Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Eurofins Scientific cède son activité Digital Testing au fonds Stirling Square Capital Partners
information fournie par AOF26/09/2022 à 08:56

(AOF) - Eurofins Scientific a signé un accord de cession de son activité d'analyse numérique (Digital Testing) à Stirling Square Capital Partners pour un montant de 220 millions d'euros, sans dette ni liquidités. Cette activité représente environ 1% du chiffre d'affaires du groupe et emploie plus de 600 personnes. L'activité Digital Testing d'Eurofins a été créée en 2015 et a considérablement augmenté en taille et en rentabilité au cours des dernières années.

Ce développement a été rendu possible par sa croissance organique, des investissements stratégiques et des acquisitions ciblées visant à élargir sa gamme d'outils et de services de tests numériques ainsi que sa portée mondiale.

Eurofins Digital Testing fournit des services de test, d'assurance qualité et d'analyse technique des systèmes, appareils et contenus numériques ainsi que de la cybersécurité.

Le Dr Gilles Martin, PDG d'Eurofins, a déclaré : "Au cours des sept dernières années, Eurofins Digital Testing a réussi à se développer pour devenir un leader reconnu dans son domaine. Afin de faciliter son développement futur, nous avons décidé de transférer la propriété de l'entreprise à Stirling Square. Nous souhaitons à l'équipe d'Eurofins Digital Testing de poursuivre son chemin avec succès".

Pour Eurofins, le produit de la cession permettra de soutenir les priorités du groupe en matière d'allocation de capital, notamment les dépenses d'investissement dans les laboratoires, la numérisation et les acquisitions visant à renforcer son leadership dans les tests bioanalytiques et dans d'autres domaines des sciences de la vie.

La réalisation de la transaction est soumise à l'approbation des autorités compétentes et devrait intervenir avant la fin de 2022.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- 1 er mondial, créé en 1987, de la bio-analyse intervenant dans les services biopharmacologiques, les produits alimentaires, les tests environnementaux, les diagnostics cliniques, les tests pour consommateurs et l’offre de technologies de tests pour industriels;

- Montée en puissance internationale de l’activité, de 6,7 Mds€, généré par l’Europe pour 20 % des ventes et l’Amérique du nord pour 32 % ;

- Modèle d’affaires fondé sur le maillage des marchés par les laboratoires « spoke » de fourniture de tests simples et par les centres de compétence « hubs », sur l’innovation, sur la croissance externe et sur la propriété des actifs immobiliers ;

- Capital contrôlé par la famille fondatrice Martin (33 % du capital et plus de 50 % des droits de vote), Gilles Martin étant directeur général ;

- Solidité financière avec une dette nette stable à 2,2 Mds€, soit un effet de levier de 1,2, un autofinancement libre de 1 Md€ et 1,5 Md€ de disponiblités.

Enjeux

- Stratégie fondée sur trois piliers : l’autonomie des entités opérationnelles –900 laboratoires dans 54 pays, l’innovation et la pénétration du marché asiatique ;

- Stratégie d’innovation intégrée au modèle d’affaires : partenariats anciens et solides avec les institutions de recherche, donnant un avantage concurrentiel / étendue des bases de données BioPrint / support technologique LIMS au réseau de laboratoires et accompagnement des start-ups (201 en vingt ans) / renforcement de la cybersécurité ;

- Stratégie environnementale visant la neutralité carbone pour 2025 via : la généralisation de la mesure des émissions générées par chacun des sites / le recours aux crédits carbone, la participation au fonds Livelihood Carbon / la gestion circulaire;

- Légitimité scientifique et stratégique forte et portefeuille de + 300 000 méthodes d’analyse;

- Activité en grande partie résiliente (75% des revenus, hors Covid) et fortes barrières à l’entrée.

Défis

- Activité marquée par une forte saisonnalité, avec des débuts d’année poussifs et sensibilité aux conditions climatiques rigoureuses;

- Après la forte contribution de l’activité Covid (1,4 Md€ de revenus en 2021), montée en puissance attendue des marchés asiatiques, de la biopharmacie, des diagnostics in vitro, des sciences de la vie ;

- Intégration des 38 acquisitions réalisées en 2021 et des 8 réalisées en janvier-février 2022;

- Objectifs, rehaussés, y compris acquisitions : 2022 : chiffre d’affaires de 6,5 Mds€ et bénéfice opérationnel de 1,5 Md€ / 2023 : chiffre d’affaires de 6,55 Mds€ et bénéfice opérationnel de 1,58 Md€ / 2024 : chiffre d’affaires de 7,25 Mds€ ) et bénéfice opérationnel de 1,75 Md€ ;

- Suspension du dividende.

Une course inéluctable aux nouveaux blockbusters

Le brevet du produit vedette de Merck, l'anticancéreux Keytruda, qui représente plus de 35% de ses ventes, arrive à échéance en 2028. En dépit de la perte, depuis 2019, des brevets de ses trois produits vedette (Avastin, Herceptine, Rituxan) Roche a su, lui, renouveler son portefeuille en mettant sur le marché de nouvelles molécules. Toutefois la découverte et le lancement de nouveaux médicaments sont de plus en plus coûteux. AstraZeneca dépense environ 6 milliards de dollars par an en R&D dans une industrie pharmaceutique où la durée de vie d'un brevet ne dure que dix à quinze ans. Cela amène les laboratoires à se désengager de certaines activités. Ainsi J&J, Pfizer, GSK et, sans doute, Novartis prochainement préfèrent se recentrer sur les médicaments de spécialité et abandonnent toute activité annexe.

Valeurs associées

Euronext Paris -4.56%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.