1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

EXCLUSIF. Un putsch en préparation chez Veolia
Le Point14/02/2014 à 12:22

Matignon aurait été agacé par l'intransigeance d'Antoine Frérot dans le dossier SNCM.

Les agapes auraient dû rester secrètes. En début de semaine, plusieurs membres du conseil d'administration de Veolia se sont réunis en toute discrétion dans un restaurant étoilé parisien. Au menu : la destitution d'Antoine Frérot, PDG du géant de l'eau et des déchets, et son remplacement par un haut fonctionnaire de Bercy.Officiellement, David Azema, actuel patron de l'Agence des participations d'État, en clair, l'homme qui veille sur l'argent public investi dans les fleurons nationaux n'est candidat à rien. Pourtant, ce discret énarque est depuis peu "sponsorisé" par le clan Dassault pour prendre la place d'Antoine Frérot aux commandes de Veolia. L'avionneur, qui possède moins de 6 % du capital, serait parvenu à convaincre certains administrateurs. Au sein de la multinationale de l'eau, qui emploie 220 000 collaborateurs dans 48 pays, les opérations de déstabilisation se succèdent depuis le départ pour EDF de l'ancien patron Henri Proglio, qui, durant une décennie, a régné sur l'entreprise d'une main de fer.CoriaceComme Le Point l'avait raconté, en février 2012 déjà, Antoine Frérot avait fait l'objet d'une tentative avortée de putsch. À l'époque, même s'il l'a toujours nié, Jean-Louis Borloo, l'ancien ministre de l'Écologie, avait tenté de s'installer dans le fauteuil du P-DG, soutenu par le clan Dassault et plusieurs administrateurs historiques. Depuis, d'autres noms de prétendants ont circulé. Parmi eux, Jean-Pierre...

Lire la suite sur Le Point.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mr.tony
    13 février22:05

    Pour une fois qu'il y a avait un bon à la tête d'un société...

    Signaler un abus

  • gb00b04
    13 février22:02

    Dassault il faudrait leur couper les vivres une fois pour toute... Ils feraint mieux de se consacrer à l'exportation du Rafale, l'avion que personne ne veut plutot que de faire les intriguants... Après tout ils devraient plutot virer le conseil qui les a poussé à investir chez VIE.

    Signaler un abus

  • d.e.s.t.
    13 février21:56

    Bizarre, dès qu'on entend le nom Dassault, on lit Bloch et on peut s'attendre à une entourloupe!

    Signaler un abus

  • murashig
    13 février21:39

    Rien ne change en République bananièreMoi président, je serais impartial sur les nominationsMoi président la république je serais exemplaire :-)Les énarques continuent de se refiler les postes dans ce va et vient public/privé comme ils refilent les dettes aux contribuables.Pourtant Frerot n a pas demerite en reduisant (les dettes refilees en douce) par deux !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer