Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Et si on s'attaquait d'abord aux rentes des fonctionnaires ?

Le Point22/07/2014 à 08:42

Le ministre a montré du doigt les rentes et privilèges des professions réglementées, oubliant les nantis de son propre ministère.

Ce n'est pas forcément une mauvaise idée que de vouloir réformer les "professions réglementées" du privé, mais c'en est une de les montrer d'un doigt accusateur. Voilà maintenant qu'Arnaud Montebourg, endossant le costume de Fouquier-Tinville, se met à stigmatiser leurs "rentes et monopoles" en faisant passer les notaires, pharmaciens, avocats ou greffiers pour des usuriers honteux ou des profiteurs invétérés, comme de vulgaires trésoriers-payeurs généraux ou conservateurs des hypothèques. Le ministre de l'Économie, qui s'y connaît en effets de manche et qui a besoin en permanence de lever l'étendard comme Bonaparte au pont d'Arcole, se trompe de cheval une nouvelle fois. Tout d'abord, dans ces professions réglementées, il n'y a pas de rentiers. On y travaille beaucoup plus que 35 heures par semaine. Quant à être des monopoles, lorsque c'est le cas - pour les pharmaciens ou les experts-comptables -, cela est exclusivement dû à des délégations de l'État. La plupart du temps les tarifs qui y sont pratiqués sont contrôlés par l'État, qui en profite au passage pour récupérer de nombreuses taxes. Les notaires en matière immobilière travaillent plus pour l'administration fiscale que pour eux-mêmes. Il est vrai que ce serait plus simple et sans doute moins cher d'acheter son Doliprane en grande surface qu'en pharmacie, de mettre fin au monopole encombrant et néfaste des écoles de conduite et des taxis, ou d'éviter le racket des ambulanciers...

Lire la suite sur Le Point.fr

124 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ofcourse
    05 août14:05

    s'attaquer surtout aux rentes des hommes et femmes politiques

    Signaler un abus

  • birmon
    29 juillet13:52

    Nombreux sont ceux qui écrivent ici sans connaître ce dont ils parlent, concernant tant la situation des fonctionnaires que celle des professions réglementées. Il faut faire évoluer les chose mais tout, même dans la fonction publique ne doit pas être mis à la poubelle.

    Signaler un abus

  • j.sallio
    28 juillet14:09

    À Bercy et dans les fonctionnaires en général il y a un sérieux coup de balai à faire et revoir ces rémunérations exorbitantes révélées dans l'article du "Point", ces fonctionnaires deviennent Des parasites du budget de l'état. sont-ils des personnes Payant l'impôt sur le revenu ou en sont-ils exclus.Ils sanctionnent les fraudeurs mais ne sont ils pas les premiers.

    Signaler un abus

  • j.sallio
    28 juillet13:40

    Faire des économies de 11 millions d'euro en diminuant de 1000 euro les rémunérations des ministres, députés et sénateurs qui usent et abusent des multi-mandats. Ils Arrivent à des rémunérations indécentes pour des fonctions Qu'ils n'assument que part intermittence. C'est une honte.Et pendant ce temps ils créent des lois qui ne s'appliquent à eux mais qui pénalisent tout le monde.

    Signaler un abus

  • j.sallio
    28 juillet13:22

    Les fonctionnaires sont les parasites du peuples français Ils dilapident les budgets d'état tous les ans et augmententla dette de l'état français. Et on ne parlera pas de la façon de calculer leur retraite qui est un hold-up pour une pléthore de ramiers touchant des retraites excessives.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.88245 0.00%
105.51 +0.06%
1.1333 0.00%
7.28 +3.63%
52.83 +0.06%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.