Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

EADS annonce un nouveau retard pour l'A350

Reuters27/07/2012 à 14:38

REPORT DE LA MISE EN SERVICE DE L'A350

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - EADS a relevé vendredi ses prévisions pour 2012 grâce à un deuxième trimestre largement meilleur que prévu, mais sa filiale Airbus a reporté la mise en service de l'A350 au second semestre 2014 à la suite d'un problème de perçage des ailes du futur long courrier.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense prévoit désormais une hausse d'environ 10% de son chiffre d'affaires cette année, contre plus de 6% précédemment. Il a aussi relevé sa prévision de résultat d'exploitation (Ebit) avant éléments non récurrents de 200 millions d'euros pour la porter à 2,7 milliards.

Le titre EADS bondit en Bourse de Paris après ces annonces. A 11h25, il s'adjuge 6,06% à 29,92 euros, affichant la plus forte hausse de l'indice CAC 40, qui cède pour sa part 0,25%. Le titre prend 24% depuis le début de l'année, portant la capitalisation du groupe à 24,7 milliards d'euros.

"La forte rentabilité sous-jacente de la production centrale du groupe a des implications positives pour les estimations de résultats pour 2013, toutefois atténuées par de potentielles nouvelles charges sur l'A350 l'an prochain au fur et à mesure du développement du programme", estime Barclays dans une note.

EADS a passé au deuxième trimestre une charge de 124 millions d'euros liée à un retard de trois mois environ consécutif au problème de perçage des ailes de l'A350, qu'Airbus avait reconnu lors du salon aéronautique de Farnborough, début juillet près de Londres.

La première livraison de l'appareil, prévue à l'origine à la mi-2013, avait déjà été repoussée à la mi-2014. L'A350 est destiné à concurrencer le Dreamliner 787 de Boeing.

Au deuxième trimestre, EADS a dégagé un résultat d'exploitation (Ebit) avant éléments exceptionnels de 735 millions d'euros, en hausse de 98%, et un chiffre d'affaires de 13.530 millions d'euros, en progression de 12%.

Les analystes interrogés par Inquiry Financial Europe attendaient en moyenne un Ebit de 576 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 12.979 millions.

LES LIVRAISONS DE L'A380 VONT RALENTIR

EADS explique ces résultats par l'amélioration des performances opérationnelles d'Airbus et d'Eurocopter grâce à un effet positif en termes de volumes et de prix.

Airbus, qui a connu un salon de Farnborough moins flamboyant que celui du Bourget l'an passé, confirme viser 600-650 commandes brutes d'avions en 2012, après un record de 1.608 en 2011.

L'avionneur a relevé de dix unités sa prévision de livraisons pour 2012, à environ 580 avions, dont un objectif reconfirmé de 30 très gros porteurs A380.

Le président exécutif d'EADS Tom Enders, nommé fin mai, a toutefois indiqué que les problèmes liés aux fissures détectées dans les ailes de l'A380 en début d'année pourraient faire "temporairement" baisser les livraisons de l'appareil sous les 30 unités en 2013.

Il a précisé aux analystes qu'elles devraient remonter "largement" au-dessus de ce seuil en 2014 et 2015.

Lors d'une conférence téléphonique, Tom Enders a également dit partager les "légers doutes" exprimés à Farnborough par le directeur commercial d'Airbus John Leahy concernant l'objectif de 30 commandes A380 en 2012.

"Soyons honnêtes : nous avons un problème avec l'A380 concernant les ailes", a souligné Tom Enders, estimant que cela avait visiblement conduit certaines compagnies aériennes à attendre un peu avant de passer commande.

"Je suis tout à fait sûr qu'il y a plus de potentiel pour les années à venir", a-t-il ajouté.

Tom Enders a également dit avoir plusieurs dossiers d'acquisitions à l'étude. La dernière grande opération d'EADS remonte au rachat du fournisseur de services de communications mobiles par satellite Vizada en 2011 pour 673 millions d'euros.

Boeing a lui aussi annoncé mercredi une hausse plus forte que prévu de ses bénéfices trimestriels, et a relevé ses prévisions annuelles, la hausse de ses livraisons d'avions et de ses ventes dans la défense ayant compensé le coût des retraites.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.406 +2.27%
135.978 -0.13%
9.73 +0.52%
73.03 -3.78%
132.03 +0.90%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.