Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

EDF soutenu par la spéculation d'un rachat des minoritaires
AOF07/04/2021 à 17:09

(AOF) - EDF flambe de 10,5% à 12,4 euros, les investisseurs spéculant sur un rachat des minoritaires par l'Etat dans le cadre du vaste projet de réorganisation de l'électricien public. L'Etat, qui détient 83,7% du capital d'EDF, chiffre à 10 milliards d'euros le rachat des parts détenues par les actionnaires minoritaires, a révélé Reuters citant des sources syndicales. Une telle opération serait alléchante. Selon Morgan Stanley, une telle valorisation implique un prix de 19,8 euros par titre, soit 76% au-dessus du cours de cours de clôture d'hier.

Le courtier pense que cette information pourrait rassurer les investisseurs sur son scénario haussier d'un cours à 22 euros par titre. Surtout, l'analyste estime que les craintes selon lesquelles l'Etat pourrait racheter les minorités à un prix bas sans prendre en considération la création de valeur potentielle du projet Hercule, devraient s'apaiser.

Morgan Stanley s'attend à ce que l'accent soit mis dans les prochaines semaines sur l'annonce potentielle d'un accord (ou non) entre l'État français et la Commission européenne sur le projet Hercule. L'article de Reuters d'aujourd'hui indique que l'Etat envisage toujours de conclure les discussions sur le sujet "dans les prochaines semaines". L'intermédiaire fixe une probabilité de 60% à ce qu'un accord avec la Commission européenne soit trouvé.

Un point de vue loin d'être partagé par tous. Dans un article publié aujourd'hui, Le Monde révèle que le projet de réorganisation de l'énergéticien risque de ne pas voir le jour avant la présidentielle.

Pour mémoire, le projet est de scinder EDF en plusieurs blocs : " EDF Bleu ", une entité 100 % publique et consacrée essentiellement aux activités nucléaires ; " EDF Vert ", qui regrouperait la vente d'électricité, les énergies renouvelables et le réseau de distribution Enedis - cette deuxième entité serait ouverte au privé, pour environ 30 % de son capital - ; enfin, le projet prévoit la création d'une entité publique séparée, " EDF Azur ", qui regrouperait les barrages hydroélectriques - une manière de mettre fin à un contentieux de longue date avec Bruxelles.

En contrepartie, EDF obtiendrait de Bruxelles une refonte à son avantage de la fixation des prix de électricité nucléaire (Loi de l'Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique (l'Arenh)) qu'il doit vendre à ses concurrents. L'enjeu est de taille pour l'électricien qui souffre d'importantes difficultés financières.

Sauf qu'Hercule ne convainc pas grande monde à part le gouvernement et le patron d'EDF, Jean-Bernard Lévy.

En France, les syndicats et les oppositions, à gauche et à droite redoutent un début de " privatisation " de l'entreprise et la fin d'un groupe historique français. Depuis plusieurs mois, les journées de grève s'enchaînent.

A Bruxelles non plus, Hercule ne fait pas recette. Selon Le Monde, l'Europe exige que la production d'électricité et la fourniture d'électricité soient clairement séparées, avec une " muraille de Chine " entre les deux entités. Mais le gouvernement a justement promis de ne pas séparer EDF en plusieurs morceaux.

Or, le temps presse, rappelle le quotidien. "Même en cas d'accord avec Bruxelles, le processus devrait durer plusieurs mois, puisqu'il faudra voter une loi pour entériner ces changements puis changer les statuts de l'entreprise".

Pour accélérer le calendrier, le gouvernement a tenté lundi de convaincre les syndicats de faire front commun pour peser plus lourd dans les négociations à Bruxelles. Selon Le Monde, le ministre de l'économie a indiqué que le projet pouvait être amendé et s'est engagé à inscrire dans la loi que l'Etat détiendrait " EDF Vert " à au moins 75 %. Mais cette nouvelle promesse n'a pas été entendue par les syndicats.

Convaincre Bruxelles, les syndicats et préserver ses propres intérêts, l'équation de l'Etat est particulièrement complexe. Affaire à suivre...

AOF - EN SAVOIR PLUS

Valeurs associées

EDF
Euronext Paris +0.45%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 07/04/2021 à 17:09:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer