Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Engie, plus forte baisse du CAC 40 à la mi-séance du mercredi 6 juillet 2022 -
information fournie par AOF06/07/2022 à 12:18

(AOF) - Engie (-3, 51 % à 10,18 euros)

Engie ne bénéficie pas du rebond du marché parisien. L'action du groupe énergétique continue d'être pénalisée par un environnement dégradé pour le secteur en Europe du fait de la flambée des coûts et des difficultés d'approvisionnement.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Groupe né en 2008 de la fusion GDF-Suez, leader mondial de la transition énergétique, premier producteur mondial d'électricité non nucléaire, premier fournisseur de services d’efficacité énergétique, deuxième fournisseur de services à l’environnement ;

- Activité de 57,9 Mds€ avec de fortes positions en Europe d’où proviennent 64 % des revenus, dont 36 % pour la France, devant les Amérique (16 %) ;

­- Modèle d'affaires fondé sur le contrôle de la chaîne de valeur et sur le recentrage sur 5 métiers : les renouvelables, les infrastructures, Solutions énergies, la production & fourniture d’énergie et la gestion de l’énergie et du nucléaire ;

- Capital contrôlé à 23,64 % par l'Etat, aux côtés de la Caisse des dépôts (4,59 %), et à 3,2 % par les salariés, Jean-Pierre Clamadieu présidant le conseil d'administration et Catherine MacGregor assurant la direction générale ;

- Structure financière maîtrisée avec 25,2 Mds€ de dette nette donnant un effet de levier de 3,6 et qui sera renforcée au 2 nd semestre par la cession d’Equans,.

Enjeux

- Stratégie de croissance annuelle des Renouvelables portée à 4 GW entre 2022-25 et 6 GW entre 2026-30 via :

- simplification du groupe avec 4 Business Units contre 25 et une présence internationale ramenée à 30 pays contre 53,

- déploiement de « BRIGHT », spécialisé dans les services multi-techniques,

- 11 Mds€ au moins de cessions et 15 à 16 Mds€ d’investissements de croissance ;

- et débouchant sur une hausse des bénéfices (3,2 à 3,4 Mds€ en 2023 et 3,3 à 3,5 Mds€ en 2025) et sur un effet de levier de la dette inférieur à 4 ;

- Stratégie d'innovation organisée en feuilles de routes transversales : Horizons : 1 / efficacité des process, 2/ diffusion des nouvelles technologies, 3/ veille et recherche pour la croissance future / Ecosystèmes : 23 Labs thématiques, Engie Factories, plateformes internes (DigiPlace, Common Data, Hub, Inner Source) ;

- Stratégie environnementale visant la neutralité carbone en 2045 : 2 objectifs 2030 : recul de 70 % des émissions de CO2 par rapport à 2016 et montée à 58 %, vs 34 % à fin 2021, des énergies renouvelables dans la production d'électricité,

sortie totale du charbon en Europe en 2025 et ailleurs en 2027 / articulée entre la croissance des activités durables et la gestion des risques dans la production / financée par des emprunts verts ;

- Forte croissance de la rentabilité grâce à la position de leader au Brésil, marché clé pour le groupe, à la flotte de CCGT (la plus grande d'Europe), aux renouvelables et aux partenariats de long terme avec les producteurs de gaz, tel Gazprom.

Défis

­

- Pour compenser l’arrêt des centrales nucléaires belges en 2025, impératif de croissance de la rentabilité venant des investissements dans les renouvelables, des performances d’Energy Solutions et de la contribution des infrastructures ;

- Redressement de EVBox, leader des solutions de recharge, handicapé par la pénurie et l’inflation des composants ;

- Réalisation des ambitions de long terme : dans les renouvelables, 50 GW de capacité installée d’ici 2025 et 80 GW d’ici 2030, dans les infrastructures, croissance annuelle de 1,5 % jusqu’en 2024 et, pour Energy solutions, pipeline en croissance à 14 Mds€ ;

- Objectifs 2022 : résultat net récurrent entre 3,3 et 3,5 Mds ;

- Taux de distribution de 65 à 75 % jusqu’en 2023 et dividende de 0,85 € au titre de 2021.

Une gestion des déchets aux forts enjeux

350 millions de tonnes de déchets sont générés annuellement en France. Si 66% sont recyclés, les taux varient selon la nature du déchet. Ainsi seuls 21% des plastiques le sont. Afin de renforcer l'économie circulaire, l'Etat soutient massivement la R&D dans le cadre de la stratégie 3R (« Recyclabilité, Recyclage et Réincorporation des matériaux »). Une enveloppe de 370 millions d'euros va y être consacrée. Concernant les déchets dangereux, cette activité est très rentable. En France, les capacités de stockage et de traitement sont tendues comparées aux besoins annuels.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.12%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 06/07/2022 à 12:18:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.