Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

GENERIX GRP FCE

3.58EUR
-0.56% 

FR0010501692 GENX

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    3.60

  • clôture veille

    3.60

  • + haut

    3.65

  • + bas

    3.58

  • volume

    14 863

  • valorisation

    79 MEUR

  • capital échangé

    0.07%

  • dernier échange

    20.06.18 / 13:59:21

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    3.41

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    3.75

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur GENERIX GRP FCE

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter GENERIX GRP FCE à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter GENERIX GRP FCE à mes listes

    Fermer

Etude Kurt Salmon/Generix Group sur l’utilisation des indicateurs de performance dans la supply chain et les tendances 2012

Boursorama28/04/2011 à 18:10

Communiqué

65 % des directeurs supply chain envisagent d’investir
dans une stratégie collaborative reposant sur la mutualisation

Paris, le 28 avril 2011- Kurt Salmon, cabinet de conseil en stratégie et transformation d’entreprise, et Generix Group, éditeur de logiciels pour le commerce collaboratif, présentent leur étude sur l’utilisation des indicateurs de performance pour la visibilité de la supply chain collaborative.

Les professionnels de la Supply Chain disposent de nombreux KPIs (Key Performance Indicators) pour piloter leurs activités: qu’en est-il de leurs pratiques, comment exploitent-ils les indicateurs mis à leur service? Quels sont leurs projets pour 2012 ?

Les entreprises du commerce sont confrontées à de nouveaux enjeux qui imposent des contraintes de réactivité tout au long de la chaîne de valeur. Seuls ou ensemble, distributeurs, prestataires logistiques et industriels doivent tenir des engagements toujours plus serrés. Au moment même où la supply chain devient de plus en plus collaborative, existe-t-il des KPIs «collaboratifs» pour disposer d’une visibilité totale sur la performance de cette même Supply Chain ? Ces questions sont au cœur de l’étude conduite auprès de 190 Supply Chain Managers issus de la logistique d’entreprises industrielles, de la distribution et de la prestation logistique.
48% des réponses concernent des entreprises de plus de 1000 salariés.

Une étude réalisée en mars 2011, en collaboration avec les directeurs Supply Chain membres de l’Agora Club du Supply Chain Management.

Les pratiques actuelles

· L’habitude des indicateurs est ancrée

Globalement, les directeurs de Supply Chain sont adeptes des indicateurs : le suivi opérationnel est journalier pour 44% ou hebdomadaire (40%), tandis que le suivi stratégique est mensuel pour 69% des répondants. Les entreprises de distribution se distinguent par l’exploitation quotidienne de tableaux de bord opérationnels selon 1 répondant sur 2. La réactivité est de mise : 95% des entreprises disposent d’au moins 1 indicateur “suivi en temps réel” pour piloter en continu leur activité et leurs flux.

· Plus la taille de l’entreprise est importante, moins l’analyse des tableaux de bord est fréquente !

Le traitement d’un volume trop important de données pose problème aux grandes entreprises. La digestion de la surabondance d’indicateurs, leur mauvais ciblage ou encore le manque d’analyse complémentaire entraînent des défaillances dans le pilotage des opérations ou des “sur réactions”... inappropriées.

· Les aspects économiques sont au cœur des préoccupations

Dans un contexte économique de compression des coûts, les indicateurs les plus affûtés et les plus régulièrement suivis sont inévitablement d’ordre économique : rentabilité, productivité, service à la clientèle, gestion des effectifs. 55 % des répondants jugent leurs indicateurs satisfaisants… et comptent même les renforcer dans l’année à venir.

· Suivi des impacts environnementaux : on en parle…
Si le sujet est d’actualité, les pratiques concernant le suivi d’incateurs environnementaux n’enclenchent pas une action forte : 80% des répondants jugent leurs KPIs inexistants ou incomplets sur le sujet. 25% mesurent l’empreinte carbone globale de leur chaîne logistique ; distributeurs et prestataires logistiques envisagent de les renforcer en 2012. Les Prestataires Logistiques se distinguent nettement sur le sujet car empreinte écologique rime avec réduction des coûts de transport.

· Les Ressources Humaines : oui, mais seulement sous l’angle économique

Les entreprises suivent leurs ressources humaines sous un angle économique : les indicateurs de gestion des effectifs sont satisfaisants pour 57 % . Il n’en va pas de même pour les indicateurs sociaux concernant la mesure des risques, la motivation ou la formation : 53 % les jugent incomplets ou inexistants. Ils n’entrent pas pour autant dans les priorités 2012.

Les priorités 2012

· Mesure des objectifs opérationnels : renforcer ce qui est déjà bien suivi

Au plan opérationnel, 8 objectifs opérationnels ont été évalués. Pour 2012, les directeurs Supply Chain annoncent le renforcement d’indicateurs économiques déjà bien en place :

Ø mesure de la réduction des coûts de transport (59% des répondants)

Ø optimisation des niveaux de stocks des entrepôts (55%)

Ø amélioration du taux de service aval (54%)

L’analyse éclaire les attentes respectives sur le sujet.

- Les prestataires logistiques marquent une grande exigence vis-à-vis de leurs indicateurs: qu’il s’agisse du taux de service, de la productivité ou des coûts de transport, moins de 10 % seulement jugent les indicateurs en place optimaux ; 85% souhaitent des améliorations au regard de leur contraintes de satisfaction de leurs clients ou d’impact sur leurs marges.

- Chez les industriels, le besoin d’évolution d’indicateurs se tourne prioritairement vers la mesure des niveaux de stocks (62 %).

- Les distributeurs, en réponse à une supply chain tirée par la disponibilité du produit, cherchent de nouvelles logiques d’optimisation favorisant la collaboration. 65% des répondants marquent une forte attente sur le suivi des coûts de transport notamment la coûteuse gestion des derniers kilomètres. En effet, la gestion des stocks et des flux de transport est de plus en plus confiée à des prestataires logistiques, les incitant à améliorer leur performance et donc à mieux mesurer celle-ci.

· Mesure des objectifs stratégiques : mutualiser, anticiper, rationnaliser

Une quinzaine d’objectifs stratégiques ont été évalués ; les 3 KPI prioritaires à mettre en œuvre ou à renforcer à partir de 2012 serviront les objectifs stratégiques suivants :

Ø amélioration de la capacité d’anticipation des flux (65% des répondants)

Ø rationalisation du réseau logistique : centralisation/massification des stocks, création de plateformes cross docking, (63%)

Ø utilisation et rentabilité des moyens mutualisés : entrepôts, transports (58 %)

« Pour la première fois, ces chiffres reflètent la vision collaborative de la Supply Chain : pour réduire leurs coûts et adapter leur infrastructure, clients, fournisseurs et tiers logistiques envisagent d’investir dans une stratégie collaborative reposant sur la mutualisation. Il s’agit bien d’un changement stratégique, car ces indicateurs ne comptent pas parmi ceux ayant la plus grande intensité d’utilisation actuelle », indique Armand De Vallois, Partner Kurt Salmon.

Des indicateurs collaboratifs pour une Supply Chain Collaborative : quel levier de performance ?

L’accroissement des initiatives de collaboration entre les acteurs de la supply chain crée de nouveaux besoins en termes de partage de KPIs.

- Qui partage quoi ? Selon 78% des répondants, les prestataires logistiques sont les partenaires avec lesquels le partage de données est courant; alors que 68 % des répondants préfèrent le suivi par les distributeurs. Ce partage porte sur la qualité de service, le suivi des coûts et l’intégration de nouveaux processus ou d’activités. Les données sociales et environnementales restent, en revanche, très peu partagées.

- Pour travailler en mode collaboratif, les acteurs sont globalement insatisfaits des outils dont ils disposent. Une expression aussi forte de cette insatisfaction souligne une envie d’aller plus loin dans ce domaine, mais révèle certainement des difficultés techniques: si 38 % jugent leurs indicateurs bien adaptés et faciles d’utilisation,
47 % les jugent rudimentaires car insuffisamment automatisés et 14 % trop complexes et peu évolutifs.

· Le partage des indicateurs opérationnels se développe progressivement

- Les répondants convergent pour identifier 3 indicateurs transverses sur la chaîne de valeur : la valeur de l’encours (69 %), le coût de mise à disposition du produit (55%) et le coût de l’emballage (52%).

- Dans la pratique, 34% des décideurs interrogés veulent prioritaitement faire évoluer les KPIs mesurant l’optimisation des niveaux de stocks dans les entrepôts tiers (clients/prestataires). 11% d’entre eux sont prêts à mettre en place ces indicateurs dès 2012.

- Dans le même temps, la mise en œuvre des processus de mutualisation et d’anticipation collaborative des flux incite à un suivi collaboratif des KPIs : 40% des industriels et des prestataires logistiques envisagent une gestion partagée ou mutualisée des approvisionnements (GPA/GMA), ainsi que des outils collaboratifs de prévision des ventes et des flux de marchandises. Dans les deux cas ces échanges présentent un impact fort sur les objectifs stratégiques des entreprises et sur leur mesure. Cette volonté est cependant inégalement marquée : si les entreprises de prestation logistique interrogées montrent une réelle volonté d’accélérer dans la voie des KPIs collaboratifs, les distributeurs s’estiment satisfaits des indicateurs en place.

Conclusions

“Le développement de la supply chain collaborative semble donc être réellement en marche, et provoque un besoin croissant en termes de développement et de partage d’indicateurs. Ils facilitent la mise en œuvre de processus de mutualisation qui incitent particulièrement à un suivi collaboratif des KPIs...” souligne Armand de Vallois, Partner Kurt Salmon.

« Cette étude apporte de nombreux enseignements pour nous et pour nos clients. Nos clients gèrent des opérations de plus en plus nombreuses, avec des temps de réponse plus courts et des interlocuteurs multiples. Ainsi, le e-commerce génère une multiplication des flux de marchandises et des flux d'information associés. Dans un contexte de concurrence accrue, des engagements non tenus sont de plus en plus coûteux. La pro activité est, de ce fait, un enjeu majeur » indique Jean Charles Deconninck, Président de Generix Group « Les résultats de cette étude confirment le rôle majeur joué par les Prestataires Logistiques dans le développement d’une Supply Chain Collaborative. Notre enjeu est de mettre à disposition de bons outils pour concrétiser cette visibilité totale sur la supply chain… »

A propos de Kurt Salmon

Ineum Consulting et Kurt Salmon Associates se sont unis pour créer une organisation unique, intégrée et globale qui opère sur les 5 continents, sous une même marque : Kurt Salmon. La nouvelle entité compte 1 600 consultants, experts en stratégie, organisation et management. Dans un environnement de plus en plus complexe, Kurt Salmon se positionne comme un partenaire de confiance qui, aux côtés des entreprises, conçoit et met en œuvre les stratégies et les solutions les plus pertinentes, à la mesure de leurs ambitions. Fort de son expérience, sa préoccupation permanente est d’apporter des résultats mesurables et d’assurer le succès des projets menés, de manière significative et durable. La signature du cabinet est l’excellence dans l’exécution. Kurt Salmon est membre du Management Consulting Group (MCG).

Contact Kurt Salmon: Nathalie de Macedo - nathalie.demacedo@kurtsalmon.com. Responsable marketing - 01 55 24 35 11

Contacts Agence de presse Kurt Salmon : Wellcom-Sonia EL OUARDI se@wellcom.fr /Leslie CHOFFEL lc@wellcom.fr - 01 46 34 60 60

A propos de Generix Group

Editeur de logiciels et de services applicatifs On Demand, Generix Group propose des solutions de Commerce Collaboratif permettant d’optimiser le coût de disponibilité des biens de grande consommation tout au long de la chaîne de valeur et d’augmenter les ventes. Cette offre unique sur le marché s’adresse aux entreprises des secteurs d’activité des biens de grande consommation (CPG), de la distribution alimentaire et spécialisée, du e-Commerce, du transport et de la logistique.

Avec un Chiffre d’Affaires de 68 M€, Generix Group est le leader européen des solutions collaboratives pour le Commerce et la Supply Chain. Carrefour, Gefco, Leclerc, Leroy Merlin, Nestlé, Unilever, DHL Exel Supply Chain, Louis Vuitton Sodiaal, Metro, Sara Lee, Kuehne + Nagel, Cdiscount... 1500 distributeurs, industriels internationaux et prestataires logistiques ont choisi les solutions « Collaborative Business » de Generix Group pour se développer.

www.generixgroup.com

Contact Generix Group - Sylvie BRUNET - Directrice Communication sbrunet@generixgroup.com – 01 77 45 42 14

Contact Agence de Presse Generix Group : MP Conseil - Michelle PILCZER mpilczer@mpconseil.com – 01 47 10 94 94

Valeurs associées

Mes listes

valeur

dernier

var.

1.062 -2.03%
0.366 +0.55%
81.71 +0.07%
77.25 -1.47%
0.935 -0.95%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.