1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ecotaxe : les Bonnets rouges se remobilisent en occupant les ponts bretons
Le Parisien05/01/2014 à 08:55

Ecotaxe : les Bonnets rouges se remobilisent en occupant les ponts bretons

Deux mois après ses manifestations géantes de novembre, le mouvement des Bonnets rouges tente de remobiliser ses troupes contre l'écotaxe, une taxe poids lourds que le gouvernement a reportée sine die mais pas supprimée. Ce dimanche, de 13 heures à 17 heures, le collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne" appelle ainsi ses sympathisants à se rendre sur les ponts des quatre-voies des quatre départements bretons et de la Loire-Atlantique.  Ces rassemblements doivent rester symboliques, les organisateurs n'ayant pas prévu de perturber la circulation.

L'opération, baptisée "Chacun son pont", vise à exiger le maintien de la gratuité des routes en Bretagne, mise en péril selon le collectif par l'écotaxe. Selon une source proche des autorités, les manifestants devraient occuper les ponts des principaux axes routiers bretons à raison de 5 à 10 personnes par site. Ils devraient aussi porter leurs bonnets rouges et déployer, comme à chacune de leurs manifestations, des Gwenn ha du (drapeau breton noir et blanc), ainsi que des banderoles anti-écotaxe.

Un test avant les états-généraux du 8 mars

Il s'agit d'une première action organisée à l'initiative des nouveaux comités locaux, qui organisent chacun la manifestation dans leur périmètre géographique. Christian Troadec, l'un des porte-parole du mouvement, avait annoncé la création de ces comités fin novembre à l'issue de la dernière manifestation à Carhaix, ville dont il est le maire. Il attendait dans un premier temps une centaine de comités avec l'objectif d'en avoir à terme 200.

«Il y a aujourd'hui une quarantaine de comités locaux dans les cinq départements de la Bretagne historique», incluant la Loire-Atlantique, explique Christian Troadec. Les responsables de ces comités se retrouveront le 11 janvier à Pontivy (Morbihan), après une réunion le 7 janvier de la vingtaine de membres du collectif "Vivre, décider et travailler en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

22 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M9095115
    05 janvier21:40

    Pour une raison ou une autre l'industrie agro alimentaire bretonne ainsi que le transport est en difficulté et quelques unes en dépot de bilan et le super gouvernement leur met une taxe sur le dos pour les aider à couler plus vite.Toute la France devrait mettre un bonnet rouge car tout le pays croule sous les taxes pour engraisser tout un lot d'incompétents

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer