1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

En Espagne, la "bad bank" commence à vendre
Reuters04/02/2013 à 23:08

LA "BAD BANK" ESPAGNOLE TENTE DE REPLACER UNE PREMIÈRE SÉRIE D'ACTIFS

MADRID (Reuters) - La "bad bank" espagnole tente de replacer sur le marché une première série d'actifs repris à des banques en difficulté pour qu'elles assainissent leur bilan même si son "business plan" suscite des doutes et si l'institution elle-même est l'objet de débats internes.

La structure de défaisance connue sous le nom Sareb a dit lundi qu'elle mettait en vente 13.000 actifs immobiliers jadis propriétés de la banque Bankia.

La Sareb a repris pour 37 milliards d'euros d'actifs fonciers et immobiliers fin décembre, les retirant des bilans de quatre banques nationalisées, dont Bankia. Les établissements ont reçu en échange des obligations mais aussi des financements européens pour reconstituer leurs fonds propres.

Les conditions de fonctionnement de la Sareb ne sont pas encore clairement établies. On ne sait pas encore par exemple comment les actifs repris doivent être gérés et par qui. Pour l'instant, les banques telles que Bankia continuent de les gérer.

Quant à son business plan élaboré voici quelques mois et reposant sur des informations données par les banques fin 2011, soit avant que les banques espagnoles les plus saines apportent à la Sareb un capital de départ, il est en train d'être révisé, a confirmé la Sareb lundi.

"Le business plan est ajusté en raison de l'évolution du portefeuille, dans la mesure où nous avons à présent tous les détails de son contenu", a-t-elle dit.

"Le business plan avait été approuvé par tout le monde; à présent, ils veulent modifier certaines des hypothèses; le plan est mis en doute", a observé une source au fait du dossier.

Sarah White et Jesus Aguado, Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer