1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Dix années de prison pour "info bidon" proposées en Malaisie

Reuters26/03/2018 à 08:16
    KUALA LUMPUR, 26 mars (Reuters) - Le gouvernement malaisien
a déposé lundi au Parlement un projet de loi interdisant la
publication de "fausses informations" sous peine de lourdes
amendes et de dix années de prison.
    Les 14e élections législatives (GE14) doivent se tenir d'ici
le mois d'août en Malaisie alors que le Premier ministre Najib
Razak est très critiqué pour une affaire de corruption
concernant le fonds souverain malaisien 1Malaysia Development
Berhad (1MDB).
    Selon le projet de loi "contre les fausses nouvelles 2018",
toute personne reconnue coupable encourt une amende pouvant
atteindre 500.000 ringgits (100.000 euros) ou dix ans de prison
ou les deux.
    Le projet de loi définit la fausse information comme "des
nouvelles, des informations, des données ou des reportages qui
sont totalement ou partiellement faux". Les nouvelles diffusées
à la radio ou à la télévision sont également concernées, de même
que les informations en ligne et sur les réseaux sociaux.
    Les personnes de nationalité non malaisienne sont également
susceptibles d'être condamnées dans le cadre de cette loi, pour
peu que la Malaisie ou un ressortissant malaisien soient visés.
    L'opposition a dénoncé une tentative d'intimidation de la
population.
    "C'est une attaque contre la presse et une tentative
d'instiller la peur parmi le peuple avant le GE14", a déclaré le
parlementaire Ong Kian Ming sur Twitter.
    L'affaire 1MDB a été révélée en 2015. Des fonds auraient été
transférés du fonds souverain vers les comptes du Premier
ministre et de personnes associées. Najib Razak a toujours nié
les accusations à son encontre. Des informations judiciaires ont
été ouvertes dans six pays et notamment aux Etats-Unis.
    Le gouvernement malaisien a sanctionné les journaux qui ont
fait état de cette affaire. Le journal The Edge a été suspendu
en 2015 et plusieurs site internet ont été bloquées pour avoir
publié des articles critiquant le rôle de Najib.
 

 (Rozanna Latiff; Danielle Rouquié pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer