Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

KIMOCE

6.10EUR
0.00% 
Ouverture théorique 6.10

FR0000074692 MLKIM

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    0.00

  • clôture veille

    6.10

  • + haut

    0.00

  • + bas

    0.00

  • volume

    0

  • valorisation

    3 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    12.01.17 / 15:00:00

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    5.49

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    6.71

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter KIMOCE à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter KIMOCE à mes listes

    Fermer

Environnement de travail : une nouvelle dénomination qui réaffirme le rôle du DRSG

Boursorama31/05/2012 à 17:00

TRIBUNE D'EXPERT

Directeur ou Responsable de l'Environnement de Travail, une nouvelle dénomination qui réaffirme le rôle économique, social et environnemental de cette fonction par Patrick HETT, Dirigeant-Fondateur de KIMOCE.

Si la légitimité économique, sociale et écologique du DRSG (Directeur et Responsable des Services Généraux) n'est plus à démontrer, sa nouvelle dénomination de Directeur ou Responsable de l'Environnement de Travail, proposée par l'ARSEG*, reflète les nouvelles missions qu'il doit relever pour rendre l'entreprise privée ou publique toujours plus performante, agile et durable. Si la rationalisation des coûts demeure sa première préoccupation, le DRET occupe un rôle central dans l'optimisation de l'environnement de travail et du bien être des collaborateurs, imaginés et mis en œuvre selon de nouvelles organisations, méthodes, réglementations voire aspirations, totalement indissociables de la performance.  Communicant, polyvalent et gestionnaire, la profession de DRET se révèle au carrefour de toutes les mutations économiques, sociales et environnementales de l'entreprise privée ou publique !

Période d'incertitude économique oblige, le DRET occupe une fonction stratégique dans la planification et de l'optimisation d'un nouvel environnement physique de l'entreprise, de ses locaux à ses équipements en passant par ses services. Au delà de la recherche seule des gisements d'économies des coûts de fonctionnement, le DRET apporte une dimension économique à l'environnement de travail, en recherchant le meilleur rapport qualité/prix selon le juste besoin, tout en prenant en compte le rythme d'évolution de l'entreprise et des modes de travail. En France, un salarié occupe 50 % de son temps un poste de travail, dont le coût moyen s'élève à plus 17 000 euros par an, en particulier liés aux mètres carrés occupés (loyers, taxes, maintenance). Repenser le poste de travail s'avère aujourd'hui une priorité pour le DRET, d'une gestion efficiente du parc immobilier au contrôle de la productivité des fournisseurs maintenance en passant au suivi des contrats/budgets/achats, en vue d'assurer un pilotage « sans faille » au service de la performance et de l'agilité de l'entreprise.

De par son rôle dans l'aménagement des espaces, des équipements et de services, le DRET se révèle également en première ligne pour assurer la qualité de l'environnement de travail, selon les réglementations (handicap, risques psycho-sociaux), les aspirations des collaborateurs de générations différentes et l'efficacité opérationnelle de l'entreprise. Dans l'Hexagone, le mal être des salariés, risques psycho-sociaux et stress confondus, représente 3% du PIB (absentéisme, consultations, soins…) ; l'amélioration de la qualité et de l'environnement de travail devient une priorité en termes d'actions et de conditions matérielles. Le DRT doit imaginer, concevoir voire anticiper un nouvel environnement de travail, conforme aux modes de travail (développement du télétravail, mobilité accrue, travail collaboratif) et aux aspirations différentes de 3 générations de collaborateurs (boomers, génération X et génération Y).A cela s'ajoute la nécessité de l'envisager comme un lieu voire des lieux de vie hors les murs de l'entreprise où les services aux collaborateurs (conciergerie, guichet unique de services) et la sécurité des biens et des personnes priment, et cela toujours au service de la performance économique. Selon une étude du Sofres, 95% des salariés interrogés confirment que le cadre de travail s'avère un facteur déterminant dans leur efficacité et productivité, tout en étant un élément clé de leur engagement et motivation.

Aux impératifs économiques et revendications de qualité de vie s'ajoutent désormais des exigences de réduction de l'impact environnemental de l'entreprise. Une nouvelle fois, le DRET joue naturellement un rôle essentiel dans la gestion optimale de la taxation « énergie & carbone », de l'efficacité énergétique des équipements & locaux, la rénovation « green » du bâti voire dans l'appréhension des mécanismes de subvention des énergies renouvelables. Cette tendance d'éco-responsabilité devrait s'accentuer et amener le DRT à gérer prochainement de nouveaux chantiers comme la fiscalité verte, la politique immobilière et énergétique respectueuse de l'environnement, la dématérialisation des documents, des flux…

Toujours pionner des nouveaux modes de gouvernance de l'entreprise, toujours plus flexible et performante, le DRET se révèle au cœur de ré-internalisation des activités de services. Phénomène encore marginal au regard de l'engouement que suscite encore l'externalisation, synonyme de réduction des coûts et de simplification, la ré-internalisation des services offre l'opportunité au DRET de recomposer la chaîne de valeur de son entreprise, tout y gagnant en termes de coûts et de flexibilité dans un environnement fortement concurrentiel. Cette pratique va t elle s'intensifier ? Qui mieux que le DRET pourra y répondre ?

Avec une expérience de plus de 20 années dans les meilleures pratiques de gestion & d'automatisation et un système d'information métier le plus abouti du marché, KIMOCE accompagne les DRET dans toutes leurs évolutions au service de la performance et de la pérennité de l'entreprise privée ou publique. Nous sommes plus que jamais convaincus de l'importance de la place et des ambitions du DRET, en collaboration avec La Direction Générale et RH, pour donner du sens aux mutations et gérer de manière optimale des ressources susceptibles de devenir rares. Preuve en est de son rôle central dans l'entreprise d'aujourd'hui et de demain, la filière DRET recrute actuellement en disposant d'atouts clés (non délocalisation des emplois, variété des tâches et des métiers) qui devraient susciter un vif intérêt auprès des pouvoirs publics et des jeunes. 
Quelques chiffres illustrent l'importance de cette filière : En 2011, 20 000 DRET gèrent un budget de l'ordre de 110 milliards d'euros, un parc immobilier de 125 millions de m2 et représentent un million d'emplois à temps plein.

A propos de KIMOCE

Aujourd'hui, les fonctions supports comme les Responsables et Directions Service Généraux & Environnement de Travail, SAV, Maintenance, Patrimoine... sont en première ligne pour valoriser les services et optimiser les ressources, composants stratégiques de l'agilité, de la robustesse et performance des entreprises privées et publiques. Au cœur de ces nouveaux enjeux, l'éditeur-intégrateur KIMOCE accompagne ses fonctions dans leur dynamique d'amélioration, en proposant la gamme logicielle de gestion « best of breed » la plus aboutie du marché et les« meilleures pratiques » managériales. Fruit d'un programme R&D de plus de 200 années/homme, cette gamme logicielle se décline en applications « métiers » modulaires, alliant richesse fonctionnelle et retour sur investissement rapide, qui couvrent trois grands domaines : Environnement de Travail & Services aux Collaborateurs, SAV & Service Client, Patrimoine, Infrastructure & Services publics. A cela s'ajoute une méthodologie éprouvée de mise en œuvre, d'exploitation et d'évolution de sa gamme, gage de la réalisation des projets dans les délais et les budgets impartis. Fort de ces atouts, Kimoce compte plus de 1000 clients et 50 000 utilisateurs dans le monde.

Pour plus d'informations sur l'entreprise : www.kimoce.com

Gwendoline BODINEAU
Attachée de presse 
01 48 97 78 16
gwendoline-bodineau@orange.fr

Stéphanie GROTZINGER
Responsable Marketing
marketing@kimoce.com 

Valeurs associées

0.00%

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.