1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

En attendant l'Europe

Le Point20/08/2014 à 08:43

Manuel Valls et François Hollande attendent les premiers effets de leur politique pro-entreprise.

Manuel Valls l'avait annoncé le 1er août à la sortie d'un séminaire gouvernemental : la rentrée sera "difficile en matière de conjoncture économique". Avec le premier conseil des ministres de rentrée ce mercredi, le Premier ministre et François Hollande entrent dans le vif du sujet. Ils vont devoir gérer, tant bien que mal, les conséquences de la panne de croissance qui frappe le pays, notamment en matière de chômage. Selon la première estimation de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publiée le 14 août, l'activité économique a encore stagné entre avril et juin, après un premier trimestre déjà étale. Conséquence directe, le gouvernement ne peut plus espérer qu'une progression de la richesse annuelle de 0,5 % contre une prévision de 1 %. Une nouvelle d'autant plus problématique qu'elle met à mal tout le fragile édifice budgétaire 2015-2017, concocté en avril et censé garantir un retour à 3 % de déficit public à la fin de l'année prochaine. Avec une croissance en berne, les impôts ne rapporteront en effet pas autant d'argent qu'attendu dans les caisses de l'État. Laisser filer le déficitFace à une telle situation, le couple exécutif a déjà fixé sa ligne. Pas question d'aller au-delà des 50 milliards d'économies déjà programmées sur les dépenses publiques ni d'augmenter les prélèvements obligatoires, sous peine de noyer encore un peu plus la machine économique. Il s'apprête donc à...

Lire la suite sur Le Point.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • steimbcs
    20 août09:11

    2 ans de tres mauvaise gestion et ils voudraient que se soit facile! le problème c'est que c'est nous qui payons. Quand allons-nous les sanctionner, les virer, faire la révolution ?

    Signaler un abus

  • lorant21
    20 août08:48

    Heuresement qu'on a l'euro. Sinon, on serait ruiné.. comme en Argentine.

    Signaler un abus

  • anto14
    20 août07:21

    Séminaires, ensuite commissions sur commissions, rapports sur rapports, pour aboutir à quoi ? Au néant. Pas tout à fait, à une augmentation d'impôts et de taxes pour ces nantis de la classes moyennes et des réductions à tout va, des primes de rentrée pour les assistés. On déshabille Paul le laborieux pour habiller Jacques l'assisté, c'est le socialisme à la française.

    Signaler un abus

  • kwatao
    20 août07:01

    VALLS et HOLLANDE 2 PARASITES TOTALEMENT INCOMPETENTS dont la seule réalisation aura été l'ANEANTISSEMENT de la France. Qu'on les chasse au plus vite !

    Signaler un abus

  • herve.mo
    20 août07:01

    Pour annoncer les complications les 2 bonhommes sont au top ; pour les résoudre c' est une toute autre affaire

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer