Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ENTRETIEN MARCHÉS-Encore des opportunités mais attention aux secousses-UBS
Reuters21/06/2018 à 14:21

    * Les investisseurs doivent gérer le retour de la volatilité
    * Pas de récession à l'horizon des six à neuf prochains mois
    * Des portefeuilles à remanier, notamment sur l'obligataire
    * Les actions américaines gardent la cote

    par Patrick Vignal
    PARIS, 21 juin (Reuters) - L'environnement de marché devient
plus volatil et plus incertain mais présente encore des
opportunités pour les investisseurs, qui doivent toutefois
remanier leurs portefeuilles et se méfier de certains actifs,
dit Philippe Müller, responsable des thématiques
d'investissement chez UBS.
    La normalisation des politiques monétaires prive les marchés
d'un peu de soutien contre les risques géopolitiques et les
surprises macroéconomiques au moment où la croissance devient
moins synchronisée, avec toujours des indicateurs robustes aux
Etats-Unis mais aussi des signes de tassement du côté de
l'Europe, explique à Reuters le stratège de la banque suisse.
    "Il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas au début mais
plutôt dans les dernières phases des cycles d'un cycle
économique", dit-il. "Historiquement, ces périodes sont
intéressantes du point de vue des rendements mais plus volatiles
et plus difficiles à maîtriser".
    Le cycle économique est plus mûr aux Etats-Unis qu'en Europe
mais la relance fiscale mise en oeuvre par Donald Trump pourrait
en rallonger la durée, dit Philippe Müller, qui écarte le
scénario d'une récession à court terme. 
    La situation pourrait devenir plus compliquée vers le second
semestre de l'année prochaine et les investisseurs doivent s'y
préparer en corrigeant les mauvaises habitudes prises l'an
dernier, lorsque la croissance, forte et synchronisée, était
accompagnée d'une inflation contenue et d'une volatilité
historiquement basse, ajoute-t-il.   
    "L'économie va bien, les bénéfices vont bien mais nous
pensons quand même que nos clients doivent se préparer à des
secousses caractéristiques d'une fin de cycle", dit-il.
    "La dernière phase d'un cycle est traditionnellement
volatile mais reste positive jusqu'à six mois à peu près avant
l'arrivée d'une récession", ajoute-t-il. "Je ne vois pas de
récession dans les six à neuf mois à venir. Il faut rester
investi mais il faut tolérer la volatilité et être prudent en
commençant à ajuster les portefeuilles en augmentant la
liquidité pour gérer les risques."
    
    ATTENTION AU "HIGH YIELD"
    La période se prête en outre à des réactions épidermiques
des marchés, qui pourraient réagir négativement à des
indicateurs favorables portant la menace d'une surchauffe de
l'économie, en particulier aux Etats-Unis, avertit Philippe
Müller.
    Les actifs à risque comme les actions peuvent être conservés
pratiquement jusqu'au dernier moment, dit-il à l'adresse des
investisseurs. Par contre, il faut corriger un peu plus tôt sur
le crédit et notamment les obligations à haut rendement ("high
yield"), leur conseille-t-il.
    "Il faut bien revoir les positions sur l'obligataire en
privilégiant la liquidité et la qualité", dit-il.
    Sur les actions, UBS aime notamment celles des Etats-Unis et
du Canada.
    "Nous avons une pondération neutre pour les actions
européennes et nous nous méfions de certains marchés émergents
comme la Turquie", précise Philippe Müller.
    Certains secteurs, notamment les valeurs technologiques
américaines, doivent être maniés avec précaution en raison de
valorisations élevées, même s'ils conservent tout leur intérêt
sur le long terme, ajoute-t-il.
    "Comme nous aimons le marché américain et que les valeurs
technologiques en représentent à peu près le quart, nous ne
pouvons pas être négatifs sur ces valeurs mais il était temps de
revoir notre position en passant d'une surpondération à une
pondération neutre", dit-il.
    Toujours haussier mais plus turbulent, le contexte actuel,
marqué par le retour de la dispersion et de la volatilité, se
prête particulièrement à la gestion active et favorise aussi les
"hedge funds" qui savent historiquement naviguer dans ce type
d'environnement, ajoute-t-il.
        

 (édité par Marc Angrand)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer