1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Etats-Unis : Sanofi accusé de corruption par une ancienne employée

Le Parisien05/12/2014 à 11:24

Etats-Unis : Sanofi accusé de corruption par une ancienne employée

Le groupe pharmaceutique français Sanofi va devoir défendre sa «réputation» face à une ancienne employée qui l'accuse d'avoir versé des pots-de-vins aux Etats-Unis pour promouvoir ses traitements contre le diabète.

Ancienne assistante judirique de Sanofi, Diane Ponte, a porté plainte cette semaine, assurant avoir été limogée il y a un an après avoir dénoncé un «mécanisme de fraude» portant sur 34 millions de dollars et impliquant de hauts dirigeants du groupe, affirment la chaîne américaine CNBC et le Boston Globe.

Selon sa plainte déposée dans le New Jersey (nord-est des Etats-Unis), le groupe, qui figure parmi les premières capitalisations boursières françaises, aurait versé des pots-de-vins à des médecins, des pharmacies et à des hôpitaux pour les inciter à prescrire ses traitements contre le diabète, affirment ces médias. Diane Ponte soutient que ces pratiques frauduleuses auraient été avalisées par plusieurs hauts dirigeants de Sanofi dont l'ancien directeur général Christopher Viehbacher, évincé du groupe fin octobre, selon le Boston Globe.

Sanofi rejette les accusations

D'après un extrait de la plainte cité par CNBC, cette affaire expliquerait même «en partie» le licenciement de Christopher  Viehbacher, officiellement congédié pour son mode de management.

Contacté, Sanofi a rejeté des accusations «sans fondement» et assuré qu'il combattrait «vigoureusement» ces accusations. «Nous prenons cette affaire très au sérieux et nous protégerons notre entreprise et notre réputation», a poursuivi le groupe dans un communiqué, qualifiant la plaignante d'ancienne employée «aigrie» agissant par «opportunisme».

Selon les médias, Daine Ponte, qui souhaite bénéficier du statut légal de «lanceur d'alerte», réclame des dommages et intérêts en réparation de son préjudice moral et professionnel.

En décembre 2012, la filiale américaine de Sanofi avait accepté de payer 109 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mfouche2
    05 décembre12:11

    Une nouvelle affaire BNP ? Attention ! Les américains nous font une vraie guere économique , ils essaient de déstabiliser et d'affaiblir les entreprises européennes par tous les moyens , et nous nous les regardons faire avec le sourire béat d'Hollande !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer