Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

EURONEXT prend note de l'accord de Bruxelles au rachat de Refinitiv par le LSE
AOF13/01/2021 à 15:03

(AOF) - Euronext prend note du feu vert, sous conditions, accordée par la Commission européenne, au projet d'acquisition de Refinitiv par le London Stock Exchange Group (LSEG). Pour dissiper les craintes de la Commission en matière de concurrence, LSEG a proposé plusieurs engagements, dont la cession de sa participation de 99,9 % dans le groupe Borsa Italiana, à un acquéreur approprié. À cet égard, LSEG et Euronext ont signé un accord de vente et d'achat définitif et contraignant le 9 octobre 2020.

Aujourd'hui, la Bourse paneuropéenne précise que cette transaction reste sujette à l'obtention d'autorisations réglementaires dans plusieurs juridictions, à une déclaration de non-objection du Collège des régulateurs d'Euronext et à l'approbation d'Euronext en tant qu'acheteur " approprié " par la Commission européenne.

Euronext prévoit de finaliser le rachat au cours du premier semestre 2021.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Les points forts de la valeur

-  Première place financière européenne et sixième mondiale regroupant les Bourses d'Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne, Oslo et Paris, ainsi que plusieurs plateformes ;

- Revenus récurrents de 679 M€, répartis entre les transactions sur actions pour moins de 50 %, l'offre d'informations, les dérivés, le clearing... ;

- Modèle industriel fondé sur :

                  - une plateforme unique de transactions pour 6 marchés, offrant une liquidité élevée aux        clients et renforcée par des acquisitions,

                  - les post-transactions avec des participations dans LCH, EuroCCP et

                  Liquidchare (blockchain),

                  - la diversification dans les réseaux de « fixed income » avec Fast           Match;

- Capital ouvert, mais difficilement opéable, les actionnaires de référence avec 23,27 % du capital - ABN Amro avec 0,55 %, BNP Paribas avec 2,22 %, Caisse des dépôts avec 8 %, Euroclear avec 8 %, SFPI avec 4,5 %- ayant reconduit leur pacte jusqu'en juin 2921.

- Société cotée à Amsterdam non éligible au SRD, Stéphane Boujnah étant président directeur général ;

- Bilan solide avec une dette long terme dans la catégorie d'investissement « élevée » (A pour la dette long terme.

=/Enjeux/

- Feuille de route 2022 de déploiement en Europe et d' « unité dans la diversité », assortie d'une politique  rigoureuse de baisse des coûts, de l'ordre de 24 M€ et de contrôle des Capex, maintenus entre 3 et 5 % des revenus ;

- Stratégie d'innovation au coeur de la feuille de route 2022 :

                   - programme « Client centricity »,         

                  - lancements : tokenisation, modèles de trading fondés sur la data,       déploiement du cloud et intelligence artificielle ;

- Stratégie environnementale « Let's Grow Together 2022 » sur 2 piliers, en interne la réduction de l'empreinte carbone et, pour les clients, un élargissement de l'offre :

                  - indice ESG, notamment l'« Euronext ESG 80 » lancé à l'été 2020 et assorti de futures

                  - catalogue de 231 Green bonds et focus sur les Blue Bonds (liées aux océans et mers),

                  - accompagnement des émetteurs dans leur transition ESG ;

- Intégration du danois VP Securities après l'OPA de juillet et impact des provisions de restructuration ;

- Capacité d'innovation élevée, marge opérationnelle supérieure à celle de ses concurrents européens et rapidité d'exécution du plan de réduction des coûts ;

=/Défis/=

- Poids et volatilité de la régulation européenne qui freine les acteurs de marché traditionnel concurrencés, notamment sur les options, par les plateformes techniques dites « OTC », opérant hors des règles de marché, et par les financements directs des entreprises ;

- Entrée en négociations exclusives avec le LSE britannique pour le rachat de la Bourse de Milan avec éventuelle entrée au capital de CDP Equity et Intesa Sanpaolo ;

-Impact de la pandémie : hausse de 33 % des revenus au 1er semestre, tirés par le retour des investisseurs privés ;

- Vers un rebond des coûts d'exploitation sur la fin 2020 ;

- Distribution aux actionnaires de 50 % avec un dividende de 1,59 €.

Réductions d'effectifs en cascade

Aux Etats-Unis et en Europe, les banques d'investissement avaient mis en pause leurs plans de réduction d'effectifs. Toutefois, face à un envol du coût des impayés, ces établissements vont devoir réduire leurs effectifs. Même si, sur l'année 2020, certains analystes estiment que les revenus des douze grandes banques d'investissement mondiales devraient bondir de 25% à plus de 188 milliards de dollars. S & P Global Ratings considère que 2021 pourrait s'avérer encore plus dure que 2009.

Les banques européennes sont les plus actives en matière de réduction d'effectifs. Au troisième trimestre, les effectifs de « front office » ont diminué de 5% en Europe. Les métiers actions ont été les plus touchés.

Commerzbank, qui a affiché des pertes de 162 millions d'euros entre janvier et septembre suite à des provisions pour faire face à la crise et à des charges de restructuration, pourrait supprimer environ 10.000 postes. C'est presque autant que sa rivale, Deutsche Bank, qui va ramener ses effectifs de 87.000 à 74.000 emplois d'ici à 2022.

Valeurs associées

Euronext Amsterdam -6.96%
Euronext Paris -0.82%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer