Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Etat et CDC devraient mieux gérer leurs participations
Reuters21/02/2013 à 20:27

PARIS (Reuters) - La Caisse des dépôts et consignations (CDC) doit rationaliser son portefeuille de participations et instaurer une meilleure synergie avec celles de l'Etat, estime le président de la commission de surveillance de l'institution financière publique.

Pour le député PS Henri Emmanuelli, qui a pris la présidence de l'instance de contrôle de la CDC en juillet, ces participations ont vocation à gagner de l'argent, à répondre à l'intérêt général et à se concentrer sur les secteurs d'avenir.

La Banque Publique d'investissement, dont la CDC est actionnaire à parité avec l'Etat, tenait jeudi son premier conseil d'administration à Dijon en présence du ministre des finances, Pierre Moscovici et de son collègue du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

"Je constate que les participations de l'Etat ne sont pas gérées comme elles devraient l'être. L'Etat n'est pas un bon actionnaire. Mais la Caisse des Dépôts est dans la même situation", a déclaré Henri Emmanuelli à Reuters.

"Les administrateurs sont quasiment des 'sleeping partners'. Quand on est administrateur, il faut exiger des business plans, surveiller les résultats", a expliqué le député, pour qui le manque de compétitivité de l'économie française résulte en grande partie d'erreurs de stratégie.

"L'Allemagne a le succès commercial que l'on connaît mais c'est avant tout le résultat d'une stratégie. Les patrons allemands disent à leur bureau d'étude : 'faites-moi le meilleur produit et on verra le prix après. Nous, on a fait l'inverse. On a dit : 'voilà le prix, faites le produit'."

Il explique ainsi la faiblesse du niveau de gamme de la production française.

Plaidant pour un Etat-stratège, Henri Emmanuelli appelle aussi de ses voeux une meilleure coordination de l'Etat et de son bras armé financier dans la gestion de leurs participations.

"Il n'y a aucune synergie entre les filiales parapubliques de la Caisse des dépôts et les participations de l'Etat. Ça me pose problème. On va essayer d'y remédier", a-t-il dit.

"PAS SÉRIEUX"

Le député des Landes a cité l'exemple de la récente cession par Total de TIGF pour 2,4 milliards d'euros.

Il déplore que l'absence de coordination entre l'Etat actionnaire d'EDF et la CDC ait abouti au passage sous contrôle italien du gestionnaire du réseau de stockage et de distribution de gaz dans 13 départements du Sud-Ouest de la France.

Total a annoncé début février être entré en négociation exclusive avec un consortium réunissant l'italien Snam (45%), le fonds singapourien GIC (35%) et EDF (20%) pour lui céder TIGF.

Un autre consortium réunissant le gestionnaire du réseau de transport de gaz en Belgique, Fluxys, la Caisse des dépôts, le fonds d'investissement Adia , Axa, Crédit agricole Assurances, CNP Assurances, filiale à 40% de la CDC, et le fonds de pension néerlandais PGGM, était également candidat au rachat de TIGF.

Le résultat en a été une surenchère et le fait qu'EDF a dû puiser dans un fonds normalement prévu pour financer le démantèlement de ses centrales nucléaires.

"Ce n'est pas sérieux. On aurait pu y aller ensemble et faire le prix plutôt que de se faire concurrence. Ça fait monter les prix ou ça réduit les bénéfices", regrette Henri Emmanuelli.

Constatant que "les participations de la Caisse des dépôts sont plus le résultat d'une histoire que d'une stratégie", il estime aussi qu'il "va falloir rationaliser".

Il rejoint ainsi les recommandations faites en juillet dernier par la Cour des Comptes dans un rapport sur l'Etat et le financement de l'économie.

"Je suis pour que les filiales de la Caisse gagnent de l'argent, que cela corresponde à des secteurs d'avenir, que cela prenne en compte l'intérêt général", a-t-il poursuivi.

Sans exclure que la CDC se contente de taux de rendement inférieur à ceux du privé, il a insisté sur la nécessité pour ses filiales d'être rentables.

Henri Emmanuelli a par ailleurs souligné la faiblesse de la participation du secteur privé au financement du capital risque en France.

"On a un problème dans ce pays, c'est que plus de la moitié du capital risque est financé sur fonds publics. Pour deux euros investis en capital risque, 1,2 provient de fonds publics", a-t-il rappelé. Il a précisé que le gouvernement réfléchissait à des modalités permettant d'augmenter les contreparties privées aux apports publics.

Marc Joanny avec Emmanuel Jarry

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M5637667
    21 février18:57

    Pourquoi voulez-vous que les investisseurs se lancent dans le capital risque, s'ils perdent leur argent lorsqu'il y a des déficits, et sont lourdement taxés lorsqu'il y a des bénéfices ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer