Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ethiopie-L'opposition critique les nouvelles règles électorales
Reuters25/08/2019 à 02:58

    ADDIS ABEBA, 25 août (Reuters) - Les députés éthiopiens ont
amendé samedi les règles électorales en vue des élections
nationales prévues l'an prochain, provoquant des critiques de la
part de certains partis d'opposition qui dénoncent des
changements favorisant la coalition au pouvoir.
    L'un des principaux amendements relève à 10.000 le nombre de
signatures nécessaires pour pouvoir enregistrer un parti
politique à l'échelle nationale, contre 1.500 auparavant. Pour
les scrutins régionaux, 4.000 signatures sont requises, contre
750 jusqu'alors.
    "Il est crucial de créer un environnement dans lequel les
partis politiques peuvent fusionner et constituer un front",
est-il écrit dans l'amendement.
    Cinquante-sept partis d'opposition se sont plaint vendredi
qu'aucune de leurs propositions d'amendement n'ait été retenue
par le parti au pouvoir, qui détient actuellement l'ensemble des
sièges au parlement. 
    La coalition au pouvoir a annoncé ce mois-ci que des
élections nationales seraient organisées l'an prochain, sans
fournir de date précise pour le scrutin.
    Les violences communautaires qui agitent le pays, le
deuxième le plus peuplé du continent africain, laissaient planer
des doutes sur la possibilité d'y organiser des élections.
    Depuis son arrivée au pouvoir en avril 2018 après trois
années de manifestations antigouvernementales, le Premier
ministre Abiy Ahmed a mis en place une série de réformes
politiques, dont la réintégration de nombreux partis, la
libération de prisonniers politiques et le retour de groupes
rebelles exilés. 

 (Hereward Holland; Jean Terzian pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4933.34 +0.90%
3.61 +13.88%
2.393 +6.83%
22.945 +2.34%
DBT
0.1655 +0.91%

Les Risques en Bourse

Fermer