Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Eni va réduire de 25% les surpacacités de raffinage en Europe

Reuters08/08/2014 à 17:39

ENI VEUT RÉDUIRE SES CAPACITÉS DE RAFFINAGE DE PLUS DE MOITIÉ

par Stephen Jewkes

MILAN (Reuters) - La volonté du groupe pétrolier italien Eni de réduire de plus de moitié ses capacités de raffinage pourrait soulager l'ensemble du secteur en Europe, plombé par des surcapacités qui pèsent sur ses marges et qui se retrouveraient ainsi diminuées d'un quart.

Les capacités globales des raffineries européennes avoisinent aujourd'hui 15 millions de barils par jour (bpj) mais, au vu de la baisse de la demande et de l'intensification de la concurrence, les analystes estiment nécessaire de mettre "sous cocon" 1,5 à deux millions de bpj d'ici 2018 pour ramener le marché à l'équilibre.

Le nouvel administrateur délégué d'Eni Claudio Descalzi a donc fait des heureux la semaine dernière en dévoilant un projet visant à réduire d'environ 400.000 bpj les capacités de raffinage du groupe dans le cadre d'un vaste plan d'assainissement des comptes et de recentrage sur l'exploration-production. La réduction de la voilure dans le raffinage était prévisible mais son ampleur a surpris les observateurs.

"La vitesse de réaction adoptée pour rajeunir la structure organisationnelle et fermer les raffineries peu performantes est celle d'une Ferrari", résume Oswald Clint, analyste spécialisé de Bernstein.

La division raffinage-distribution d'Eni, qui représente 10% des capitaux employés selon les analystes, est dans le rouge depuis trois ans et ses pertes d'exploitation ont atteint 1,5 milliard d'euros l'an dernier, après 1,3 milliard en 2012.

La marge de raffinage d'Eni affiche sur l'ensemble du premier semestre un recul de plus de 45% sur un an, à 1,73 dollar par baril. A ce niveau, l'activité est déficitaire une fois pris en comptes les coûts d'exploitation.

L'agence de notation Fitch a prévenu le mois dernier qu'en l'absence de redressement de la branche d'ici 12 à 18 mois, Eni pourrait voir sa note A+ dégradée.

REDRESSER LES MARGES

En convertissant trois de ses six raffineries italiennes en sites de stockage ou en sites de production de biocarburants tout en réduisant son exposition à l'international, Eni estime que la division pourra revenir à l'équilibre financier fin 2015.

Le choix d'une conversion des sites, plutôt que d'une fermeture totale, permettra au groupe d'éviter de très lourds frais de démantèlement et de dépollution tout en préservant une partie des emplois.

"Cela vise avant tout à ne pas licencier. Les marges de raffinage étant négatives, cela a plus de sens de conserver la main d'oeuvre même si elle n'a en fait rien à faire", explique un analyste spécialisé à Milan, en référence au risque politique que ferait courir l'annonce d'un plan de licenciements massif par une entreprise contrôlée par l'Etat.

Oswald Clint, de Bernstein, estime que la diminution de 460.000 bpj des capacités d'Eni se traduirait par une amélioration de 1,5 à 2,0 dollars par baril des marges de raffinage européennes. Il juge toutefois que d'autres fermetures seront nécessaires sur le Vieux Continent.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) pense que les capacités de raffinage en Europe ont diminué d'environ 1,8 million de bpj depuis 2008, soit de 600.000 bpj en Allemagne, de 400.000 en France, de 400.000 en Grande-Bretagne et de 400.000 en Italie.

Eni n'a pas dit quelles raffineries seraient concernées par sa restructuration mais des représentants syndicaux du groupe ont déclaré à Reuters qu'il s'agirait des sites de Tarente, Gela et Livourne. Et même si le groupe assure ne prévoir aucune réduction d'effectifs, les syndicats craignent la suppression de 6.000 emplois à terme.

Des discussions entre la direction et les représentants du personnel sont prévues d'ici au 15 septembre, a précisé Sergio Gigli, secrétaire général de la centrale Femca-Cisl.

(avec Ron Bousso à Londres, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


Mes listes

valeur

dernier

var.

AXA
23.49 -0.28%
90 0.00%
1.223 +0.22%
6.2 0.00%
438.2 +0.44%
5.19 -0.76%
6.74 +1.05%
2218.32 +0.07%
67.3 -3.51%
2.25 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.