1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Deux sociétés de conseil recommandent la destitution du patron de Nissan
Boursorama avec AFP Services12/06/2019 à 10:00

Glass Lewis et Institutional Shareholder Services (ISS), deux des plus influentes sociétés de conseil aux actionnaires à travers le monde, suggèrent à leurs clients de voter contre le dirigeant de Nissan, le Japonais Hiroto Saikawa, lors de la prochaine assemblée générale de l'entreprise, prévue le 25 juin.

Le logo de Nissan à son siège de Yokohama, le 14 mai au Japon ( AFP / BEHROUZ MEHRI )

Le patron de Nissan parviendra-t-il à sauver sa place ? Hiroto Saikawa pourrait, à son tour, être pris dans la tourmente de l'affaire Carlos Ghosn. Selon le quotidien économique Nikkei, deux sociétés américaines de conseil aux actionnaires, Glass Lewis et ISS, recommandent la destitution du patron de Nissan, car il siégeait aux côtés de Carlos Ghosn au conseil d'administration lorsqu'auraient eu lieu les malversations qui lui sont reprochées, indique le journal Nikkei mercredi 12 juin.

Un ancien fidèle de Carlos Ghosn

"L'opposition de Glass Lewis et d'ISS va probablement affecter ses chances, étant donné que de nombreux investisseurs institutionnels basent leurs votes sur les conseils des deux sociétés", explique le quotidien nippon. Aux manettes de Nissan depuis 2017, Hiroto Saikawa, ancien fidèle de Carlos Ghosn, jouera son poste le 25 juin prochain lors de l'assemblée générale de l'entreprise. Pour qu'il soit effectif, son renouvellement doit être entériné par au moins la moitié des actionnaires. Le dirigeant espère rester à son poste mais de nombreuses voix s'élèvent pour demander son départ et démarrer sur de nouvelles bases après l'affaire Ghosn.

Entre Paris et Tokyo, un dialogue de plus en plus compliqué

Renault, premier actionnaire de Nissan avec 43,4% de participation, a initialement assuré son partenaire de son soutien. Fin mai, le président d'administration du groupe français, Jean-Dominique Senard, avait indiqué qu'il "ne s'opposerait" à la nomination d'aucun des membres du nouveau conseil d'administration, dont celle de M. Saikawa.

Mais depuis, la situation s'est envenimée entre les deux alliés. Revenant sur ses engagements, le patron du groupe Renault a envoyé à M. Saikawa une lettre l'informant de son intention de ne pas voter la réforme de la gouvernance du groupe japonais, qui prévoit la création de trois comités. Il demande qu'un ou deux représentants de Renault soient nommés dans chacune des commissions, alors que Nissan voulait y placer des administrateurs indépendants.

A Paris, on se dit cependant certain qu'une solution sera trouvée et que cette résolution pourra finalement être votée lors de l'AG, qui s'annonce dans tous les cas agitée. Renault tient de son côté son assemblée générale ce mercredi.

Valeurs associées

Tradegate +0.70%
Euronext Paris -0.27%

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Phi10371
    12 juin14:17

    Vas-y Senard. C'est le moment... Chtongg!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer