1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Et si on osait investir en bourse ? Introduction à l'investissement boursier
Partenaire15/11/2018 à 17:10

Pas une journée ne passe sans que l'évolution du CAC 40 ne nous soit communiquée...Pourtant, peu d'entre nous s'intéressent à la bourse, croient en sa capacité à anticiper la croissance et encore moins à constituer une source de revenus complémentaires.

Pas une journée ne passe sans que l'évolution du CAC 40 ne nous soit communiquée, généralement suivie des prévisions météorologiques. Supposé constituer le baromètre de la valeur de notre épargne et de l'état de santé de l'économie, l'indice phare de la Bourse de Paris devrait agir, au même titre que les températures et l'ensoleillement, sur notre moral du jour. Pourtant, peu d'entre nous s'intéressent à la bourse, croient en sa capacité à anticiper la croissance et l'emploi et encore moins à constituer une source de revenus complémentaires.

La bourse est associée au mieux à un casino, au pire à une dérive du capitalisme

Une dérive qui accroîtrait les inégalités et qui se nourrirait des délocalisations et plans de licenciements pour verser les dividendes aux actionnaires. Emilie Zola propose, dès 1891, dans son roman L'Argent, une représentation de la bourse fondée sur la fièvre du jeu, les manipulations de cours, les opérations frauduleuses, menant inexorablement, tel un feu de forêt, à la destruction de richesses séculaires.

« Et la Bourse, grise et morne, se détachait, dans la mélancolie de la catastrophe, qui, depuis un mois, la laissait déserte, ouverte aux quatre vents du ciel, pareille à une halle qu'une disette a vidée. C'était l'épidémie fatale, périodique, dont les ravages balayent tous les dix à quinze ans, les vendredis noirs, ainsi qu'on les nomme, semant le sol de décombres. Il faut des années pour que la confiance renaisse, pou que les grandes maisons de banque se reconstruisent, jusqu'au jour où, la passion du jeu ravivée peu à peu, flambant et recommençant l'aventure, amène une nouvelle crise, effondre tout, dans un nouveau désastre. »

La filmographie boursière, généralement inspirée d'évènements réels, développe les mêmes thèmes autour de personnages rendus célèbres par les errements, Ivan Boesky inspire Wall Street, Nick Leeson Trader, Jérôme Kerviel L'Outsider, Jordan Belfort Le Loup de Wall Street.

A contrario, l'investissement immobilier semble jouir d'une totale immunité. Les épargnants sont nombreux à considérer que l'achat d'un bien locatif est sûr, liquide et plus rémunérateur que n'importe quel autre placement. L'éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis à l'origine de la crise des subprimes ? Loin de chez nous. Les difficultés à vendre dans de nombreuses régions ? Qui n'a pas vendu n'a pas perdu. Les avantages fiscaux sont souvent gommés par les moins-values à la sortie ? Le principal est de payer moins d'impôts aujourd'hui. Les frais de transaction ? Négligeables sur la durée du placement. Les charges de copropriété, la taxe foncière, les frais d'entretien, de gestion et d'assurance ? Le rendement net est toujours intéressant. Vous ne parviendrez pas à faire douer un adepte de la pierre. La déconvenue d'un investissement boursier sera toujours jugée plus sévèrement que celle d'un investissement immobilier. A l'inverse, les revenus tirés de la bourse seront considérés comme impudiques en comparaison des revenus fonciers de « bon père de famille » réguliers dans le temps.


La bourse est un océan d'informations

Cette multitude d'informations laisse à penser qu'aucune force pertinente ne guide les cours et que les vents sont créés pour allonger la liste des naufragés. Qui n'a jamais lu un article ou écouter une analyse sur la finance folle, la bourse casino, le miroir aux alouettes, les indices de la peur, les évolutions chaotiques des cours, les montagnes russes, l'hystérie des salles des marchés ? Pourtant, la bourse est utile socialement (dans son rôle de financement de l'économie et de couverture des risques), l'ensemble des participants y sont durablement gagnants (ce n'est pas un jeu à somme nulle) et son caractère prédictif n'a pas d'équivalent.


La faible appétence des épargnants pour les produits financiers

Celle-ci s'explique en grande partie par des croyances erronées concernant le rôle de la bourse, une appréciation du risque mal maîtrisée, la difficulté à décrypter les évolutions du cours et une insuffisante prise en compte des bienfaits de la diversification. Chacun de ces facteurs sera abordé dans un article à part entière afin de démystifier les placements boursiers et d'offrir quelques pistes de réflexion à des épargnants soucieux de réaliser des choix patrimoniaux qui soient à la fois raisonnables et optimaux.

Sandy Campart, enseignant-chercheur, membre d'un laboratoire de recherche CNRS (CREM), directeur de l'IUP Banque Finance Assurance de Caen (IAE Caen) et auteur du live "Et si on osait investir en Bourse" (publié en 2018 aux éditions EMS).

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • AND.KOTE
    20 novembre16:03

    Contrairement aux dires des sites boursier une bonne assurance vie sans frais est plus rentable que la bourse

    Signaler un abus

  • crac58
    17 novembre21:13

    La bourse n' est pas faite pour les PP ... Tout est manipulation par les brokers qui doivent se consulter entre eux pour faire varier au maximum les valeurs ... La correlation entre la santé des sociétés et leur valeur boursière n'est plus évidente ...d'autres intérêts priment

    Signaler un abus

  • 265023
    15 novembre17:45

    la bourse, j'y suis depuis 26 ans dans un PEA et j'en ai plus que ras le bol, il n'y a plus aucune corrélation entre l'économie réelle et les valeurs boursières manipulées par les robots, trump pè te un coup et allez hop ... Depuis un an, progressivement je bazarde tout (sans csg) et j'achète cash un superbe appartement face à la mer, au Portugal ou je réside depuis janvier.

    Signaler un abus

  • M557671
    15 novembre17:33

    Investir en bourse c'est different de trader...

    Signaler un abus

  • mlombar4
    15 novembre17:32

    Entièrement d'accord!!!!!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5193.31 -0.05%
1.1351 +0.04%
21.08 +1.64%
25.105 -0.85%
2.097 +21.00%

Les Risques en Bourse

Fermer