Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Europe et grand export vont sauver les ventes 2014 de champagne

Reuters24/12/2014 à 12:49

EUROPE ET GRAND EXPORT VONT SAUVER LES VENTES 2014 DE CHAMPAGNE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Après deux années consécutives de baisse, les ventes de champagne devraient renouer avec la croissance en 2014, grâce à une reprise en Europe et de bonnes performances au grand export.

Les expéditions sont attendues en légère hausse en volume (+1%) cette année, aux environs de 308 millions de bouteilles, après un recul de 1,2% en 2013, selon les estimations de plusieurs professionnels du secteur.

Le chiffre d'affaires du champagne pourrait quant à lui signer la deuxième meilleure année de son histoire et progresser d'environ 3% à 4,5 milliards d'euros, grâce aux marchés britanniques, américains ou australiens, s'approchant du record historique de 4,56 milliards signé en 2007.

La filière profite de prix moyens plus élevés à l'exportation, grâce à un "mix" plus favorable lié aux cuvées spéciales ou aux bouteilles millésimées vendues nettement plus cher que les assemblages sans année.

"L'année 2014 est une année de reprise, avec une hausse modeste en volume mais la confirmation d'une meilleure valorisation à l'export", observe Bruno Paillard, PDG de Lanson BCC (Lanson, Boizel), numéro deux du secteur derrière le groupe LVMH, propriétaire de Moët & Chandon, Veuve Clicquot, Dom Perignon ou Ruinart.

Un nouveau recul en France - premier marché du champagne (55% des volumes vendus en 2013) qui s'apprête à signer sa quatrième année de baisse pour cause de marasme économique - devrait être compensé par un redressement en Europe.

"La France devrait être le seul marché en baisse cette année", souligne Jean-Marie Barillère, président de l'Union des maisons de champagne, évaluant le recul entre 2% et 3%.

Le champagne devrait surtout bénéficier d'une reprise des ventes au Royaume-Uni, son premier marché d'exportation (une bouteille de champagne sur 10 y est vendue). Après deux années difficiles, les ventes se sont redressées grâce à de bonnes performances dans les restaurants et les bars de Londres ainsi que chez les cavistes haut de gamme de la capitale.

MARGINALISATION DU CHAMPAGNE, EN VOLUMES

Les ventes sont également reparties à la hausse en Allemagne et les tendances semblent s'être stabilisées en Europe du Sud, notamment en Italie après un décrochage de 14% en 2013.

Le grand export (hors Union européenne) devrait quant à lui battre de nouveaux records de chiffre d'affaires grâce à une progression des volumes aux Etats-Unis - portés par la reprise de l'économie - mais aussi au Japon ou en Australie, et par des prix moyens plus élevés.

"Le modèle de croissance en valeur tiré par le grand export confirme sa pertinence", note Thibault Le Mailloux, porte-parole du Comité interprofessionnel des vins de champagne (CIVC).

Limité par son appellation géographique, le champagne se marginalise cependant, en volume, par rapport à la production mondiale des vins effervescents.

Au cours des dix dernières années, la consommation mondiale de vin a augmenté de 4%, tandis que celle des vins effervescents a grimpé de 30% pour atteindre 15,4 millions d'hectolitres (soit environ 2,05 milliards de bouteilles), selon l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).

En 2013, les vins effervescents italiens (Prosecco) et espagnols (Cava) sont devenus, selon l'OIV "des alternatives au champagne du fait de leur prix beaucoup plus bas, notamment sur des marchés clés comme les Etats-Unis et le Royaume Uni".

Si la production de vins effervescents reste encore concentrée en Europe de l'Ouest (France, Allemagne, Italie, Espagne), la concurrence du "nouveau monde" s'accroît. En dix ans, la production a augmenté de 25% aux Etats-Unis et a triplé en Argentine.

EXIGENCE DE QUALITÉ

Dans ce contexte, le champagne "doit poursuivre son exigence de qualité et légitimer un positionnement unique, fondé sur la rareté et la qualité", estime le porte-parole du CIVC.

Plusieurs maisons françaises se sont installées en Californie, où elles produisent du "sparkling" haut de gamme, à partir des mêmes cépages qu'en Champagne et selon la méthode traditionnelle champenoise.

Moët & Chandon, première marque de champagne vendue dans le monde, y a établi Chandon, après l'Argentine et le Brésil. La marque, qui nourrit de grandes ambitions, s'est aussi installée en Inde en 2013 et en Chine cette année. Elle dégage l'essentiel des ventes de la division Estate & Wines (groupe LVMH) dont le chiffre d'affaires est estimé à environ 400 millions d'euros.

Mumm (groupe Pernod Ricard) produit aussi un vin pétillant californien sous le nom de Mumm Napa, Roederer sous celui de Roederer Estate et Taittinger sous celui de Domaine Carneros.

"La production de vins mousseux dans le monde répond à la pénurie de champagne", commente Pierre-Emmanuel Taittinger, président de la maison du même nom.

Ces vins effervescents ne sont pas, selon lui, en opposition frontale avec le champagne. "Je ne suis pas inquiet (...) à condition de poursuivre tous les efforts de qualité pour préserver le mythe qu'est le champagne", ajoute-t-il.

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nobody76
    24 décembre12:06

    sachant que je consomme 24blles en moyenne par an, les français sont vraiment des boeufs et doivent continuer à boire de la villageoise et de la Kro !!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.