1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

EssilorLuxottica : les perspectives priment la gouvernance
Cercle Finance26/09/2019 à 13:35

(CercleFinance.com) - Grand-messes financières le plus souvent assorties - puisque tel est leur objectif premier - de prévisions plantureuses, les journées de rencontres avec les investisseurs n'ont guère été saluées par la Bourse ces derniers jours. Celles de deux stars de la cote parisienne, Total et EssilorLuxottica, ont été sanctionnées. Et pourtant...

Alors que Total organisait, mardi après-midi, son 'investor day' stratégique annuel à New York, l'action est passée de la zone des 49 euros à celle des 47 euros. Et pourtant, le groupe se montrait optimiste, annonçant même un relèvement plus rapide que prévu de son dividende trimestriel. Un argument de choix pour cette 'star' des valeurs de rendement.

Idem pour 'EssiLux', ainsi que la presse italienne et certains analystes appellent désormais EssilorLuxottica. Alors qu'une journée investisseurs - la première depuis la fusion d'Essilor et de Luxottica - était organisée hier à Londres, le titre a perdu jusqu'à 4,9% en séance, pendant l'événement, avant de terminer sur une baisse de 2,9%.

Que s'est-il donc passé ? L'événement a été précédé d'articles de presse signalant que le désaccord sur la gouvernance entre Leonardo Del Vecchio et la 'partie française' emmenée par Hubert Sagnières, qui semblait en mode 'pause', n'était pas réglé du tout. Et que la désignation du futur directeur général, toujours en suspens, était donc mal embarquée. Rappelons que le conflit entre les deux hommes est allé jusqu'à la saisine d'une instance d'arbitrage (!), avant que les deux parties ne concluent une trêve. Puis que le groupe annonce des comptes semestriels solides et le rachat de GrandVision, autre grand nom de la distribution d'optique. Autant d'éléments qui signalent que fondamentalement, le groupe va bien.

D'ailleurs, en dépit du 'rouge' qui a dominé hier en Bourse, l'action 'EssilLux' demeure très proche du sommet historique de 136,7 euros qui ne remonte qu'à la séance du 4 septembre. Si la gouvernance était et reste une faiblesse d'EssilorLuxottica, elle ne semble pas suffisante pour faire dérailler le titre.

Il faut dire que les fondamentaux demeurent solides : le marché mondial de la correction optique, sur lequel les positions d'Essilor, leader mondial, sont très fortes, offre une croissance à long terme, liée notamment à l'avènement de classes moyennes dans les grands pays émergents. La Chine était d'ailleurs à l'honneur, hier à Londres. Rien ne change du côté de cette 'tendance lourde', le succès croissant des verres solaires venant en appui, notamment dans les pays industrialisés. Voilà un point positif pour la 'croissance défensive' d'EssilorLuxottica alors que les projections économiques globales sont révisées en baisse.

En outre, Luxottica amène tout à la fois un accès direct à la clientèle de détail, avec ses milliers de boutiques (et peut-être plus encore sous peu avec GrandVision), et des marques qui relèvent, peu ou prou, de l'univers du luxe, comme Ray-Ban et Oakley.

Reste donc à fusionner 'verticalement' les deux entreprises. Apparemment, pas de mauvaise nouvelle de ce côté : les synergies sur le résultat d'exploitation sont toujours attendus entre 420 et 600 millions d'euros à un horizon de trois à cinq ans, ce qui devrait donc profiter aux comptes des années à venir. Au vu des récentes tensions à la tête du groupe, cette simple confirmation constitue, en soi, une très bonne nouvelle.

Autre élément clé : 'EssiLux' est désormais doté de prévisions à moyen terme. On savait déjà qu'il s'attend, en 2019, à une hausse de son chiffre d'affaires de 3,5 à 5% à changes constants. On sait désormais qu'il vise environ 5% l'an à long terme, en données quasi-organiques (hors changes et acquisitions stratégiques).

Quid du résultat d'exploitation ajusté ? En 2019, le groupe s'attend à ce que sa progression soit d'entre 0,8 à 1,2 fois celle du CA. Ratio qui, d'ici 2023, s'annonce entre 1 et 1,4 fois. Là encore, c'est mieux. Même si la projection de bénéfice net ajusté reste, elle et dans les deux cas, entre 1 et 1,5 fois. Bref, alors que les marchés boursiers sont inquiets, EssilorLuxottica se paie de luxe de projections attrayantes.

A suivre sur l'agenda du groupe : les comptes du 3ème trimestre, attendus le 30 octobre prochain.

EG

Valeurs associées

Euronext Paris +1.88%

Cette analyse a été élaborée par Cercle Finance et diffusée par BOURSORAMA le 26/09/2019 à 13:35:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer