Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Europe/PMI-La croissance s'est maintenue en zone euro en juillet

Reuters05/08/2015 à 11:22

(Actualisé avec le Royaume-Uni) PARIS/LONDRES/BERLIN, 5 août (Reuters) - Principaux résultats des enquêtes mensuelles de Markit auprès des directeurs d'achat en Europe publiés mercredi: * ZONE EURO-CROISSANCE ROBUSTE DU SECTEUR PRIVÉ EN JUILLET LONDRES-La croissance du secteur privé a accéléré dans la deuxième partie de juillet en zone euro avec un regain d'optimisme dû à l'apaisement de la crise grecque, montrent les résultats définitifis de l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat. L'indice PMI composite, annoncé à 53,7 en version préliminaire, a finalement atteint 53,8, en repli toutefois par rapport à son pic de quatre ans de 54,2 touché en juin. L'indice qui intègre l'activité dans les services et le secteur manufacturier se maintient depuis la mi-2013 au-dessus du niveau de 50 à partir duquel il rend compte d'une croissance. Selon Markit, l'indice composite laisse prévoir une croissance du produit intérieur brut de 0,4% au troisième trimestre. "L'économie de la zone euro a montré une résilience rassurante face à la crise dette en juillet", a observé Chris Williamson, chef économiste de la firme de recherche. L'indice PMI des services a aussi progressé dans sa version définitive par rapport à l'estimation "flash", à 54,0 contre 53,8, mais en-deçà là aussi du pic de 4 ans de juin à 54,4. Comme chaque mois depuis plus de trois ans, les entreprises ont dû consentir des baisses de prix mais celles-ci ont été légères. Le sous-indice des prix de sortie est ainsi remonté à 49,8 contre 49,4 en juin, au plus haut depuis son passage sous la barre des 50 en avril 2012. * ALLEMAGNE-LA CROISSANCE DU SECTEUR PRIVÉ SE MAINTIENT BERLIN-La croissance de l'activité dans le secteur privé s'est poursuivie en juillet, notamment portée par une hausse des nouvelles commandes, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de Markit suggérant que la première économie européenne se porte bien à l'entame du troisième trimestre. L'indice PMI composite, qui mesure l'évolution de l'activité à la fois dans les services et le secteur manufacturier, est resté inchangé à 53,7 le mois dernier, ce qui est légèrement mieux que l'estimation "flash" de 53,4, contre 52,6 en mai. Cet indice est ainsi supérieur à la barre des 50 pour le 27e mois de suite. "Les derniers résultats PMI semblent montrer que le secteur privé allemand a continué de croître à un rythme soutenu en ce début de second semestre 2015", a déclaré Oliver Kolodseike, économiste chez Markit. L'indice PMI pour le seul secteur des services a atteint 53,8, chiffre également supérieur à l'estimation "flash" de 53,7 et inchangé par rapport à juin. Dans les services, le rythme des embauches s'est accéléré par rapport à juin. Même s'il reste à un niveau élevé, le sentiment des entreprises du secteur est tombé à un creux depuis décembre. Certaines d'entre elles se sont montrées préoccupées par une hausse des coûts et une concurrence accrue. * FRANCE-RALENTISSEMENT DE LA CROISSANCE DANS LES SERVICES PARIS-La croissance de l'activité dans le secteur des services a marqué le pas le mois dernier en France après ses plus hauts depuis l'été 2011 atteints en juin, du fait d'un ralentissement de la hausse des nouvelles commandes, selon la version définitive des indicateurs PMI de Markit. L'indice du secteur des services est ressorti à 52,0, le niveau où il avait été annoncé en première estimation, contre 54,1 en juin. Il s'inscrit pour le sixième mois consécutif au-dessus de la barre des 50 qui sépare contraction et croissance de l'activité. L'indice composite, qui combine des éléments de l'indice du secteur manufacturier et celui des services, est revenu de son côté à 51,5 contre 53,3 en juin. Outre des nouvelles commandes moins dynamiques, les chefs d'entreprises du secteur des services interrogés par Markit font état d'un ralentissement du volume des affaires en attente et d'une légère contraction de l'emploi pour la première fois en cinq mois. Cet environnement se traduit par un recul des perspectives d'activité qui, après un plus haut de plus de trois ans affiché en juin, sont retombées à leur niveau le plus faible depuis début 2015. Pour Jack Kennedy, économiste de Markit, "la détérioration des perspectives d'activité et le retour à la contraction de l'emploi témoignent d'un certain scepticisme des entreprises quant à l'existence d'une véritable reprise économique." "Dans un tel contexte, les bons résultats du mois dernier pourraient n'avoir été qu'un feu de paille", ajoute-t-il. * ROYAUME-UNI-LA CROISSANCE RALENTIT DANS LES SERVICES LONDRES-La croissance dans le secteur britannique des services a ralenti plus que prévu en juillet, avec des embauches à leur plus bas niveau depuis mars 2014, suggérant un coup de mou de la reprise à l'entame du second semestre. L'indice Markit/CIPS des directeurs d'achat (PMI) a reculé à 57,4 contre 58,5 en juin, inférieur au consensus de 58,0 établi par Reuters, tout en se maintenant nettement au-dessus de la barre de 50 à partir duquel il rend compte d'une croissance. L'indice de l'emploi est retombé à 53,8, au plus bas depuis mars 2014, contre 56,0 en juin, confirmant les signes de modération du marché du travail après deux ans d'embellie. L'indice PMI composite, qui intégre aussi le secteur manufacturier, s'est tassé à 56,7 contre 57,4 en juin, revenant à son plus bas niveau depuis décembre 2014. Selon Markit, le PMI composite laisse prévoir une croissance du PIB de l'ordre de 0,6% au troisième trimestre après +0,7% au deuxième. "La détérioration dans le secteur des services vient s'ajouter aux signaux montrant un ralentissement de l'économie à l'entame du deuxième semestre", a déclaré Chris Williamson, chef économiste chez Markit. Seul point positif, l'indice des entrées de commandes dans les services s'est redressé pour atteindre son plus haut niveau depuis trois mois, après être tombé en juin à un plus bas de six mois. * ITALIE-RALENTISSEMENT PLUS MARQUÉ QUE PRÉVU DES SERVICES ROME-Le secteur des services italien a vu sa croissance ralentir davantage que prévu en juillet, avec notamment des entreprises qui ont licencié du personnel pour la première fois en six mois, selon l'enquête mensuelle Markit/ADACI. L'indice PMI des services est ainsi revenu à 52,0 contre 53,4 en juin, niveau qui avait constitué un pic de 12 mois. Les économistes interrogés par Reuters l'attendaient en moyenne à 53,0. L'indice reste néanmoins au-dessus de la barre de 50 pour le cinquième mois d'affilée. Le sous-indice des nouvelles affaires a en outre atteint un pic de trois mois, à 53,7, ce qui pourrait annoncer un rebond de la croissance à venir dans la troisième puissance économique de la zone euro, qui émerge lentement de trois années de récession. L'indice composite, pondération du secteur des services et de l'activité manufacturière, est revenu à 53,5, un creux depuis mars, contre 54,0 en juin. * ESPAGNE-LES EMBAUCHES À UN PIC DE 8 ANS DANS LES SERVICES MADRID-L'emploi dans le secteur espagnol des services a connu en juillet son rythme de croissance le plus élevé depuis huit ans, à la faveur de la reprise économique et de la saison touristique d'été, selon l'enquête mensuelle de Markit. Grâce également à une hausse des entrées de commandes, l'indice PMI des services a atteint 59,7 contre 56,1 en juillet, marquant un 21e mois de croissance du secteur. Le sous-indice de l'emploi a progressé à 55,3, au plus haut depuis juillet 2007, laissant espérer une poursuite de la baisse du taux de chômage qui s'élevait encore à 22,4% au premier trimestre selon l'institut national de la statistique (Ine). L'enquête de Markit met aussi un évidence des augmentations de prix dans les services pour le deuxième mois consécutif, reflétant une hausse des coûts, notamment salariaux et surtout dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. (Bureaux européens de Reuters, Yann Le Guernigou, Véronique Tison et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

 

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.94 +5.65%
65.61 +1.48%
CGG
2.104 -3.22%
173.7 +1.94%
25.1 +2.45%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.