Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Elior : Alpha Value passe à l'Achat
information fournie par AOF04/10/2022 à 09:56

(AOF) - AlphaValue a relevé sa recommandation d’Accumuler à Acheter sur Elior, avec un objectif de cours de 2,30 euros.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points-clés

- Groupe de restauration collective, numéro 1 en France, Espagne et Italie, numéro 5 au ruyaume-Uni et aux Etats-Unis, diversifié en hôtellerie de santé et créé en 1991 ;

- Chiffre d’affaires de 2,7 Mds€ dont 36 % réalisé auprès des entreprises, 33 % dans l’enseignement et 31 % dans le santé-social ;

- Modèle d’affaires jouant sur 5 leviers de création de valeur : renforcement des activités les plus rentables , autonomie des équipes terrain, systémisation de la fidélisation, optimisation des coûts et gestion du cash ;

- Capital détenu à 24,36 % par Derichebourg, 5,42 % par Emesa et 5,25 % par le Fonds stratégique de participations, Bernard Gault, ex-directeur général, présidant le conseil d’administration de 10 membres depuis début juillet 2022 ;

- Situation financière tendue avec une dette nette de 1,22 Md€ face à 437 M€ de de disponibilités mais « covenant holiday » dont le prochain test sera réalisé sur la base des résultats 2022-23.

Défis

- Plan New Elior 2024 aux objectifs confirmés en juin 2022 : croissance annuelle d’au moins 7 % des revenus sur les 2 prochains exercices, marge opérationnelle autour de 4 % en 2023-2024 et reprise du dividende au titre de l’exercice 2023-2024;

- Stratégie d’innovation : en interne : plateforme d’innovation Life4 mutualisant les innovations des collaborateurs et Food Academy en Italie et Nutrition LAB de recherche en France / pour les clients : lutte contre la dénutrition, déploiement du nutri-score et flexibilité des offres / accompagnement et acquisitions de start-up ;

- Stratégie environnementale visant pour 2025 : réduction de 12 % des émissions de CO2 par repas (vs 2020) / réduction de 30 % des gaspillages alimentaires par repas / 80 % d’électricité renouvelable ;

- Croissance de l’hôtellerie de santé aux Etats-Unis, avec l’intégration de LeveWell with Traditions ;

- Lancement prochain d’une revue stratégique des activités.

Défis

- 3 catalyseurs de croissance à surveiller : taux de pénétration dans les PME (+ 21 % en 2021), solutions de mobilité professionnelle, et taux de rétention des clients (92 % à fin juin 2022) ;

- Impact fort de l’inflation sur les marges opérationnelles et forte sensibilité aux reprises du Covid combattues par le plan de redressement : programme mondial et systématique de renégociations des grilles tarifaires, co-construction avec les clients d’offres plus durables, renforcement du contrôle des coûts opérationnels, réexamen systématique du portefeuille de contrats (sortie de Preferred Meals aux Etats-Unis).

Services aux entreprises

Les géants de la restauration collective revoient leurs tarifs

Au premier semestre (clos fin mars) de son exercice 2021-2022, Elior a bénéficié d'un bond de près de 20% de son activité à 2,2 milliards d'euros. Néanmoins ses pertes se sont creusées, passant de 53 millions un an plus tôt à 266 millions d'euros, en partie du fait d'une dégradation des marges. Ce mouvement est lié à l'inflation des prix des denrées alimentaire et de l'énergie. Pour y remédier, le groupe a mis en place un programme mondial et systématique de renégociation de toutes les grilles tarifaires avec ses clients.

Quant à Sodexo, les progressions de tarifs ont déjà eu lieu. Durant le troisième trimestre, ils ont augmenté de plus de 5% en glissement annuel. Le groupe s'attend à une augmentation supplémentaire des tarifs de 4 à 5% d'ici la fin de l'année. En dépit d'une forte croissance de ses résultats au premier semestre (clos fin février), le groupe s'est montré prudent pour la seconde partie de l'année du fait d'un environnement qui demeure incertain. Les dirigeants estiment que la marge pré-covid sera à nouveau atteinte en 2023.

Le transport routier veut accélérer sa transition énergétique

Le poids du carburant ne cesse de grimper dans la structure des coûts des transporteurs, alors qu'il représente habituellement 20% du coût de revient. Les acteurs sont bien conscients de la nécessité de réaliser la transition énergétique pour s'affranchir de leur grande dépendance au prix du carburant. Pourtant, les professionnels doivent affronter un manque d'offre de véhicules lourds propres et à des prix abordables. Par ailleurs, le recours à l'hydrogène est encore trop limité. Quant au GNV (Gaz Naturel Pour Véhicules), si des investissements ont été réalisés dans le passé, les camions au gaz ne roulent pas actuellement compte tenu de l'envolée des prix. Les professionnels demandent donc un accompagnement des pouvoirs publics pour accélérer leur transition.

Valeurs associées

Euronext Paris +2.75%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 04/10/2022 à 09:56:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.