1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Egypte-Le chef des Frères musulmans doit être rejugé-justice
Reuters30/09/2018 à 17:49

 (Correction des nouvelles charges au 4e paragraphe)
    LE CAIRE, 30 septembre (Reuters) - La Cour pénale du Caire a
ordonné un nouveau procès du dirigeant des Frères musulmans
Mohamed Badie et d'autres personnalités de la confrérie
interdite en raison de l'apparition de nouvelles charges,
apprend-on dimanche de source judiciaire et par l'agence de
presse nationale Mena.
    Mohamed Badie a été condamné plusieurs fois à la peine
capitale et à des peines de prison à perpétuité dans une série
de procès depuis le renversement par l'armée égyptienne du
président démocratiquement élu Mohamed Morsi, lui aussi issu des
Frères musulmans, en juillet 2013.
    Selon l'agence Mena, le nouveau procès concerne une affaire
jugée en février 2015 dans laquelle 15 personnes, dont Mohamed
Badie, ont été condamnées à perpétuité pour incitation à la
commission d'un meurtre et tentative d'assassinat sur la
personne de manifestants anti-Frères musulmans près du siège de
la confrérie en juin 2013. Quatre autres personnes ont été
condamnées à mort dans cette affaire. 
    Les nouvelles accusations contre les hauts dirigeants
comprennent "la participation à l'incitation aux coups et
blessures et aide aux coups et blessures contre des
manifestants", tandis que deux autres personnes sont accusées de
possession d'armes et d'avoir entraîné la mort ou la
défiguration, rapporte Mena.
    L'agence n'explique pas pourquoi les accusations ont été
modifiées mais la loi égyptienne prévoit cette possibilité en
cas de nouvelles preuves.
    Les nouvelles charges ne concernent que les personnes en
détention et non celles qui ont été jugées par contumace.
    Khairat al Chater, autre dirigeant de la confrérie, figure
également parmi ceux qui doivent être rejugés, selon Mena.

 (Haitham Ahmed; Danielle Rouquié pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4207.24 -4.30%
25.6 -1.23%
35.2 -0.54%
66.96 -16.45%
2.07 -6.76%

Les Risques en Bourse

Fermer