1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

ENCADRE-France-Un système de retraites "inéquitable", selon le Haut-commissaire

Reuters16/04/2018 à 19:11
    PARIS, 16 avril (Reuters) - Le système actuel de retraites
est "complexe, inéquitable et peu lisible", a déclaré le
Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye,
dans un premier bilan envoyé aux partenaires sociaux la semaine
dernière. 
    Il a entamé cette semaine une série de concertations au
sujet de la réforme des retraites qui vise à uniformiser les 42
régimes existants (de bases, complémentaires ou additionnels).
 
    Voici les principales iniquités soulevées dans le bilan. 
    
    * UN SYSTÈME INADAPTÉ AUX MOBILITÉS
    En moyenne, les Français cotisent à 3,1 régimes différents
pendant leur carrière. 
    Pour les polypensionnées, c'est-à-dire les personnes qui
cotisent à différents régimes de pension au cours d'une
carrière, les iniquités surviennent en raison des "différences
des formules de calcul des pensions", écrit le Haut-commissaire.
    Sur une carrière de 41,5 ans, par exemple, une personne qui
travaille d'abord dans le secteur privé puis dans le secteur
public peut toucher 1.151 euros de retraite par mois, contre
1.074 dans le sens inverse. 
    Une personne qui cotise également au régime des
micro-entrepreneurs puis au régime général validera moins de
trimestres que si elle cotisait uniquement au régime général. 
    
    * UN SYSTÈME PEU LISIBLE
    La méthode de calcul des pensions du secteur privé qui se
base sur les salaires des 25 meilleures années est défavorable
aux bas salaires, et donc aux femmes, explique le document.  
    Ainsi, une personne avec des revenus d'activité six fois
moins élevés qu'une autre, touchera, selon les règles en
vigueur, une pension sept fois moins élevée. 
     Les dispositifs de solidarité (prise en compte des
interruptions involontaires d'activité, droits attribués au
titre de la famille...) atténuent ces différences. Cette même
personne toucherait par exemple une pension quatre fois moins
élevée seulement. 
    Mais, selon le Haut-commissaire, ces dispositifs manquent de
transparence en raison de leurs divers modes de financement. Ils
ne permettent pas non plus de toucher les mêmes droits, selon le
régime (privé ou public).   
    
    * UNE HARMONISATION DIFFICILE
    Les contributions au sytème sont très différentes d'une
catégorie de travailleurs à l'autre, ce qui pose la question de
la contribution qui sera réclamée à chacun dans la réforme. 
    Pour les fonctionnaires, les taux de cotisations salariales
convergent vers un taux proche de celui des salariés. Mais
l'assiette de cotisations n'inclut pas les primes. 
    Chez les indépendants, ce taux est dégressif pour protéger
les droits des indépendants ayant des bas revenus. 
    
    * LES ENJEUX DE LA CARRIÈRE
    La prise en compte de la carrière est également un thème qui
sera abordé dans les concertations. 
    En système d'annuités (système actuel pour tous les régimes
de base sauf celui des professions libérales), la carrière est
prise en compte dans la durée d'assurance qui sert de base au
calcul des pensions (25 dernières années). 
    Si le gouvernement adopte un système par points,
c'est-à-dire dans lequel les cotisations versées sont converties
en "points" dont la valeur va évoluer en fonction de la valeur
d'achat, l'ensemble de la carrière sera prise en compte. 
    C'est le cas également dans les systèmes à compte notionnel,
troisième modèle par répartition dans lequel les cotisations
versées correspondent exactement au droit acquis au cours de la
période de versement. 

 (Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

10.065 +2.06%
5051.57 -0.34%
11.002 -1.27%
3.96 -0.75%
159.6 -0.24%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.