1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Europe/PMI-Zone euro-Croissance manufacturière à un pic de 6 ans

Reuters01/03/2017 à 11:29
    LONDRES, 1er mars (Reuters) - Principaux résultats 
définitifs des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat du 
secteur manufacturier en Europe: 
     
    ZONE EURO - PIC DE SIX ANS POUR L'ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE 
    LONDRES - La croissance de l'activité manufacturière a été 
en février la plus soutenue depuis près de six ans, tandis qu'un 
euro affaibli a stimulé la demande extérieure. 
    L'indice PMI des directeurs d'ahcats IHS Markit est ressorti 
à 55,4 en février, au plus haut depuis avril 2011, contre 55,2 
en janvier. En estimation flash, l'indice était de 55,5 en 
février. 
    Le sous-indice de la production est de 57,3, également au 
plus haut depuis près de six ans, contre 56,1 en janvier et 57,2 
en estimation flash. 
    "Les entreprises n'ont jamais été aussi optimistes depuis la 
crise de la dette de la région. Les entreprises font état d'une 
demande plus forte tant intérieure qu'extérieure, l'euro 
affaibli ne contribuant pas peu à la hausse des ventes", dit 
Chris Williamson, chef économiste d'IHS Markit. 
    Le sous-indice des nouvelles commandes à l'exportation est 
au plus haut depuis avril 2011, à 55,5 contre 55,2 en janvier.  
    Chris Williamson note que le secteur industriel semble 
passer outre l'accumulation des incertitudes politiques liées à 
différents scrutins en Europe cette année et la montée du péril 
protectionniste. 
    "Sur le front des prix, non seulement la hausse des prix des 
matières premières et un euro faible accroissent les coûts de 
production mais encore il semble qu'un marché de vendeurs se 
développe, avec une demande qui dépasse l'offre, ce qui suggère 
que les pressions inflationnistes de fond pourraient commencer à 
s'intensifier", explique-t-il.  
    Autant de bonnes nouvelles pour la Banque centrale 
européenne (BCE), qui devrait observer le statu quo jusqu'à ce 
que toutes les échéances électorales européennes soient passées. 
     
    * ALLEMAGNE-LA CROISSANCE DU SECTEUR MANUFACTURIER 
S'ACCÉLÈRE 
    BERLIN - La croissance de l'activité manufacturière s'est 
accélérée en février, à son rythme le plus rapide en près de six 
ans, montrent les chiffres définitifs de l'enquête mensuelle 
Markit auprès des directeurs d'achat publiés mercredi, ce qui 
permet de penser que le secteur contribue bien à la croissance 
de la première économie d'Europe au début de 2017. 
    L'indice PMI manufacturier définitif, qui représente environ 
un cinquième de l'économie, s'affiche à 56,8 après 55,4 en 
janvier. Il s'agit du chiffre le plus élevé depuis mai 2011 et 
il est pour le 27e mois consécutif nettement au-dessus de la 
barre de 50 séparant la croissance de la contraction. 
     Le chiffre définitif est cependant légèrement plus bas que 
celui donné en première estimation, qui était de 57,0.  
    "Les résultats de l'enquête suggèrent que le secteur 
manufacturier contribuera à un renforcement de la croissance 
économique globale au premier trimestre", souligne Trevor 
Balchin, économiste d'IHS Markit.   
    Le taux de croissance trimestriel de l'Allemagne devrait 
atteindre "au moins" 0,6% au cours des trois premiers mois de 
2017 contre 0,4% au cours des trois derniers mois de 2016,  
estime Trevor Balchin. 
    Selon l'enquête Markit, les taux de croissance dans la 
production, les nouvelles commandes, les exportations et les 
achats se sont tous améliorés, les nouvelles commandes dans le 
secteur manufacturier ayant bondi à leur rythme le plus élevé en 
un peu plus de trois ans. 
    Le secteur a bénéficié en février d'une augmentation de la 
demande sur le marché allemand comme à l'exportation, l'Europe 
et l'Asie étant citées comme les principales sources de 
croissance. 
    Les pressions sur les coûts ont continué de se renforcer le 
mois dernier, l'inflation des prix des facteurs de production 
accélérant encore pour atteindre son niveau le plus élevé en 
près de six ans. On relève notamment une hausse des prix sur les 
métaux et le pétrole. 
    Trevor Balchin prévoit une croissance économique de 1,9% en 
Allemagne pour l'ensemble de l'année. 
     
    * FRANCE-LA CROISSANCE DU SECTEUR MANUFACTURIER RALENTIT EN 
FÉVRIER 
    PARIS - L'activité dans le secteur manufacturier a continué 
de croître en France en février même si elle a ralenti la 
cadence, selon la version définitive de l'indice Markit publiée 
mercredi. 
    L'indice synthétique du secteur manufacturier s'est établi à 
52,2 le mois dernier, un chiffre légèrement inférieur à la 
première estimation "flash" de 52,3 publiée le 21 février et en 
recul par rapport à la marque de 53,6 du mois de janvier.  
    Il se maintient donc pour le cinquième mois consécutif 
au-dessus du seuil de 50 qui distingue croissance et contraction 
de l'activité.   
    Cette croissance a notamment été alimentée par une 
progression de sa composante production d'une ampleur sans 
précédent depuis mai 2011.  
    La progression des nouvelles commandes et celle des 
nouvelles commandes à l'export ont en revanche ralenti en 
février pour le deuxième mois de suite.  
    Dans ce contexte d'affaiblissement de la demande, le taux de 
création de postes s'est replié, même si l'emploi a augmenté 
pour le quatrième mois consécutif dans le secteur.  
    Pour l'Insee, qui a publié son enquête de février la semaine 
dernière, le climat des affaires dans l'industrie manufacturière 
a atteint le mois dernier son plus haut niveau depuis juin 2011 
et reste bien supérieur à sa moyenne de long terme.   
     
    * GB - RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE MANUFACTURIÈRE 
    LONDRES - La croissance manufacturière a été moins forte que 
prévu en février mais elle reste suffisante pour assurer une 
solide croissance générale de l'économie en début d'année. 
    L'indice PMI des directeurs d'achats Markit/CIPS atteste en 
outre d'une légère détente des pressions inflationnistes, qui 
s'étaient intensifiées à une cadence sans précédent depuis la 
chute de la livre faisant suite au vote du 23 juin en faveur du 
Brexit. 
    Cet indice ressort à 54,6 en février contre 55,7 en janvier 
et 55,6 attendu.  
    Le sous-indice des prix des facteurs de production a fléchi 
à 81,0 en février contre 87,9 en janvier. 
    Selon Rob Dobson, économiste d'IHS Markit, l'indice PMI 
préfigure une croissance de la production manufacturière de 1,5% 
au premier trimestre, soit l'une des meilleures performances des 
sept dernières années. 
    Un ralentissement des commandes nouvelles et une baisse des 
carnets de commandes suggèrent un ralentissement mais il serait 
limité si l'on en croit un haut niveau d'optimisme chez les 
entreprises et de créations d'emplois, une reprise des commandes 
à l'exportation et une hausse des achats. 
 
    * ITALIE - CROISSANCE MANUFACTURIÈRE LA PLUS FORTE EN 14 
MOIS 
    ROME - L'activité manufacturière a poursuivi sa croissance 
en février à son rythme le plus soutenu depuis plus d'un an, 
montre mercredi l'indice des directeurs d'achats Market/ADACI 
(PMI), ce qui est de bon augure pour la croissance économique à 
court terme. 
    Son indice est ressorti à 55,0 le mois dernier contre 53,0 
en janvier, bien au-dessus de la barre des 50 qui sépare 
croissance et contraction. Il s'agit du chiffre le plus élevé 
depuis décembre 2015.  
    Le consensus Reuters donnait un indice à 53,5 en février. 
    La production manufacturière, l'emploi et les commandes 
nouvelles se sont tous renforcés en février. Le sous-indice des 
commandes nouvelles est passé de 53,8 en janvier à 56,2 en 
février, son niveau le plus haut depuis décembre 2015. 
     Le gouvernement italien prévoit une croissance économique 
de 1,0% en 2017, globalement au même niveau que celle de l'an 
dernier.           
         
    * ESPAGNE-CROISSANCE MOINS FORTE QUE PRÉVU DE L'INDUSTRIE 
    MADRID - Le secteur industriel a connu une croissance 
inférieure aux attentes en février, en dépit d'une hausse des 
prix répercutant celle des matières premières telles que 
l'acier. 
    L'indice PMI des directeurs d'achats ressort à 54,8 en 
février contre 55,6 en janvier et 56,0 attendu.  
    L'industrie est en croissance depuis 39 mois d'affilée. 
    La croissance de l'inflation des coûts de production a été 
en février la plus marquée depuis avril 2011.  
    "La montée des pressions inflationnistes continuera 
d'éprouver la résistance de la demande de la clientèle, qui, 
jusqu'à présent, à résisté aux hausses des prix", observe Andrew 
Harker, économiste d'IHS Markit, qui observe en outre que la 
demande a contribué à une hausse marquée des commandes nouvelles 
et de la production le mois dernier.  
     
    * PAYS-BAS - L'INDUSTRIE PORTÉE PAR UNE CONJONCTURE SOLIDE  
    AMSTERDAM - L'activité manufacturière a connu en février une 
croissance au rythme le plus soutenu depuis près de six ans, ce 
qui laisse penser que l'économie locale jouit d'une santé solide 
même si des tensions se font jour dans la chaîne logistique. 
    L'indice PMI des directeurs d'achats NEVI était de 58,3 en 
février, au plus haut depuis 70 mois, grâce à une croissance de 
la production sans précédent depuis plus de 10 ans et une 
croissance de l'emploi sans égale depuis 2011, explique Markit. 
    L'indice était de 56,5 en janvier. 
    Toutefois, les coûts de production ont également connu une 
hausse sans équivalent depuis 2011, ce qui se traduit par une 
hausse des prix de vente. Les délais de livraison s'allongent 
eux aussi. 
     
    * IRLANDE - RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE DANS L'INDUSTRIE 
    DUBLIN - La croissance du secteur manufacturier a ralenti en 
février en dépit d'une croissance des exportations portée par la 
demande de la Grande-Bretagne voisine. 
    Une forte hausse des coûts de production - ceux-ci étant au 
plus haut depuis mai 2011 - a érodé les marges bénéficiaires. 
    L'indice des directeurs d'achats PMI d'Investec a reculé à 
53,8 contre 55,5 en janvier mais il reste bien au-dessus de la 
barre des 50 qui sépare la croissance de la contraction. 
    L'indice mesurant les nouvelles commandes à l'exportation 
est monté à 57,6 contre 56,1, une croissance sans précédent 
depuis juillet 2015. 
    Une réduction marquée des stocks de produits finis -  
conséquence, disent certaines entreprises, d'une politique 
délibérée de limitation des stocks - atteste que les industriels 
restent prudents malgré la hausse de la demande de la clientèle. 
    "Globalement, ce rapport montre que les industriels 
subissent des pressions venant d'un peu partout mais il est 
clair aussi que la plupart des entreprises pensent pouvoir les 
surmonter et croître encore dans les mois qui viennent".     
     
 
 (Bureaux européens de Reuters, Wilfrid Exbrayat pour le service 
français) 
 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

CGG
1.489 -0.73%
109.39 0.00%
30.38 +0.19%
8 -9.45%
35.9285 -0.32%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.