1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Echange de prisonniers entre les Etats-Unis et l'Iran
Reuters07/12/2019 à 19:11

    * Cet échange concerne Xiyue Wang et Massoud Soleimani
    * Trump remercie la Suisse pour les négociations
    * Rare acte de coopération dans un contexte de tensions

 (Actualisé avec déclaration de Donald Trump sur la négociation)
    par Parisa Hafezi
    DUBAI, 7 décembre (Reuters) - Les Etats-Unis et l'Iran ont
annoncé samedi la libération de Xiyue Wang, un sino-américain
détenu depuis trois ans en Iran, et de Massoud Soleimani, un
Iranien arrêté aux Etats-Unis, rare acte de coopération entre
Washington et Téhéran, dont les relations se sont de nouveau
envenimées depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison blanche.
    "Heureux que le professeur Massoud Soleimani et Xiyue Wang
rejoignent bientôt leurs familles", a annoncé le chef de la
diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif sur Twitter, à la
mi-journée. 
    "Merci à toutes les personnes impliquées, notamment le
gouvernement suisse", qui représente les intérêts américains en
Iran depuis la rupture des relations diplomatiques entre les
deux pays après la révolution islamique iranienne de 1979,
a-t-il ajouté. 
    Dans un message sur Twitter, Donald Trump a pour sa part
remercié l'Iran pour une "négociation très juste". Cet échange
de prisonniers prouve que les Etats-Unis et l'Iran "peuvent
conclure un accord ensemble", a commenté le président américain,
qui avait lui aussi auparavant remercié la Suisse.
    Doctorant à l'université américaine de Princeton, Xiyue Wang
avait été arrêté en 2016 en Iran alors qu'il faisait des
recherches pour sa thèse avant d'être condamné en 2017 à dix ans
de prison pour espionnage.
    Expert en cellules souches, Massoud Soleimani avait lui été
arrêté à l'aéroport de Chicago en octobre 2018, accusé d'avoir
exporté du matériel biologique en Iran en violation des
sanctions américaines imposées à Téhéran concernant son
programme nucléaire.    
    
    "FAMILLE AU COMPLET"
    La femme de Xiyue Wang, qui avait "supplié" fin août Donald
Trump d'obtenir la libération de son mari, s'est réjouie dans un
communiqué que sa famille "soit de nouveau au complet". 
    "Notre fils Shaofan et moi-même attendions ce jour depuis
trois longues années et c'est difficile d'exprimer l'excitation
que nous ressentons d'être réunis", a indiqué Hua Qu. 
    Plusieurs Américains sont toujours détenus en Iran, à
l'image de l'homme d'affaires irano-américain Siamak Namazi et
de son père Mohammad Bagher Namazi, condamnés à dix ans de
prison pour "espionnage", ou encore de l'ancien militaire
américain Michael R. White. Un ancien agent du FBI Robert
Levinson est lui toujours porté disparu depuis 2007.
    Plusieurs dizaines d'Iraniens sont quant à eux détenus dans
des prisons américaines, accusés pour la plupart d'entre eux
d'avoir violé les sanctions américaines.  
    Les relations entre Washington et Téhéran se sont
considérablement dégradées depuis l'arrivée au pouvoir de Donald
Trump à la Maison blanche en janvier 2017 et la décision de ce
dernier, un peu plus d'un an plus tard, de se retirer
unilatéralement de l'accord sur le programme nucléaire iranien
arraché de haute lutte en 2015, ce qui a abouti au
rétablissement de sanctions américaines contre Téhéran.
    La République islamique a riposté depuis en se désengageant
progressivement des termes de l'accord qui prévoyait un
encadrement de son activité nucléaire en échange d'un
assouplissement des sanctions qui étouffent son économie.
    "J'espère que la libération de M. Wang est le signe que les
Iraniens se rendent compte que la pratique de la diplomatie de
prise d'otages doit prendre fin si l'Iran veut rejoindre la
communauté internationale", a dit un haut responsable de
l'administration américaine à des journalistes. 

 (version française Marine Pennetier, édité par Bertrand Boucey)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer