Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Europe/PMI-La croissance du secteur privé marque le pas

Reuters22/02/2016 à 13:22
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    * L'indice composite "flash" de la zone euro à 52,7 
    * Plus forte baisse des prix par les entreprises en un an 
    * La croissance manufacturière déçoit les plus pessimistes 
 
    par Jonathan Cable 
    PARIS/BERLIN/LONDRES, 22 février (Reuters) - La croissance 
au sein de la zone euro est tombée en février à son rythme le 
plus faible en plus d'un an, avec un ralentissement en Allemagne 
et une contraction en France, selon les résultats d'une enquête 
dans le secteur privé publiée lundi. 
    Les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle de 
Markit, qui montrent également de nouveaux signes de baisse des 
prix, devraient renforcer les anticipations de nouvelles mesures 
de soutien à la croissance de la Banque centrale européenne 
(BCE) lors de sa prochaine réunion en mars.     
    L'indice composite des directeurs d'achats (PMI) -- qui 
intègre le secteur manufacturier et celui des services -- est 
ressorti à 52,7 ce mois-ci dans sa version préliminaire, à son 
plus bas niveau en 13 mois, contre 53,6 en janvier. Selon un 
consensus établi par Reuters, les économistes attendaient en 
moyenne 53,3. 
    "La forte baisse en février de l'indice PMI composite de la 
zone euro soutient notre conviction que la reprise économique de 
la région pourrait bien avoir ralenti au premier trimestre. La 
BCE devra renforcer son soutien via la politique monétaire le 
mois prochain", souligne Jessica Hinds chez Capital Economics. 
    Les économistes interrogés par Reuters récemment estimaient 
à 50% la probabilité de voir la BCE augmenter en mars le montant 
de son programme de rachat d'actifs, actuellement à 60 milliards 
par mois, et une nouvelle baisse du taux de dépôt est considérée 
comme étant presque acquise. 
    La croissance du secteur privé a ralenti en Allemagne pour 
le deuxième mois de suite, freinée notamment par les 
exportations qui ont souffert du ralentissement mondial. En 
France, l'activité s'est contractée pour la première fois en 
plus d'un an.   
    Les responsables de politique monétaire noteront également 
la faiblesse du sous-indice PMI de la production de la zone 
euro, qui est tombé à un creux d'un an à 48,6 contre 48,9 en 
janvier, s'enfonçant un peu plus sous la barre des 50 points qui 
marque la frontière entre la croissance et la contraction. 
    L'inflation s'inscrit tout juste à 0,4% en janvier, selon 
les statistiques officielles, très loin du taux légèrement 
inférieur à 2% visé par la BCE.    
    L'indice PMI du secteur dominant des services en zone euro, 
qui était attendu à 53,3 contre 53,6 en janvier, est tombé à un 
plus bas de 13 mois de 53,0. 
    Celui du secteur manufacturier, attendu à 52,0 points, a 
reculé à 51,0, son plus bas niveau depuis un an, contre 52,3 en 
janvier. Il s'est retrouvé en dessous de l'estimation la plus 
pessimiste des économistes interrogés par Reuters. 
    Le sous-indice de la production est tombé pour sa part à un 
creux de 14 mois, à 51,9 contre 53,4 le mois précédent.  
    Et les perspectives d'une nette amélioration le mois 
prochain sont maigres, la croissance des nouvelles commandes à 
l'industrie étant tombée à un plus bas d'un an avec un 
sous-indice à 51,6 contre 53,0 en janvier. 
    En conséquence, après avoir vu la confiance des 
entrepreneurs pour l'année à venir atteindre son plus haut 
niveau depuis mi-2011 le mois dernier, l'optimisme dans le 
secteur des services est lourdement retombé.  
    Le sous-indice des attentes des entrepreneurs dans les 
services a connu l'une de ses plus fortes baisses de son 
histoire, à 61,6 en février contre 65,1 en janvier. 
    "Les indicateurs avancés (...) suggèrent un nouveau 
ralentissement en mars, qui pourrait ramener la croissance du 
PIB à 0,2%", note Chris Williamson, économiste en chef de 
Markit. 
    Selon une enquête de Reuters publiée récemment, la 
croissance est attendue à 0,4% pour le trimestre en cours. 
 
 (Juliette Rouillon pour le service français, édité par 
Véronique Tison) 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.