Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Elis : ajustement du ratio de conversion pour les OCEANE 2023
information fournie par AOF10/06/2022 à 18:06

(AOF) - Elis informe les porteurs d’obligations convertibles ou échangeables en actions nouvelles ou existantes (OCEANE 2023) que le ratio de conversion initial de 1 action ordinaire pour 1 OCEANE est porté à 1,072 action ordinaire pour 1 OCEANE. Cet ajustement prend effet à compter du 25 mai 2022, date du détachement de la distribution d’un dividende prélevé sur le compte « Prime d’émission, de fusion, d’apport » de 0,37 euro par action dont la distribution a été approuvée par l’assemblée générale des actionnaires le 19 mai dernier.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Prestataire international de solutions de location-entretien d’articles textiles, d’hygiène et de bien-être ;

- Chiffre d’affaires de 3 Mds€ équilibré entre l’industrie, la santé, les commerces et services puis l’hôtellerie-restauration ;

- Présence internationale, la France apportant 31 % des revenus, devant l’Europe centrale (24 %), la Scandinavie et l’Europe de l’est (16 %), le Royaume-Uni et l’Irlande (12 %), l’Europe du sud (8 %) et l’Amérique latine ;

- Modèle d’affaires résumé en 2 points : la diversité géographique et par métiers, l’excellence opérationnelle via la réduction des coûts et la gestion stricte des flottes de livraison ;

- Capital éclaté (12,32 % des actions et 20,62 des droits de vote pour la Caisse de pensions du Canada), Thierry Morin présidant le conseil de surveillance de 11 membres et Xavier Martiré le directoire ;

- Situation financière encore tendue avec 3 Mds€ de capitaux propres et autant de dette, mais un levier de dette ramené à 3.

Enjeux

- Stratégie visant à la consolidation des positions via 4 leviers : la croissance organique et les acquisitions ciblées, l’ouverture régulière de nouveaux marchés, l’amélioration de l’excellence opérationnelle et l’enrichissement de l’offre par des ventes croisées de services ;

- Stratégie d’innovation axée sur la digitalisation : pour les clients, programme de traçabilité Elis Connext et contrat électronique, en interne, déploiement en 2021, en Europe, de GLAD, solution d’aide à la logistique ;

- Stratégie environnementale : attente pour la fin 2022 d’objectifs climat, accélération du recours aux véhicules « propres » pour les flottes de livraison, économie circulaire, au cœur du modèle économique : éco-conception, durabilité des produits, valorisation des textiles, ligne de crédit « verte » de 900 M€ ;

- Diversification dans les services antiparasitaires avec l’acquisition du danois Crisal ;

- Renforcement de la présence en Amérique latine –Brésil, Chili, Colombie et Mexique.

Défis

- Poursuite de la diversification réussie dans la santé, l’industrie et le commerce et attente d’un retour aux niveaux de 2019 dans l’hôtellerie et la restauration ;

- Intégration du n° 1 mexicain de la location de linge plat et de vêtements de travail, qui devrait être positive sur le bénéfice ;

- Capacité à faire accepter des hausses de prix à partir du 2nd semestre, pour compenser l’impact négatif de la hausse des prix du gaz ;

- Anticipations 2022 : hausse de 13 à 15 % du chiffre d’affaires, croissance du bénéfice d’exploitation vers 500 M€, autofinancement libre de 200 M€ et levier de dette ramené à 2,6 ;

- Retour au dividende au titre de 2021 à 0,37 €.

Services aux entreprises : le transport routier face à un déficit de main d’oeuvre

Un rapport publié par la Dares (Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques) en octobre 2020 soulignait que les conducteurs routiers faisaient partie des trente métiers les plus en tension en France en 2019. Cette tension n’est pas retombée et pourrait même s’amplifier dans les prochaines années. D’après l'OTRE (Organisation des transporteurs routiers européens), les besoins pourraient atteindre 100.000 postes dans les cinq ans à venir. Le phénomène, qui a été amoindri pendant les confinements successifs, a resurgi avec la reprise de l'activité. Il est en partie lié à un déficit d'image et à des rémunérations peu attractives. Malheureusement les récentes négociations entre les partenaires sociaux pour revaloriser les minima de branche n’ont pas abouti.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.85%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.