Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Douanes : les «gendarmes de la vigne» veillent au grain

Le Parisien04/09/2017 à 11:45

Douanes : les «gendarmes de la vigne» veillent au grain

Installée sur un petit bureau, dans l'entrée de la grande maison familiale, leur mère s'est occupée de la paperasse toute sa vie. Pendant ce temps-là, leur père s'occupait des 15 ha de vignes de Bourgogne. Aujourd'hui, les filles de Claude Chevalier ont pris le relais des formalités administratives. Et elles ne sont pas trop de deux pour que tout soit dans les clous car, dans le vignoble, quasiment chaque jour de l'année implique une déclaration à la douane.

 

Vous décidez d'arracher un pied de vigne ? Remplissez votre formulaire. Vous souhaitez replanter une rangée ? Nouveau formulaire. Pour déclarer les ventes ? Rebelote. Et ainsi de suite : pour déclarer la production de la maison, établir un relevé mensuel des entrées et des sorties... « Avant, on faisait le contrôle des caves de temps en temps, avec un cahier et une calculatrice, raconte le viticulteur. Mais depuis que la douane a repris le contrôle de la vigne, en 1993, tout cela est plus cadré, surveillé. Mais au final, c'est peut-être mieux pour tout le monde. »

 

Assurer un meilleur suivi qualitatif des bouteilles

 

Si les « gendarmes de la vigne » multiplient les contrôles pour vérifier la traçabilité du vin, les douaniers proposent aussi leurs conseils, en amont, pour éviter les erreurs. Il faut dire que la tâche est complexe. La preuve : en Bourgogne, plus de 1 000 viticulteurs se sont déplacés aux réunions d'explications organisées par Clément Delagrange, le Monsieur Conseil en vin de la douane locale.

 

« Ce n'est pas toujours évident, surtout pour les petites exploitations, concède-t-il. Mais l'objectif est d'assurer un meilleur suivi qualitatif des bouteilles. » Pas de remplir au passage les caisses de l'Etat ? Pas vraiment, car au niveau fiscal, hors TVA, l'Etat prélève 3 centimes d'euro par bouteille. « Au total, cela représente 120 M€ par an en moyenne, assure Clément Delagrange. Ce n'est qu'une goutte d'eau... » Mais la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.