale de la monnaie européenne.  
    En mars dernier, elle jugeait qu'"à peu près 70%" de son 
programme ne pourrait être mis en oeuvre dans le cadre de l'UE 
sous sa forme actuelle et de la monnaie unique. 
 
 (Simon Carraud, édité Sophie Louet) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

CGG
1.454 -3.77%
1.13878 -0.07%
5.29 +3.32%
28.41 -5.96%
1.763 -1.81%

Les Risques en Bourse

Fermer