Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

emeis, plus forte baisse du SBF120 et du marché SRD à la clôture du lundi 10 juin 2024
information fournie par AOF 10/06/2024 à 17:58

(AOF) - emeis (-8,82% à 12,50 euros)

Le groupe de maisons de retraite a terminé la séance en tant que lanterne rouge d'un marché secoué par les résultats électoraux et l'annonce de la dissolution de l'Assemblée. La baisse dépasse 25% depuis le début de l'année.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Numéro 1 européen de la prise en charge globale de la dépendance avec près de 90 000 lits et 1053 établissements dans 22 pays, créé en 1989 ;

- Chiffre d’affaires de 4,7 Mds€, réparti entre la France-Bénélux pour 60 %, l’Europe centrale pour 26 %, l’Europe de l’est pour 9 %, la péninsule ibérique et l’Amérique latine (Brésil, Chili et Uruguay) pour 5 % puis la Chine ;

- Modèle de création de valeur fondé sur la sélectivité à l’international, la diminution de la détention des actifs immobiliers, le redressement de la situation financière et l’amélioration des conditions de travail débouchant sur une meilleure prise en compte des besoins des résidents ou malades ;

- Renouvellement de la gouvernance, Guillaume Pepy présidant le conseil d’administration de 7 membres, Laurent Guillot étant directeur général ;

- Bilan très tendu avec un levier de la dette de 23 à fin 2022, exigeant une restructuration de la dette et des apports de fonds nouveaux par dettes garanties et augmentation de capital.

Enjeux

- Plan de refondation « Orpea change ! avec vous et pour vous » 2025 mis en place par le nouveau comité exécutif :

- objectifs financiers 2025 : 1173 établissements, 4,7 Mds€ de chiffre d’’affaires, soit une

- croissance annuelle moyenne de 9 %, et 20 % de taux de

- 1ère phases de juillet à novembre : remédier, organiser, remobiliser :

- nouvelle gouvernance,

- identification des synergies entre les métiers -EHPAD, soins à domicile, cliniques,

- identification des marchés cœur : France, Allemagne, Pays-Bas, Suisse, Irlande,

Espagne et Autriche, avec 5,23 Mds€ de chiffre d’affaires attendu en 2025,

- 15 novembre : présentation du plan avec objectifs détaillés ;

- Feuille de route environnementale « Green building » 2030 :

- recul de 16 % d’ici 2025 et de 30 % d’ici 2030 de la consommation énergétique et, pour les émissions de carbone, de 17 % puis de 30 %,

- audits énergétiques, production d’énergie renouvelable au niveau des établissements.

- Vers une prise de contrôle du capital par la Caisse des dépôts et groupe d’investisseurs, d’ici

fin décembre après assemblée générale des actionnaires, à hauteur de 50,2 %.

Défis

- Rapidité du redressement en France qui devra contribuer à 75 % au redressement de la marge ;

- Difficulté de mise en œuvre de la stratégie immobilière (détention de 20 et 25 % du portefeuille, contre 46 % en 2022 avec, à moyen terme, création d’une foncière dédiée à marge de promotion de l’ordre de 10 %, le retournement du marché limitant les cessions d’actifs immobiliers initialement prévues à 1 Md€ ;

- Mise en œuvre de la restructuration financière ouverte le 25 octobre : 3 augmentations de capital débouchant sur une valeur de l’action qui pourrait être inférieure à 0,02 € ;

- Après un chiffre d’affaires en hausse de 10,7 % et une perte nette de 371 M€ au 1er semestre, anticipations 2023 d’un résultat opérationnel de + 705 M€.

En savoir plus sur le secteur Pharmacie

L'oncologie, priorité des géants pharmaceutiques

La déconvenue boursière de Sanofi enregistrée fin octobre 2023 souligne le nouveau cap pour le groupe, qui a dorénavant fixé l'oncologie comme priorité numéro 1. Les efforts sur ce segment, où les thérapies avancent le plus vite, impliquent notamment des investissements en R&D qui pèsent sur la rentabilité. Sanofi a donc annoncé une baisse de son bénéfice par action en 2024 et l'abandon de son objectif d'une marge opérationnelle de 32 % en 2025. Merck vient, lui, de dévoiler une nouvelle alliance. Il va verser jusqu'à 22 milliards de dollars au groupe japonais Daiichi Sankyo dans le cadre d'un partenariat sur des traitements expérimentaux contre le cancer. Si certains experts estiment que les États-Unis représentent près de la moitié des dépenses mondiales d'oncologie (médicaments et traitements), soient 196 milliards de dollars en 2022, les dépenses chinoises dans ce domaine ont plus que doublé en cinq ans, passant de 5 à 11,8 milliards de dollars.

Valeurs associées

11.45 EUR Euronext Paris -4.14%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 10/06/2024 à 17:58:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.